La NBA ouvre son nouveau magasin géant à New York

Afficher l'image d'origine

Dernière mise à jour Le 21/12/2015 à 09:04 – Publié le 21/12/2015 à 09:04

Ce lundi, la NBA ouvre une enseigne de plus de 2300 mètres carrés au cœur de New York. Un temple à la gloire du basket américain.

Quatre ans que les supporters NBA attendaient ce moment. En 2011, juste après le conflit entre joueurs et propriétaires, la ligue de basket avait fermé son grand magasin de la 5e avenue, remplacé par une boutique beaucoup plus petite.

Ce lundi marque le grand retour du NBA Store dans sa version la plus démesurée. Au coin de la 5e et de la 45e à Manhattan, ce sont trois étages et plus de 2300 mètres carrés qui attendent les amoureux de la balle orange.

Plus qu’un magasin

Dans ce lieu, tous les produits dérivés possibles et imaginables seront disponibles. Les chaussures ont aussi une place de choix.

Mais les concepteurs sont allés plus loin. Les écrans placés dans le magasin pourront répondre dans sept langues aux besoins des clients. Des écrans seront aussi là pour diffuser les stats et highlights des dernières rencontres, et même des matchs en direct. Un espace pour jouer à la console ou prendre quelques tirs est également là, tandis que quelques éléments rappellent les grands moments de la NBA.

Pour les plus pressés, la personnalisation d’un maillot est possible en une quinzaine de minutes.

Aucun risque pour la NBA

En plus de récupérer un lieu à sa gloire, la NBA ne risque rien. Car c’est le géant de la vente en ligne Fanatics qui gère le lieu, les stocks et les employés. Les vendeurs sont d’ailleurs équipés de tablettes pour permettre aux clients de commander des pièces qui ne seraient pas disponibles et de les recevoir chez eux.

La NBA n’a plus qu’à attendre de voir tomber sa part sur les ventes. Elle devrait être conséquente !

 

Afficher l'image d'origine

La première des 40 coopératives non lucratives ouvre à Sderot – Une chaine de supermarché veut fournir une alternative à bas prix pour les communautés pauvres du nord et du sud

Le président de l'agence juive, Natan Sharansky, dans le nouveau magasin Tzarchaniyat Ha’Ir (CityMart) à Sderot, le 21 décembre 2015. (Crédit : David Shechter pour l'agence juive)

Le président de l’agence juive, Natan Sharansky, dans le nouveau magasin Tzarchaniyat Ha’Ir (CityMart) à Sderot, le 21 décembre 2015. (Crédit : David Shechter pour l’agence juive)

le premier supermarché coopératif à bas prix d’Israël a ouvert dans la ville du sud israélien de Sderot.

Le Tzarchaniyat Ha’Ir, ou CityMart, a ouvert lundi.

La chaîne est une initiative à plusieurs millions de dollars de l’agence juive, la fédération UJA de New York, la fédération juive du grand Washington, le réseau d’investisseurs d’Israël et de donneurs privés.

Un deuxième magasin est prévu à Arad, une ville du nord du désert du Néguev, plus tard ce mois-ci. L’initiative a pour objectif d’ouvrir 10 nouveaux magasins par an dans les quatre prochaines années.

Les coopératives devraient fournir une alternative à bas prix pour les communautés en difficulté socio-économique de la périphérie nord et sud d’Israël.

Elles ont été inspirées par les manifestations sur le prix du cottage en 2011 en Israël, qui a vu des milliers de personnes dans tout le pays vivre dans des tentes et manifester, en réaction aux prix élevé des biens de consommation et de l’immobilier. Le cottage, un produit de base israélien qui était vendu à plus de 2 dollars par pot, est devenu le symbole du mouvement.

CityMart opérera comme une entreprise sociale non lucrative, dont les gains permettront d’ouvrir des magasins supplémentaires, d’abaisser encore les prix, et de favoriser des activités communales et un changement social.

Des magasins d’Edmundston défient la loi en ce premier jour des soldes d’après Noël

Quelques magasins de la région d’Edmundston au Nouveau-Brunswick ont décidé d’enfreindre la Loi sur les jours de repos de la province et d’ouvrir leurs portes en ce jour de soldes du lendemain de Noël.

En effet, au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard ainsi qu’à Terre-Neuve-et-Labrador, contrairement à la majorité du reste du Canada ainsi qu’aux États-Unis, les magasins n’ont pas le droit d’ouvrir leurs portes le 26 décembre.

Au Nouveau-Brunswick, ceux qui contreviennent à la loi sont passibles d’une amende de 140 $ à 2100 $ pour une première infraction.
Certains entrepreneurs du Nouveau-Brunswick voient en cette journée une occasion de faire de bonnes affaires et ouvrent leurs portes malgré l’interdiction.

« On a notre faible taux de change vis-à-vis le dollar américain et encore là on est à proximité de la frontière américaine, on a beaucoup plus d’Américains qui viennent nous visiter, qui viennent magasiner chez nous dernièrement, donc eux aussi [ont] les mêmes règlements qu’au Québec, soit d’avoir la possibilité d’être ouvert […]. Donc, on veut leur donner la chance aussi de venir dans notre magasin pour magasiner », explique Jim Rice, propriétaire d’un magasin de meubles d’Edmundston.

M. Rice croit d’ailleurs qu’il est temps de revoir le règlement. « Les anciennes lois, je pense que c’est le temps qu’on commence à regarder à changer ça », dit-il.

Des amendes plus dissuasives ailleurs en Atlantique

La pénalité est beaucoup plus salée pour les entrepreneurs de Terre-Neuve-et-Labrador qui oseraient enfreindre la loi sur la fermeture des boutiques de cette province. Celle-ci prévoit que toute personne qui contrevient à la loi devra payer une amende d’une fois et demie le montant des ventes de la journée.

