Les grands magasins britanniques John Lewis arrivent en France via Internet

Le distributeur s’aventure à l’international, par le biais de la Toile, au moment où la consommation au Royaume-Uni est frappée par la rigueur gouvernementale. Outre l’Hexagone, 24 pays sont visés, dont onze dans l’Union européenne.

C’est un nouveau débarquement. Après Marks & Spencer, qui a révélé en avril son retour en France par le biais d’une stratégie «bricks and clicks», à savoir l’ouverture à la rentrée 2011 à la fois d’un magasin sur les Champs-Elysées et d’un site Internet en français, c’est au tour d’une autre chaîne britannique de grands magasins, John Lewis, de cibler l’Hexagone. L’enseigne, connue pour être détenue par ses 76.600 salariés et dont les vêtements, les produits électroniques ou de décoration de la maison séduisent la classe moyenne outre-Manche, doit annoncer aujourd’hui le lancement simultané de son site de commerce électronique en France et en Irlande. Ce dans le cadre d ‘un plan de déploiement dans 12 pays de l’Union européenne d’ici à fin juin.

Les Etats-Unis, l’Australie et Singapour suivront, eux, d’ici à la fin août. En tout, 25 pays étrangers sont visés. Jusqu’à présent tourné vers son marché domestique, John Lewis s’aventure à l’international au moment où la consommation au Royaume-Uni est frappée par la rigueur gouvernementale.

Etudier le marché

Aujourd’hui, les ventes en ligne de John Lewis représentent 500 millions de livres annuelles, soit 20% du total de la chaîne. Avec son autre filiale, les supermarchés Waitrose, l’ensemble du groupe pèse 7,4 milliards de livres (8,4 milliards d’euros) de chiffre d’affaires. Mais le web croît «à un rythme annuel de 30%», explique Jonathon Brown, le patron des ventes sur Internet. En France, explique-t-il, «les clients devraient être attirés par le même type de produits de mode ou de maison qui plaisent aux Britanniques, notamment des marques exclusives». Le site sera toutefois en anglais et en livres sterling, avec la livraison facturée 7,5 livres.

Selon les responsables de la chaîne, les demandes en provenance de l’international représentent déjà 5% du trafic de Johnlewis.com. A ce jour, l’enseigne ne déclare pas envisager de projets d’ouverture de magasins en dur en Europe continentale, même si son management explique qu’une présence en ligne va lui permettre d’étudier le marché.

http://www.johnlewis.com/

NICOLAS MADELAINE ( À LONDRES)

Laisser un commentaire


NOTE - Vous pouvez utiliser les éléments et attributs HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>