Panique à Rome

 

Pour le lancement de son nouveau magasin dans le nord de Rome, le distributeur Trony avait décidé de frapper un grand coup. Partout dans la ville, des tracts annonçaient : « Une ouverture inoubliable : iPhone4 à 399 euros, machines à laver à 79 euros, ordinateurs PC à 99 euros, écrans plasma à 99 euros, téléphones portables à 9 euros. » Dès jeudi soir, les premiers clients ont commencé à s’installer devant le magasin dans des sacs de couchage. Vendredi à 8 heures, ils étaient 25 000 à faire la queue. Les premiers incidents entre clients ont commencé à l’ouverture des portes, nécessitant l’intervention de 250 carabiniers en plus de la centaine d’agents de sécurité. Trop tard pour empêcher un embouteillage monstre de toutes les artères de la Ville éternelle et le détournement de 28 lignes d’autobus. A l’intérieur du magasin, alors que les produits soldés étaient rapidement épuisés, l’attente aux caisses dépassait deux heures.

Trony, qui a encaissé 2,5 millions d’euros, a présenté ses excuses à la municipalité. »Cela m’a rappelé les premières distributions de pain à la fin de la guerre », a commenté une vieille dame témoin de l’émeute.

 

 

Laisser un commentaire


NOTE - Vous pouvez utiliser les éléments et attributs HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>