En Nouvelle-Écosse, la loi prévoit une amende minimum de 50 000 $ et maximum de l’équivalent de la somme des ventes de la journée.

À l’Île-du-Prince-Édouard, l’amende maximum est de 10 000 $.

Ouverture partielle du magasin hors taxes Galleria 63 à Yeouido

SEOUL, 28 déc. (Yonhap) — Hanwha Galleria Timeworld Co., filiale du groupe Hanwha, a partiellement débuté les activités de son nouveau magasin hors taxes Galleria 63 au 63 Square, dans le quartier de Yeouido, à Séoul.

Hanwha a déclaré que sa nouvelle boutique présentera environ 370 marques et près de la moitié d’entre elles seront des marques coréennes. La société a fait savoir qu’elle fait des efforts à l’heure actuelle pour accueillir plus de marques de luxe étrangères.

L’ouverture officielle de ce magasin aura lieu en juin 2016. Le 63 Square, où le magasin hors taxes se situe, est l’ancien plus haut building du pays. Hanwha a dit qu’il projette de continuer ses efforts pour développer Yeouido comme un nouveau centre touristique.

Le groupe a indiqué que le magasin hors taxes prévoit des ventes annuelles de 504 milliards de wons (430,4 millions de dollars) l’année prochaine et 3.000 milliards de wons en 2020.

La semaine dernière, une joint-venture entre Hotel Shilla et Hyundai Development, HDC Shilla, a également partiellement ouvert un nouveau magasin hors taxes, Shilla I’Park, à Yongsan, où se trouve une grande gare ferroviaire, entre les principaux endroits touristiques situés au nord et sud du fleuve Han, avant une ouverture totale en mars prochain.

Afficher l'image d'origine

Les 130 magasins du réseau Nostrum bientôt rénovés

 

Afin de mettre en place son nouveau concept, Nostrum a lancé la rénovation de ses 130 magasins. Le changement touchera autant le côté esthétique que le concept d’affaires avec le lancement de nouveaux produits et d’une nouvelle ligne.

Vu dans la Vanguardia

Rénovation de 130 magasins Nostrum

Nostrum lance un nouveau concept et la rénovation en conséquent. Le changement s’effectuera sur l’esthétique et sur le con­cept d’affaires puisque de nouveaux produits et une ligne haut-de-gam­me, Nostrum Excellent, viendront s’ajouter à l’offre initiale. Cette nouvelle ligne offre une « grande qualité à petits prix« , selon les paroles de Quirze Salomó, fondateur et président.
Les produits en vente à 1, 2 et 3 € ne quitteront pas les vitrines des magasins mais viendront s’ajouter de nouveaux espaces: « cannellothèques », « croquetteries » ou de vente de « paella », qui s’adapteront progressivement aux 130 établissements actuels.
Pour le fondateur et président de l’entreprise, les changements qui auront lieu « ouvrent la voie au futur Nostrum, avec une innovation permanente« .
Le service à table fera également son entrée dans les magasins Nostrum, sans oublier la promotion de l’application smartphone qui permet de réaliser des commandes de­puis l’extérieur de la boutique et gagner du temps, car comme le dit Mr. Salomó: « Lorsqu’il achète des repas préparés le consommateur vient acheter du temps, pas le perdre« .
Home Meal, qui a noté une augmentation de capital de 3,6 millions d’eu­ros, prévoit d’investir dans l’expansion internationale de Nostrum qui vise d’abord la France, avec des ouvertures prévues à Montpellier et Avignon, et le reste d’Europe. D’ailleurs, l’entreprise a pour objectif des’implanter dans 10 à 15 villes européennes d’ici 4 ans.
http://www.nostrum.eu/fr/
Afficher l'image d'origine

Le propriètaire du Bristol achète the Lanesborough palace

En ajoutant The Lanesborough à sa sélection d’hôtels de luxe, Oetker Collection donne au Bristol son «complément naturel» à Londres.

Oetker Collection, qui comprend Le Bristol à Paris, ajoute The Lanesborough à Londres, à sa sélection d’hôtels de luxe. Situé sur Hide Park Corner, cet hôtel, construit en 1991 à l’emplacement d’un ancien hôpital, était fermé depuis 18 mois pour une rénovation complète. Oetker assurera le management de ses 93 chambres (dont 43 suites), à sa réouverture au printemps 2015.

«Notre arrivée à Londres est une étape importante dans le développement de la collection, Londres étant une destination stratégique par son dynamisme et sa visibilité dans le monde entier, déclare Alain Brière, vice-président marketing et communication d’Oetker Collection. Elle traduit l’accélération de notre stratégie d’expansion. Nous nous appuierons sur l’expérience et le succès du Bristol à Paris pour faire du Lanesborough son complément naturel à Londres pour nos clients».

Neuf hôtels

Oetker Collection appartient au groupe allemand Oetker, présent également dans la poudre de pâtisserie, la logistique ou encore la bière. Elle comporte désormais 9 hôtels, dont 4 en propriété (Le Bristol à Paris, l’Hôtel du Cap-Eden-Roc à la pointe du Cap d’Antibes, Château Saint-Martin en Provence, et Brenners Park-Hotel à Baden-Baden en Allemagne).

En avril dernier, Oetker Collection avait repris la gestion de l’Eden Rock à Saint-Barthélemy. En 2013, elle avait ajouté à sa collection, L’Apogée Courchevel en décembre, et Fregate Island Private aux Seychelles en juillet.

www.lanesborough.com

Centrakor ouvre quatre nouveaux magasins

20.05.2014

Centrakor ouvre quatre nouveaux magasins

Mai 2014 s’annonce riche en nouveautés chez Centrakor. Le spécialiste des articles tendances à petit prix pour la maison a annoncé l’inauguration de quatre nouveaux points de vente en France. Ces derniers seront répartis comme suit : deux dans la région Rhône-Alpes et deux autres en Aquitaine et Midi-Pyrénées.

