Londres est la cible n°1 des enseignes internationales – Paris maintient sa 4ème position

Le HuffPost | Par Alexandre Phalippou
Publication: 19/04/2012

Selon les dernières rumeurs, Apple pourrait reprendre l’emplacement du Virgin sur les Champs Elysées. Rien n’est encore signé, bien sûr. Ce qui est sûr, en revanche, c’est que la firme à la pomme étudie de près ses futures implantations. Elle n’est pas la seule: les enseignes américaines comme Michael Kors, Victoria’s Secret, Nike ou The North Face, sont très actives en matière de recherche, selon une étude publiée ce jeudi 19 avril par CBRE. Côté européen, les marques les plus actives sont « Primark, Desigual, Adidas, et Groupe Inditex » indique l’étude.

Dans quels pays concentrent-elles leurs recherches? Au Royaume-Uni, d’abord, puis aux Emirats Arabes Unis et aux Etats-Unis. Derrière ce trio de tête, on retrouve l’Espagne, la Chine, la France et l’Allemagne. Le reste du top 10 étant constitué de la Russie, de l’Italie et de l’Arabie Saoudite. Mais, surtout, cette étude indique les villes les plus prisées des grandes marques. Ainsi, 55.5% d’entre elles lorgnent sur Londres car les touristes y sont de plus en plus nombreux. Découvrez à quelle place se situe Paris dans le diaporama ci-dessous.

La capitale française a attiré de nombreux magasins en 2011. L’étude cite les enseignes Banana Republic, Burberry, Tiffany, Levis, Abercrombie & Fitch, Nike, Pull & Bear, Kusme Tea, Calvin Klein, McDonald’s, Michael Kors, Karen Millen et Aldo. « Les enseignes ont confirmé que le chiffre d’affaires au mètre carré ainsi que la rentabilité en France restent équivalents voire supérieurs à d’autres pays importants », indique l’étude.

n°7 – Koweït City : 39.5%

n°6 – Hong Kong : 40.5%

n°4 – Moscou : 43.7%

n°4 – Paris : 43.7%

n°3 – New York : 43.9%

n°2 – Dubaï : 53.8%

1er – Londres : 55.5%

Les enseignes toujours en expansion malgré une consommation peu vigoureuse – Le Royaume-Uni conserve sa place de numéro un de pays le plus ciblé – Les enseignes nord-américaines s’implantent fortement en Europe –

Londres, le 18 avril 2012 –Londres a repris la place de numéro un du marché le plus ciblé par les enseignes internationales, selon l’édition 2012 de How Global is the Business of Retail? de CBRE, leader mondial du conseil en immobilier d’entreprise.

L’étude annuelle de CBRE – qui en est à sa cinquième année maintenant – a dressé une carte de l’empreinte mondiale de 326 des premières enseignes mondiales dans plus de 200 villes, pour identifier les tendances de l’expansion mondiale du commerce de détail au niveau national et local. Le rapport a conclu que les marques ont connu une expansion sur un large éventail de marchés en 2011, 74 % des pays couverts par l’étude voyant au moins une nouvelle enseigne entrer sur le marché l’année dernière. L’empreinte mondiale globale des enseignes a connu une croissance de 2,1 %, semblable à celle de l’année dernière, démontrant ainsi que les marques continuent à connaître une croissance de leur expansion internationale malgré un environnement peu favorable à la consommation.

Paris maintient sa 4ème position après Londres (55.5%), Dubaï (53.8%), New York (43.9%).
 » La demande de la part des enseignes étrangères pour des implantations à Paris reste largement au-dessus de l’offre disponible sur le marché explique Chris Igwe, Directeur de CBRE Retail en France. En terme d’attractivité, la France est positionnée 6ème ex aequo avec l’Allemagne (46,9 %) derrière la Grande-Bretagne (56,7 %,), UAE (53,1 %), Etats-Unis (50,3 %), Espagne (47,5 %), et la Chine (47,2 %).
Les demandes importantes sont faites par les enseignes américaines comme Hollister, Apple, Forever 21, Michael Kors, Victoria’s Secret (1ère ouverture en Europe en 2012, conseil CBRE), Banana Republic, Abercrombie & Fitch, Nike, The North Face et Vans. D’autres enseignes sont bientôt prévues en Europe avec J. Crew, Williams-Sonoma et Pottery Barn. Nous ne pouvons pas négliger les enseignes européennes qui sont très actives sur le marché européen comme Primark, Desigual, Adidas, Groupe Inditex. »
« A Paris, nous avons enregistré en 2011 des réalisations ou signatures importantes d’enseignes internationales comme Banana Republic, Burberry, Tiffany, Levis, Abercrombie & Fitch, Michael Kors, Karen Millen et Aldo. Malgré les difficultés à trouver des opportunités sur le marché français, la forte demande à Paris et en France continuera pendant encore plusieurs années. Dans une étude réalisée par CBRE , les enseignes ont confirmé que le chiffre d’affaires au m² ainsi que la rentabilité en France restent équivalents voire supérieurs à d’autres pays importants. « Récemment, l’équipe CBRE Retail France a signé les transactions suivantes : Michael Kors, Karen Millen (Paris et Strasbourg), Salomon (Toulouse), Nike, Pull & Bear, Kusme Tea, Calvin Klein, McDonald’s (flagship) » rajoute Chris Igwe.

