Prêt-à-porter : le britannique Marks & Spencer s’attend à un premier semestre très difficile

 

19.07.2011, source : Les Echos.fr

haîne britannique Marks & Spencer a fait état de ventes en hausse de 1,7 % hors TVA pour le premier trimestre de son exercice 2011, en dessous des prévisions des analystes. Son directeur général estime le contexte défavorable à la consommation.


La chaîne britannique Marks & Spencer a annoncé mercredi une légère augmentation de ses ventes de 3,2 %  (hors TVA) pour l’ensemble du groupe sur le premier trimestre de son exercice 2011, courant du 2 avril au 1er juillet. Au Royaume-Uni, la hausse n’est que de 2,7 % et même de 1,7 % si l’on considère uniquement les magasins ouverts depuis plus de douze mois, quand les analystes attendaient en moyenne une croissance d’au moins 2 %.


Toujours outre-Manche, les produits alimentaires, dont les ventes sont en hausse de 3,3 % sur la même période – notamment grâce à l’élargissement de la gamme à 500 nouveaux produits – tirent l’activité. En revanche, malgré des soldes d’été avancées de deux semaines, l’habillement et l’équipement de la maison stagnent, loin de la croissance de 1 % anticipée par le marché.


Dans un contexte morose, Marks & Spencer gagne néanmoins des parts de marché et détient désormais 11,7 % du marché de l’habillement et 3,8 % de l’alimentaire au Royaume-Uni. Mais les dirigeants du groupe britannique se gardent de tout triomphalisme quant aux prévisions de ventes à venir.


« Le trimestre en cours et au total le premier semestre seront très difficiles », a commenté Marc Bolland, le directeur général de Marks & Spencer lors d’une conférence téléphonique. Des commentaires qui ont été mal accueillis à la Bourse de Londres où l’action Marks & Spencer perdait 3,5 % en séance.


De fait, la consommation outre-Manche pâtit des contraintes sur le pouvoir d’achat des ménages et de l’augmentation du prix des matières premières. L’enseigne affirme donc vouloir se concentrer sur sa compétitivité et la qualité de ses produits, à l’heure où les consommateurs doivent composer avec un budget plus serré et privilégient des achats importants à des fréquences moins élevées.


Hors du Royaume-Uni, les ventes progressent de 7,8 % renforçant les dirigeants dans leur conviction d’une nécessaire expansion internationale qui devrait contribuer à porter le chiffre d’affaires de Marks & Spencer à 12,5 milliards de livres d’ici à la fin de l’exercice 2014, contre 9,5 milliards pour l’exercice 2010-2011.


Retour en France fin 2011

Le distributeur britannique prévoit ainsi son retour en France fin 2011, dix ans après la très médiatique et controversée fermeture de ses 38 magasins dans l’Hexagone : outre un site marchand sur Internet en français (les ventes en ligne du groupe ont d’ores et déjà augmenté de 13 % entre avril et juillet 2011), la chaîne affirmait en avril avoir l’intention d’ouvrir un premier magasin de trois étages sur les Champs-Elysées avant Noël. La présentation des résultats trimestriels n’a été assortie d’aucune déclaration supplémentaire à ce sujet.


Isabelle Tissot, Les Echos, le 15.07.2011

 www.marksandspencer.com/Royaume-Uni

Laisser un commentaire


NOTE - Vous pouvez utiliser les éléments et attributs HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>