Ce n’est pas la première fois que l’enseigne fait ce genre d’annonces (souvenez-vous de cet article).Centrakor semble vouloir renforcer encore sa stratégie d’expansion sur le territoire national afin d’augmenter son activité et de proposer ses produits déco à un maximum de clients.

Le premier magasin en Rhône-Alpes a d’ores et déjà ouvert ses portes début mai 2014 (département de l’Isère). Tenu par son nouveau propriétaire François Giband, il se trouve dans la zone d’activité commerciale de la Maladière.

Le second point de vente de la région sera inauguré, quant à lui, le mercredi 21 mai prochain. Doté d’une grande surface commerciale de 1 300m², il est situé tout près de l’hôpital de Fleyriat (Viriat, près de Bourg-en-Bresse, dans le département de l’Ain).

Concernant le troisième magasin de notre liste, il est situé au Passage d’Agen dans le Lot-et-Garonne. L’ouverture a eu lieu le lundi 12 mai dernier. Le point de vente s’étend sur plus de 800m² et il se trouve non loin de l’Intermarché de la zone.

Enfin, le dernier nouveau magasin se trouve à Prayssac, une belle ville localisée à une trentaine de kilomètres de Cahors. Sa superficie est de 950m² et il est situé sur la place de l’Ancien Champion.

Bref, une fois encore, Centrakor semble vouloir démocratiser l’accès aux produits déco discounts à travers sa stratégie d’expansion géographique. Pour des précisions supplémentaires sur les nouveaux points de vente du groupe, contactez Centrakor.

PAR SÉBASTIEN BAUDOUIN
http://www.centrakor.com/

Un nouveau supermarché Delhaize à Dudelange

Le contenu de ce communiqué de presse est de la seule responsabilité de son auteur: « Delhaize »

http://fr.delhaize.be/

Un nouveau magasin Provigo Le Marché(MC) ouvre ses portes à la gare Jean-Talon à Montréalc

 À la suite de l’accueil enthousiaste des Québécois dans les régions où le concept de magasins a déjà été implanté, Provigo entreprend aujourd’hui une nouvelle série d’inaugurations.

MONTRÉAL, le 22 mai 2014 /CNW Telbec/ – (TSX: L) – L’équipe de Provigo, membre du groupe Loblaw, a procédé aujourd’hui à l’ouverture officielle d’un nouveau magasin montréalais arborant le concept Provigo Le Marché. La cérémonie d’inauguration, tenue en présence d’élus locaux, de plusieurs fournisseurs de Provigo, de partenaires de l’industrie, de même que de nombreux consommateurs venus y découvrir plusieurs nouveautés, a marqué l’ouverture du huitième magasin Provigo Le Marché au Québec.

« Les nouveaux magasins Provigo Le Marché ont reçu un accueil très chaleureux dans toutes les régions de la province où ils ont été implantés l’année dernière. Nous sommes emballés d’entamer aujourd’hui la seconde vague du lancement de ce concept unique au goût des Québécois et de proposer ainsi à nos consommateurs une expérience reposant sur la fraîcheur, la découverte de nouveaux produits et saveurs, de même que sur un service à la clientèle exceptionnel, a déclaré Pierre Dandoy, vice-président principal responsable de l’exploitation des magasins Provigo, Provigo Le Marché et Loblaws du Québec. L’inauguration de ce nouveau magasin s’inscrit dans le cadre d’un programme d’investissement de plus de 210 millions de dollars en 2013-2014 au Québec. »

Situé à l’angle de la rue Jean-Talon et de l’avenue du Parc, le magasin est aménagé sur le site de l’ancienne gare Jean-Talon et préserve par son architecture certains éléments clés de l’héritage patrimonial de ce lieu exceptionnel. Ce nouveau Provigo Le Marché desservira la clientèle des quartiers Parc-Extension, Villeray, Outremont et Petite-Italie, de même que de nombreux Montréalais de tous les coins de l’Île.

« Mes 200 collègues et moi sommes aujourd’hui très fébriles à l’idée d’accueillir enfin nos premiers clients dans ce que je considère être le plus beau magasin du Québec !, a affirmé Sylvie Craig, directrice du Provigo Le Marché. Avec une clientèle d’une si grande richesse de diversité culturelle ici dans le quartier nous n’avons ménagé aucun effort pour offrir des produits frais et d’épicerie adaptés à leurs préférences et habitudes. De plus nos collègues en magasin parlent 12 langues ! »

Le nouveau magasin Provigo Le Marché est situé au 375 rue Jean-Talon Ouest et est maintenant ouvert de 8 h à 22 h, sept jours sur sept. D’une superficie totalisant plus de 6 000 m2 et doté d’un espace dédié aux produits frais accru, ce magasin moderne au design épuré et à l’ambiance chaleureuse de style marché propose à sa clientèle une gamme complète de services prodigués par une équipe qui saura offrir une expérience de magasinage exceptionnelle. Un stationnement souterrain facilement accessible aux clients depuis l’arrière du magasin, via l’avenue Ogilvy, simplifie la vie des consommateurs et leur permet de passer plus de temps à découvrir de nouveaux produits et à noter les idées et conseils de l’un des chefs en magasin qu’à chercher une place de stationnement.

L’ouverture de ce magasin a permis la création de près de 70 nouveaux emplois à temps plein et à temps partiel, ce qui porte maintenant à près de 200 le nombre total de collègues dédiés à offrir un service à la clientèle hors-pair à ce magasin.