Londres (55,5 %) a repris clairement la place de numéro un, après avoir partagé le haut du podium avec Dubaï l’année dernière. Londres a profité d’un mini-boom en 2011, les dépenses touristiques ayant dynamisé une économie locale relativement solide, et reste un centre important pour les enseignes qui cherchent à s’étendre en Europe.

Même si Dubaï (53,8 %) garde toujours un pouvoir d’attraction mondial considérable, elle retombe à la deuxième place, en raison du départ d’une série d’enseignes qui quittent le marché. New York (43,9 %) reste à la troisième place, alors que Moscou (43,7 %) monte dans le classement à la suite de plusieurs nouveaux entrants sur le marché en 2011, pour rejoindre Paris (43,7 %) à la quatrième place, devant Hong Kong (40,5 %). Koweït City (39,5%) est un autre centre à avoir connu un mouvement important, passant de la 12e place l’année dernière à la huitième place. Le reste des 20 premiers est constitué d’un mélange de marchés traditionnels et émergents, ce qui donne une indication du degré réel de mondialisation du commerce de détail.

Si l’on regarde les pays les plus ciblés par les enseignes mondiales, le Royaume-Uni garde la première place du classement, suivi de près par les Émirats Arabes Unis (53,1 %) et par les États-Unis (50,3 %). L’Espagne est à la quatrième place (47,5 %), suivi de près par la Chine (47,2 %), la France et l’Allemagne (46,9 %) se partageant la sixième place du classement. La Russie (44,5 %), l’Italie (43 %) et l’Arabie Saoudite (41,1 %) forment le reste des 10 premiers.

Les enseignes nord-américaines sont de loin les plus mondialisés, 73 % étant présentes dans les trois régions (Europe, Moyen-Orient et Afrique ; Asie-Pacifique ; Amériques), contre 44 % pour les enseignes européennes et 23 % pour les enseignes de l’Asie-Pacifique. Londres est la cible numéro un des marques américaines, 64,7 % y exploitant au moins un point de vente, et est suivie de près par Dubaï (61,2 %) et par Koweït City (49,3 %) à la troisième place.

Voici le commentaire de Peter Gold, Directeur de EMEA Cross Border Retail [Distribution Internationale EMEA], CBRE :

« Les enseignes américaines du secteur de la mode sont en expansion au-delà de leurs frontières, avec une vigueur renouvelée, et se concentrent de plus en plus sur l’Europe – en s’appuyant sur les entrées très réussies de marques de renom. »

D’autres études de marché de CBRE portant sur le nombre d’ouvertures de magasins au cours de l’année précédente révèle que l’Europe a été la région la plus ciblée, représentant 48 % des nouvelles entrées, suivie par le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord avec 22 %, et par l’Asie avec 14 %. L’Amérique du Nord, le Pacifique et l’Amérique latine ont attiré respectivement 8 %, 6 % et 1 %.

Almaty (Kazakhstan) a été de loin la nouvelle ville la plus recherchée l’année dernière, avec l’entrée de 18 nouvelles enseignes. Ceci a été en grande partie dû à des améliorations importantes des infrastructures, à la livraison d’un nouveau centre commercial et l’arrivée, en 2010, du groupe Inditex, qui exploite des marques comme Zara, Pull & Bear, Massimo Dutti et Bershka et a encouragé de nouveaux entrants à aller sur le marché. Parmi les autres facteurs, il faut citer l’augmentation des revenus moyens, des améliorations importantes des infrastructures et la participation aux unions douanières avec la Russie et la Biélorussie.

Les villes d’Europe de l’Est comme Moscou (11 nouveaux entrants), Kiev (9) et Varsovie (6) ont également été des cibles clés en 2011, les enseignes ayant axé leur plan d’expansion sur les marchés ayant les économies les plus solides et les meilleures perspectives de croissance.

Peter Gold a ajouté :

« Face à l’incertitude économique actuelle, les enseignes font preuve de davantage de flexibilité dans leur approche du marché européen. Par le passé, l’implantation dans celui-ci se faisait généralement par l’ouverture d’un magasin phare à Londres suivie d’une expansion au Royaume-Uni et enfin en France et en Allemagne dans des magasins monomarque. Bien que Londres reste la cible privilégiée, les marques internationales raisonnent davantage en termes multicanaux, en privilégiant le e-commerce sur des marchés comme la Scandinavie où ce mode d’achat est fréquent et en étant distribué dans les grands magasins en Allemagne. »

«Compte tenu de la concurrence accrue, les enseignes soignent leur image en inventant de nouveaux concepts et en créant l’événement via leurs magasins phares. Ceci a remis en selle l’importance des boutiques localisées dans des localisations « prime ». Moins médiatique mais tout aussi importante est l’émergence des boutiques comme point de vente viable dans plusieurs pays d’Europe de l’Est – notamment la Pologne et la Croatie – qui jusqu’à maintenant étaient dominés par les centres commerciaux. »

Laisser un commentaire


NOTE - Vous pouvez utiliser les éléments et attributs HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>