EMILIE LUC-DUC ASSURE CHEZ RODIER

 
publié le 02 février 2012

Vous avez aimé la révolution Carven ? Apprêtez-vous à craquer pour la nouvelle collection Rodier dessinée par Emilie Luc-Duc. Et à fuir les idées reçues… Pur bonheur !

L’énergie d’Emile Luc-Duc électrise la maille, et donne une fraîcheur ultra-féminine à la nouvelle collection Rodier.

« Pour moi, la maille est un concept qui appelle des volumes, affirme Emilie Luc-Duc, nouvelle directrice de création chez Rodier. C’est un objet couture loin d’être uniquement fluide et jamais mou. Il faut désormais transposer les codes du chaîne et trame dans le tricot ». Forte de ce principe, la jeune styliste a entièrement repensé l’univers Rodier. Fini le tailleur de maman, le tricot de mamie, l’executiv woman qui « assure en Rodier »… Intégralement réinventée, grâce à sa nouvelle équipe de création en accord avec une direction dynamique, la marque française renoue avec le luxe, le charme, la poésie et l’innovation.

3 silhouettes de l’été signées Emilie Luc-Duc chez Rodier. Déjà en boutiques.

« J’aime penser le vêtement dès la mise au point de sa matière » poursuit Emilie Luc-Duc, renouant ainsi avec l’histoire de cette griffe et son patrimoine. Forte d’un Master en Arts et Culture et d’un diplôme des Métiers d’Art, cette experte du costume s’inscrit en 2005 à l’IFM : une révélation. Sa nouvelle passion pour la mode et le design la mène bientôt chez Vanessa Bruno, puis dans plusieurs bureaux de style (Peclers, Promostyl, Nelly Rodi). Elle fait également du conseil pour la marque Iro, puis passe deux ans entre la Chine, la Coré et le Japon. A son retour, elle se spécialise en maille, se met au service de la créatrice Anne Valérie Hash et devient free lance pour plusieurs marques de prestige, comme la ligne Dior Enfant.

Les tissus Rodier dans L’Officiel en 1957 par Jean Dessès et en 1935 par Robert Piguet.

Fondé en Picardie sous le second empire (en 1852), Rodier est l’un des noms les plus prestigieux du patrimoine textile français. Dès les années 1850, Eugène Rodier va mettre le savoir faire des artisans tisseurs picards au service de l’industrie de la mode naissante. Spécialistes de la laine, ses héritiers imagineront également une nouvelle matière durant la guerre de 14 : le Kasha. Un tissage exclusif, aussi doux que chaleureux, réalisé à partir de laines de chèvres du Cachemire. Parallèlement, les usines perfectionnent une autre nouveauté qui va révolutionner l’industrie de la mode : le jersey. Coco Chanel donnera à cette spécialité Rodier ses lettres de noblesse, à travers ses premières collections. Fière de ces innovations retentissantes, l’entreprise devient, sous l’égide du groupe Prouvost, une marque de prêt-à-porter à partir des années 50. Une décennie qui verra également la maison développer des twin-set populaires. Se développant régulièrement dans les années 60 et 70, un solide réseau de magasins va bientôt rendre le prêt-à-porter de la griffe accessible partout en France et en Europe. Ainsi, dans les années 80, toutes les femmes « assurent en Rodier ! », comme l’affirme le slogan publicitaire d’alors. Aujourd’hui, plus de 50 magasins affichent toujours l’enseigne Rodier en France, en Belgique, au Liban et en Russie.

Pour le printemps-été 2012, la collection Rodier explore deux directions complémentaires : les textures ainsi que les couleurs et graphismes. Les couleurs de la ligne Rodier d’été rendent hommage aux femmes artistes. Des vifs picturaux reproduisent des traces de peinture, des tâches d’encre, des motifs solaires inspirés de Sonia Delaunay. Quelques foulards et robes-foulards en soie, complètent cette ligne majoritairement composée de maille jacquard, alignant des aplats colorés graphiques, des effets coups de pinceaux zoomés et des motifs ‘macro’. Les textures créatives s’inspirent des matières naturelles recherchées de l’Arte Povera. Celles de Giuseppe Penone entre autres. Ici, les fils de coton sont gainés de Nylon, les effets de surfaces brutes font référence aux écorces, au galuchat et aux reliefs biologiques.

L’été 2012 en robe ‘stiff’ de Rodier

« Mon idée d’origine était de créer de la maille du soir, conclue Emilie Luc-Duc. Je ne voulais pas d’une collection de T-shirts ou des vêtements à la fluidité sans forme. J’aime redonner de la tenue à cette matière confortable et quotidienne ». Volumes bulle, drapés dessinés et jeux de nœuds architecturés structurent la silhouette. Luxe caché, les vestes tailleurs en jersey Milano non doublées multiplient des finitions gansées. Les vestes en fortes maille techniques sont doublées de soie, les robe en maille ajourées laissent vibrer la peau. Un régal !

Patrick Cabasset

www.rodier.tm.fr/

A découvrir : une pièce exclusive Rodier réalisée pour la boutique Brand Bazar sera dévoilé mi-février. La nouvelle collection Rodier y rencontre déjà un franc succès. 33 rue de Sèvres, Paris 6e.

 

Laisser un commentaire


NOTE - Vous pouvez utiliser les éléments et attributs HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>