Caractéristiques du magasin Provigo Le Marché, Gare Jean-Talon :

  • Un vaste assortiment de produits frais et de produits issus de producteurs et transformateurs alimentaires du Québec, dont une sélection de 40 nouveaux produits adaptés à la clientèle multiculturelle.
  • Une sélection de plus de 120 fruits et légumes biologiques, un bar à salades ainsi que des jus fraîchement pressés tous les matins.
  • Un arrivage quotidien de produits de la mer issus de la pêche durable et un bar à huîtres.
  • Du bœuf vieilli en magasin, plusieurs variétés de saucisses faites sur place ainsi que des produits d’ici comme le porc, le veau de lait et l’agneau du Québec que les consommateurs peuvent découvrir grâce aux bouchers sur place qui se font un plaisir de partager leur expertise.
  • Une incroyable variété de plats prêts-à-manger dont de la viande fumée, des variétés de pizza de la populaire marque Pizzédélic et des mets concoctés par des chefs et prêts à réchauffer.
  • Une grande variété de cupcakes et de macarons ainsi que des bagels cuits sur place.
  • Un comptoir à sushis nouveau genre permettant aux clients de voir leur commande personnalisée préparée sous leurs yeux ou pendant qu’ils complètent leurs emplettes.
  • Un incroyable mur de fromage proposant une gamme de 400 fromages dont 300 fromages du Québec est situé à côté du comptoir de charcuteries où l’on retrouve une impressionnante sélection de prosciutto importé et de pâtés et terrines d’ici.

Les clients du Provigo Le Marché Gare Jean-Talon ont par ailleurs accès au programme Guide-étoilesMD, un système de classement impartial qui a recours à des étoiles pour permettre de repérer les aliments sains en un coup d’œil. Les clients souhaitant obtenir plus de détails au sujet de ce programme peuvent visiter le site www.guideetoiles.ca.

Adjacente au Provigo Le Marché se trouve la boutique autonome Joe FreshMD, également située dans l’ancienne gare Jean-Talon. Ce magasin phare d’une splendeur inégalée offre une gamme complète de tenues tendance pour toute la famille. Les clients peuvent donc y effectuer leurs emplettes d’un seul coup.

La directrice et son équipe continuent d’apporter leur soutien à la communauté et ont profité de l’activité d’inauguration pour remettre un don d’une valeur de 1 000 $ à l’organisme Déjeuner pour apprendre pour aider la mise sur pied d’un programme de nutrition dans une école du quartier . La coordonnatrice régionale de Déjeuner pour apprendre, Mme Marie-Josée Mastromonaco était présente à l’inauguration pour remercier les membres de l’équipe du Provigo Le Marché de leur générosité et de leur implication.

À propos de Provigo, membre du groupe Loblaw
Provigo est membre du groupe Loblaw, l’un des principaux employeurs du secteur privé au Québec et le plus important détaillant en alimentation au pays. Le groupe Loblaw, avec ses sociétés affiliées, emploie près de 30 000 personnes dans la province de Québec par le biais de ses près de 400 magasins détenus par la société, ses franchisés et ses affiliés, œuvrant principalement sous les bannières ProvigoMD, Provigo Le MarchéMC, MaxiMD, Maxi & CieMD, LoblawsMD, Club EntrepôtMD Provigo et Les Entrepôts PrestoMD.  Le groupe Loblaw possède également le plus solide programme de marques contrôlées au pays, comprenant notamment les marques le Choix du PrésidentMD, sansnomMD et Joe FreshMD. Il offre aussi les Services financiers le Choix du PrésidentMD ainsi que le programme de fidélisation des points PCMD.

SOURCE Provigo, membre du groupe Loblaw

Bas de vignette : « Sylvain Jodoin et André Fortier, Provigo Le Marché, Marie-Josée Mastromonaco, organisme Déjeuner pour apprendre, Martin Patenaude, Provigo Le Marché, Andréa Séguin, école Barthélémy Vimont, Mary Deros, conseillère municipale, Parc-Extension, Spyridon Koutsouris, pharmacien propriétaire, Sylvie Craig, Pierre Dandoy et Anita Jarjour, Provigo Le Marché et Jane Marshall, Les Propriétés de Choix (Groupe CNW/Provigo, membre du groupe Loblaw) ». Lien URL de l’image :http://photos.newswire.ca/images/download/20140522_C3250_PHOTO_FR_2231.jpg

www.provigo.ca

Tati ouvre son nouveau concept de magasin à Saint-Etienne

L’enseigne Tati, proposant la mode, mais également tout l’univers de la beauté, de la maison et du mariage, a ouvert son nouveau concept de magasin le 14 mai dernier à Saint-Etienne / Monthieu.

Grâce à un parcours shopping, sur plus de 1 350 m2, axé sur le plaisir et le confort d’achat, le grand magasin Tati de Saint-Etienne, propose à sa clientèle les espaces mode, homme, femme et enfant, chaussures, lingerie, beauté, droguerie, hygiène et maison. Ce nouveau concept de magasin développé par la marque depuis près de 2 ans est à l’image du renouveau de l’enseigne qui ne s’engage plus uniquement et exclusivement sur les prix bas, mais également sur une offre alliant « l’envie et la qualité ». Grâce une offre entièrement revisitée et créée par le bureau de style de la marque, ce sont aujourd’hui 200 nouveautés, dessinées à 70 % en interne, qui arrivent chaque semaine dans les magasins de l’enseigne. 

Yannick Longearet, est le nouveau directeur du nouveau magasin Tati Saint-Etienne. Ce magasin de périphérie, visible dès la rocade qui entre dans Saint-Etienne, en face du centre commercial Géant Casino, est le 60e magasin ouvert par Tati aux couleurs du nouveau concept. 20 rénovations et ouvertures sont prévues en France en 2014 ainsi qu’un développement à l’international avec 6 nouvelles ouvertures prévues dès le mois de septembre au Moyen-Orient, notamment à Dubai, Bahreïn et Abu Dhabi.

www.tati.fr

INTERMARCHÉ OUVRE UN NOUVEAU MAGASIN DANS LE VAL D’OISE

 

L’enseigne Intermarché renforce sa présence en région parisienne avec l’ouverture d’un Intermarché Contact à Saint-Gratien, dans le Val d’Oise.

