Prêt-à-porter : l’aixois Garella vise les marchés du luxe

 
30/09
Avec une nouvelle griffe « casual chic », le groupe veut se positionner sur le haut de gamme made in Europe.

Et de quatre : après Indies, Bleu Blanc Rouge et Garella, le groupe éponyme savoure le succès de sa nouvelle griffe de prêt-à-porter féminin, So Nice. Avec 60 modèles pour sa première collection, l’entreprise aixoise a écoulé près de 20.000 pièces dans ses boutiques Garella Gallery, et le réseau multimarques qui le distribue. « Avec cette gamme, nous occupons un segment plus libéré mêlant le style tailleur, le raffinement et la fantaisie », explique le président du groupe, Jean-Brice Garella. Pour dessiner ses modèles, il a fait appel à une star du secteur : le Monégasque Alain Pierimarchi, auteur de plusieurs collections haut de gamme. « So Nice est un relais de croissance important pour notre développement, qui va positionner définitivement nos marques sur le segment du luxe accessible », explique le patron. Cette montée en gamme a déjà commencé avec le lancement sur Bleu Blanc Rouge d’une « ligne laboratoire » de produits précurseurs mélangeant par exemple de la soie et du stretch. Mêmes efforts concernant Indies, la deuxième marque du groupe (35 % du chiffre d’affaires), dont les collections en matière élastique peuvent s’adapter aux silhouettes avec un positionnement très citadin.

Un magasin test griffé à son enseigne devrait ouvrir cette année dans une grande ville du Sud. « Avec 350.000 pièces vendues l’an passé, en hausse de 8 % malgré la baisse des marchés grecs, portugais et espagnol, le groupe affiche 33 millions d’euros de chiffre d’affaires, dégageant 15 % de résultat. A elle seule, Indies a progressé de 30 % », insiste le patron.

Le groupe vient de séduire l’australien Dolina Fashion qui, après un test de commercialisation des produits Bleu Blanc Rouge dans son réseau, vient de signer un contrat de licence pour puiser dans le catalogue afin de constituer sa collection premium à destination de l’hémisphère sud. L’accord devrait générer 6 millions de dollars de ventes cette saison, soit 80.000 pièces, sur lesquelles Garella sera rémunéré en royalties. L’an passé, le groupe avait réalisé la moitié de son chiffre d’affaires à l’export dans 19 pays.

PAUL MOLGA, Les Echos

http://www.groupegarella.com/v2/index.html

Laisser un commentaire


NOTE - Vous pouvez utiliser les éléments et attributs HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>