Maurice et Rebecca Benabou, anciens franchisés Franprix, ont inauguré ce lundi 2 juin leur supermarché rue Sœur Angèle pour proposer plus de 12.000 références sur 650 m². Offrant de larges horaires d’ouverture, le point de vente devrait également développer un service drive pour permettre aux clients de récupérer les courses faites en ligne.

Le supermarché de Saint-Gratien répond à des exigences urbaines, en particulier en termesde prix, de variété de l’offre (snacking, produits bio et diététiques, etc.)  et des services, et de développement durable (meubles froids, éclairage à LED…)

Enseigne du Groupement des Mousquetaires, Intermarché regroupe plus de 1800 magasins.

Laurence Theodore Jacquin, Toute la Franchise ©

www.intermarche.com

Magasins aux Etats-Unis dans les années 50

http://pleasantfamilyshopping.blogspot.fr

JCPenney: nouveau trimestre de croissance de l’activité.

JCPenney était attendu en très forte hausse vendredi matin à la Bourse de New York après l’annonce de ventes à magasins constants en hausse de 6,2% au premier trimestre.

Cette performance meilleure que prévu représente le deuxième trimestre consécutif de croissance organique pour la la chaîne américaine de grands magasins, un élément jugé prometteur par les investisseurs.

Le distributeur de Plano (Texas) a enregistré sur le trimestre clos début mai un chiffre d’affaires net de 2,8 milliards de dollars, contre un peu plus de 2,6 milliards de dollars sur la même période de l’exercice précédent.

Dans son communiqué, le groupe précise que ses ventes se sont systématiquement accrues – en rythme séquentiel – au cours de chaque mois du trimestre.

JCPenney indique avoir profité des bonnes performances de ses divisions de prêt-à-porter masculin et féminin, d’équipements pour la maison et de joaillerie, tout en mettant en évidence la solidité des résultats des ‘corners’ Sephora.

Si sa perte nette est restée relativement stable à 352 millions de dollars, la marge brute s’est améliorée pour s’établir à 33,1% des ventes, contre 30,8% un an plus tôt.

Le distributeur explique avoir réduit ses coûts commerciaux, généraux et administratifs (SG&A) de quelque 70 millions de dollars au cours du trimestre, notamment par le biais d’une diminution des dépenses publicitaires.

Pour son deuxième trimestre, JCPenney dit encore prévoir une croissance de son activité à périmètre comparable de l’ordre de 5%, un rythme de croissance qui devrait également se matérialiser sur l’ensemble de l’exercice.

En avant-Bourse, le titre bondissait de plus de 18%. Depuis le début de l’année, la valeur avait reculé de plus de 8%.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com.

www.jcpenney.com

Mulhouse – H&M : un nouveau paquebot pour le centre-ville

source:www.lalsace.fr

Le nouveau magasin H&M de Mulhouse, qui s’étend désormais sur 2300 m² et propose un espace dédié à la maison et à la déco, a été inauguré hier matin. Et, forcément, il y avait foule !

Dans une société où la consommation constitue une valeur cardinale, l’ouverture d’un nouveau magasin en centre-ville devient, forcément, un événement à ne pas louper. Hier matin, pour l’inauguration du nouveau H&M, rue du Sauvage, à Mulhouse, il y avait donc du monde.

Sabrina, look de « fashion victim », a fait le pied de grue dès potron-minet devant les portes du commerce. « Je suis originaire de Paris et là-bas, les ouvertures de commerces sont toujours des événements. Il y a même des gens qui dorment toute la nuit devant la porte des magasins. » Trop dingue !

Arrivée devant le 39 rue du Sauvage vers 7 h du matin, la jeune femme s’est retrouvée toute seule, l’ouverture des portes n’étant prévue qu’à 11 h. Mulhouse n’est tout de même pas Paris.

Prête à bondir à l’intérieur du magasin, elle était bien décidée à dépenser quelques euros. « D’ailleurs, j’ai déjà fait du repérage sur le site internet de la marque. » La jeune femme est d’autant plus ravie de l’ouverture du nouveau magasin à Mulhouse que l’ancien était trop petit à son goût. « Du coup, j’allais faire mes courses au H & M de Bâle et de Fribourg… »

Dans la file d’attente, hier matin, il y avait aussi Sabrina, Priscilla et Stéphanie, arrivées à 9 h 30. « Nous voulions découvrir en avant-première les produits pour la maison. Et aussi voir les vêtements pour les femmes enceintes. » Ou encore Morgane, de Sausheim, qui s’est levée un peu plus tôt que d’habitude parce que sa maman avait lu dans L’Alsace que les cent premiers clients recevraient un bon d’achat de 20 euros.

L’ancien Monop’

Passées les portes du commerce, à 11 h tapantes, les clients ont eu droit à une haie d’honneur et à des applaudissements de la part du personnel de H&M. Le magasin, dirigé par Jeff Scherrer, compte quarante salariés, dont quatorze ont été embauchés récemment. Il s’étend désormais sur 2300 m² (contre 1500 m² auparavant, au 55 rue du Sauvage), répartis sur deux étages. Justement, certains habitués du commerce au centre-ville de Mulhouse ont sans doute ressenti un petit pincement au cœur en retrouvant les locaux de l’ancien Monoprix, avec son escalier roulant, toujours à sa place.

Outre l’augmentation très sensible en superficie, la grande nouveauté de ce magasin, c’est donc l’espace H&M home (maison). « Les différents concepts sont présentés en shop-in-shop » , décrit, de manière pour le moins absconse, le communiqué de presse édité pour l’ouverture. En clair, on retrouve, dans cet espace de 345 m², du linge de lit, des coussins, des rideaux, des plaids, des draps de bains ou des serviettes…

À noter que cet espace « home » est le deuxième de France après celui du magasin de Paris Tolbiac, qui a ouvert avant-hier. Mais c’est le premier en superficie. Comme quoi, Mulhouse peut parfois faire plus fort que Paris ! source: Édouard Cousin

www.hm.com

Guinée: Km36 : un nouveau marché de 496 places et 79 magasins inauguré

Le nouveau marché du Km36 dénommé, le marché de la «réconciliation nationale M’Mamy Camara» a été inauguré ce samedi 24 mai en présence d’une délégation de la Première Dame de la République, conduite par Hadja Fatoumata Condé épouse du président de l’Assemblée nationale et de Madame Hadja Binta Bah épouse de Bah Ousmane. Une initiative du groupement Guinée Mali de la localité.

Souhaitant la bienvenue aux invités, la présidente du groupement Guinée-mali, Mme M’Mamy Sylla a dit « cette cérémonie est si historique pour le Km 36 quant on sait que depuis des années le Km36 n’avait pas un marché digne de nom ». Elle a par la même occasion, saluer les efforts des membres de son groupement ; des efforts ayant permis d’obtenir auprès des autorités préfectorales et communales, cet ancien magasin de semences et autres outillages agricoles du temps de la 1ère République, pour en faire un nouveau marché. Avant de préciser que ce nouveau marché compte 496 places et 79 magasins pour un coût global de 2592.200.000GNF ; sa construction a duré deux mois. Mme Sylla a signalé que la réalisation de cette infrastructure se place dans la cadre de la réconciliation nationale, de la paix sociale dans le milieu des femmes de la préfecture de Coyah en général et du Km 36 en particulier. Enfin, elle a au nom des femmes du Km 36, dit leur engagement à soutenir la réélection du Pr Alpha Condé en 201, au regard de ses efforts envers la femme guinéenne, depuis son élection en 2010. Dans leur discours réponse, la délégation de la Première Dame a remercié ces femmes pour cette initiative, avant de les inviter à davantage œuvrer en faveur de la consolidation de la paix et l’unité nationale entre les femmes du Km36, d’une part et celle de toute la préfecture de Coyah, de l’autre. Balla Yombouno, envoyé spécial

www.guinee24.com

Optique : un nouveau magasin GENERALE D’OPTIQUE en Ille-et-Vilaine (35)

http://www.lesechosdelafranchise.com

2/6/14

GrandVision France poursuit le développement de son réseau Générale d’Optique et a ouvert le 28 mai dernier un nouveau magasin franchisé à Bain de Bretagne (35), en Ille-et-Vilaine.
D’une surface de 150 m², la nouvelle unité est située en zone commerciale.

Le réseau Générale d’Optique comprend 318 succursales (1 900 salariés), et185 franchises. L’enseigne ouvre 50 nouveaux magasins chaque année.

Générale d’Optique est avec Grand Optical, une des deux enseignes du réseau GrandVision. Regroupant 4 900 magasins implantés dans 40 pays, il s’agit du numéro 2 mondial sur le marché de l’optique.

www.generaleoptique.com

Les boutiques d’antan

Toulouse Restaurant Le Petit Hôtel Lucullus tirage repro an Toulouse Vêtements Tissu Au Bonheur du Peuple ancien commerce Bar Café Salon Thé Restaurant Sam's ancien commerce Toulouse Café Restaurant Hôtel Charles ancien commerce Toulouse Chaussure Cordonnerie tirage repro an. 1920 ancien commerce Toulouse épicerie alimentation L'Epargne 1928 Anciens Commerces Vin maréchalerie scène de rue - repro photo deb. XXe commerce Biscuiterie Nantaise BN Nantes Petit Beurre commerce de Toulouse Café bistro Bar Aimé commerce Toulouse Café Bar Hôtel Restaurant Charles commerce Toulouse Charcuterie Boucherie Bourgeois commerce Toulouse Chaussures Cordonnier Denjean commerce Toulouse Coiffeur Barbier Parfum Beauté commerce Toulouse Collection Carte Timbre Philatélie repro an.1920 commerce Toulouse Cordonnier Ressemelage Chaussure commerce Toulouse Dentelles Tulles Rideaux J.Chausson commerce Toulouse Épicerie Alimentaire Viande tirage repro an. 1920 commerce Toulouse Épicerie Alimentation Fromagerie commerce Toulouse Magasin Chapeau Chapellerie commerce Toulouse Mercerie Tissus Couture commerce Toulouse Pâtisserie Confiserie Maison Viol commerce Toulouse Restaurant Hôtel Central tirage repro an. 1920 Défilé Char publicité meubles & vin aliment repro- deb. XXe s ommerce Toulouse Épicerie Buvette Charcuterie tirage repro 1928 Toulouse Horlogerie Montre Bijouterie Jalcou Toulouse Librairie Marouet La Petite Gironde tirage

Hermes holds first sale in China as frugality drive bites

http://www.wantchinatimes.com

A Hermes outlet at Beijing Capital International Airport.

Fashion house Hermes broke its in-house rule on Tuesday when it held a discount sale for the first time in China. Other luxury brands may follow their lead as the government’s anti-corruption frugality campaign has dealt a heft blow to their sales, leaving them with excess inventory, reports our Chinese-language sister paper Want Daily.

The rule of no sales and of not selling at shopping malls went out the window when Hermes held a sale at the Hyatt Regency Hangzhou in eastern China to clear unsold stock accumulated over the past two to three years. Most of the items available were men and women’s clothes and shoes, which carried discounts of 20%-50%.

Other brands including Ferragamo, Boss and Armani look set to follow suit with discount sales near their own outlets at department stores in mid-May, including last year’s collections.

A senior executive at a department store in Hangzhou said luxury brands have been struggling this year as plunging sales have pushed up their inventory. The brands would rather lose face than lose their business, the executive said.

Coopérative alimentaire: Le chiffre d’affaires de BIOCOOP en progression de 8,2 % en 2013


24.02.2014, Information communiquée par l’enseigne

Dans un contexte de défiance des consommateurs à l’égard des marques alimentaires, Biocoop, réseau de magasins bio et équitables, annonce une progression de son chiffre d’affaires de 8,2 % en 2013. Il passe de 535 millions d’euros en 2012 à 580 millions en 2013. 25 ouvertures supplémentaires et essaimages ont été enregistrés la même année.

Biocoop comptait 345 magasins en France au 31 décembre 2013. Le chiffre d’affaires moyen par magasin s’élève à 1,68 millions d’euros. En 2014, le réseau prévoit l’ouverture de 22 nouveaux magasins.

www.biocoop.fr/‎

Nouveau record de défaillances d’entreprises en 2013

Source : Reuters 12/02/2014

Les défaillances d’entreprises ont atteint un record l’an passé en France et leur nombre devrait se stabiliser à un niveau élevé en 2014 faute d’une croissance suffisante de l’activité économique, estime la Coface .

Un total de 63.452 entreprises ont donné lieu à un redressement ou une liquidation judiciaires en 2013, soit 5,3% de plus qu’en 2012 et 0,4% de plus que le précédent record touché en 2009, au plus fort de la crise, selon les chiffres publiés mercredi par l’assureur crédit.

Il note toutefois que le taux des défaillances est resté stable (0,8%) par rapport aux années d’avant-crise grâce à un stock d’entreprises qui continue de croître.

La Coface ajoute que le quatrième trimestre a connu une légère accalmie après un printemps et un été meurtriers.

Les entreprises de petite taille ont particulièrement souffert l’an passé avec des hausses de 5,2% pour les micro-entreprises, de 5,8% pour les TPE et de 8,2% pour les PME. Les défaillances ont revanche diminué de 4,9% pour les entreprises de taille intermédiaire (ETI), qui avaient connu une année 2012 particulièrement rude.

Le coût financier associé aux défaillances, à savoir l’encours des dettes fournisseurs des entreprises touchées, a augmenté de 10,4% à 4,82 milliards d’euros, une hausse qui tient en partie aux difficultés de deux grandes entreprises, le transporteur Mory-Ducros et le fabricant d’électroménager FagorBrandt.

Leur coût social a de même progressé de 6,3% avec 211.716 emplois menacés, un total proche de celui de 2009 (213.665)

Les secteurs exposés à la consommation ont connu une année 2013 difficile : +9,7% pour les défaillances dans la distribution, plus particulièrement la distribution spécialisée (librairies, meubles, jouets, fleuristes), +9,2% pour l’électronique-informatique-télécommunications et +6,1% pour les services aux particuliers, dont la restauration.

La chimie s’est distinguée avec un recul de 5,7% entre 2012 et 2013, qui a été plus prononcé encore (-5,7%) pour le sous-secteur pharmacie.

L’année 2014 a bien commencé, avec un nombre de défaillances sur 12 mois qui revient à 62.990 à fin janvier.

Mais la faible hausse du PIB attendue cette année fait qu’un recul marqué est improbable. Les économistes de la Coface estiment ainsi qu’une croissance annuelle de 1,6% est nécessaire pour stabiliser les défaillances, alors qu’ils l’anticipent pour leur part à tout juste 0,6% (contre 0,9% prévu par le gouvernement).

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

© 2014 Reuters – Tous droits de reproduction réservés par Reuters.

Beaumanoir ouvre son plus gros multistore

Le groupe de prêt à porter Beaumanoir vient d’ouvrir à Dinan son plus gros multistores au monde. Ce nouveau concept de  magasin a une surface de 1600 m2, et met en avant toute l’experience client et l’innovation marketing du groupe. Pour le président du groupe, Roland Beaumanoir, le magasin de Dinan a ainsi été conçu pour être un véritable laboratoire au service des innovations. Ce point de vente est équipé de technologies inédites, d’écran digital à la RFid pour facilité

www.groupe-beaumanoir.com/

Franchise Prêt-à-porter. Focus sur le groupe Beaumanoir
Publié le 04.09.2013
Rencontre avec Jean-Louis Mochamps, Directeur développement Europe Moyen Orient des enseignes du groupe Beaumanoir

Entré au sein du groupe breton en septembre 2008, Jean-Louis Mochamps pilote aujourd’hui le développement de toutes les marques du groupe Beaumanoir (Cache Cache, Patrice Bréal, Scottage, Bonobo, Morgan et Multistore) en Europe mais aussi au Moyen-Orient. Lors de notre déplacement à Saint-Malo dans les locaux du siège social du groupe, ce spécialiste de la franchise et de la commission-affiliation nous a livré son analyse de l’évolution du marché du prêt-à-porter et dévoilé les challenges qui attendent le groupe breton dans les années à venir. Entretien.« La majorité des adhérents du groupe Beaumanoir sont des commerçants d’origine »
Samuel Burner : Si vous deviez définir une identité commune à toutes les enseignes, quelle serait-elle ? Quelle est, selon vous, la force du groupe Beaumanoir dans un univers aussi concurrentiel ? Quel est l’état du parc du groupe Beaumanoir à ce jour ?

Jean-Louis Mochamps : Au départ, nos marques ont un code génétique commun : le prêt-à-porter populaire. Il s’agit d’offrir des gammes accessibles en termes de prix à chaque fois avec un style original et un positionnement bien défini : les jeunes urbains chez Bonobo, pour la femme de 40 à 60 ans chez Patrice Bréal ou la passionnée de mode chez Morgan. Cache Cache est la marque historique du groupe Beaumanoir. Elle a été lancée en 1985 et s’adresse aux femmes, de 20 à 40 ans.

 

Fin juin 2013, le groupe comptait plus de 2600 points de vente dans le monde, dont 1700 en Europe. La France reste le pays où le groupe est le plus représenté avec près de 1 400 magasins (toutes marques confondues). Dans la zone que je pilote à l’international, le groupe est présent avec 300 magasins principalement implantées en Espagne, en Italie, en Suisse, en Belgique et aussi en Arabie Saoudite. A noter que le groupe dispose également de plus de 750 magasins en Chine sous la marque Cache Cache.

Toutes nos marques ont pour vocation de se développer, en particulier Morgan et Cache Cache dans toute l’Europe. Notre expansion est loin d’être terminée. Je me permets d’ailleurs de vous rappeler la citation de Roland Beaumanoir (qui cite St Thomas d’Aquin) : « Rien n’est achevé, tout est à construire ! »

Samuel Burner : Comment ressentez-vous la montée en puissance du commerce digital ? Est-ce aujourd’hui une priorité pour le groupe ?

Jean-Louis Mochamps : Nous faisons face à une révolution du commerce digital puisqu’avec le digital, le commerce devient multiple, multiforme, cross-canal. Les enseignes du Groupe Beaumanoir sont des marques populaires. Le discount se fait avant tout dans nos boutiques. A la différence de marques de luxe, Internet n’apporte pas un avantage fulgurant par rapport aux prix pratiqués dans nos points de vente. Pour le moment, l’e-commerce est aujourd’hui encore marginal en termes de valeur mais son importance est croissante.

Il faut quand même noter que la marque Morgan a une exposition plus importante sur le web et on observe une fidélisation de la clientèle qui est forte. Dans tous les cas, le digital a un avenir important au sein du groupe. Internet est un lieu de recommandation, on y discute des produits et des nouvelles collections, on va chercher de l’information sur les réseaux sociaux, comparer les prix et s’informer à tout moment.

Nos projets d’implantation de bornes interactives dans nos boutiques entrent ainsi dans cette logique. Ceci permettra notamment de donner accès à l’ensemble des collections aux clients, qui pourront choisir de se faire livrer chez eux ou dans leur point de vente habituel.

Samuel Burner : Quel impact cette révolution du commerce a-t-elle sur le parc des magasins ? Comment y faites-vous face sur le terrain ?

Jean-Louis Mochamps : La révolution du digital nous oblige à réorganiser nos réseaux de points de vente. En clair, moins de magasins en France. Nous nous dirigeons vers une rationalisation des parcs. Cela se traduira par des fermetures de points de vente, des déplacements et déménagements au profit notre concept grande surface des « Multistores ».

Le format « Multistore » est véritablement un concept d’avenir. Il permet de proposer plusieurs de nos marques sur un seul site. Représentant aujourd’hui plus d’une centaine de points de vente, ces formats rassemblent en général au moins deux enseignes, Cache Cache et Bonobo par exemple.

La physionomie des villes a énormément évolué. Les villes sont devenues polycentres. Il n’est ainsi plus très cohérent aujourd’hui d’opposer le centre-ville à la périphérie. L’urbanisation a rendu la situation plus complexe. A l’image du commerce cross canal. Avec ce concept, nous avons ainsi la possibilité de proposer à une clientèle une offre très large dans les ZAC ou les retail park.

 

Samuel Burner : Quel est le profil classique de vos adhérents ? Recherchez-vous des nouveaux partenaires franchisés dans l’hexagone ?

Jean-Louis Mochamps : Aujourd’hui, nous comptons en France 220 partenaires pour 700 points de vente affiliés environ. Les 4/5 de nos adhérents sont des commerçants d’origine. N’oublions pas que dans notre métier, l’emplacement est primordial dans la réussite de la boutique.

A ce titre, nous n’avons pas de besoins pressants pour recruter de nouveaux partenaires. Après notre phase de redéploiement, nous aurons surtout besoin de partenaires très ciblés, que ce soit en termes de régions ou de villes. Nous vivons une étape de restructuration et de redéploiement vitale pour ensuite reprendre l’initiative sur le territoire français.

USA / 2013 TOP 100 RETAILERS

Ranksort icon Company Headquarters 2012 USA Retail Sales ($000) Sales Growth (’12 v ’11) Worldwide Retail Sales ($000) USA % of Worldwide Sales 2012 Stores Stores Growth (’12 v ’11)
1 Wal-Mart Bentonville, Ark. $328,704,000 4.0% $467,896,000 70.3% 4,570 3.3%
2 Kroger Cincinnati $92,165,000 6.6% $92,165,000 100.0% 3,538 -1.0%
3 Target Minneapolis $71,960,000 5.1% $71,960,000 100.0% 1,778 0.9%
4 Costco Issaquah, Wash. $71,042,000 10.6% $97,062,000 73.2% 435 2.4%
5 The Home Depot Atlanta $66,022,000 6.4% $74,754,000 88.3% 1,965 0.1%
6 Walgreen Deerfield, Ill. $65,014,000 -1.2% $66,977,000 97.1% 7,821 2.2%
7 CVS Caremark Woonsocket, R.I. $63,688,000 6.7% $63,863,000 99.7% 7,472 1.7%
8 Lowe’s Mooresville, N.C. $49,366,000 0.2% $50,521,000 97.7% 1,715 0.2%
9 Safeway Pleasanton, Calif. $37,532,000 1.6% $42,237,000 88.9% 1,418 -2.4%
10 McDonald’s Oak Brook, Ill. $35,593,000 4.2% $88,290,000 40.3% 14,146 0.4%
11 Amazon.com Seattle, Wash. $34,416,000 30.4% $61,093,000 56.3% na
12 Best Buy Richfield, Minn. $34,411,000 1.1% $45,385,000 75.8% 1,500 4.0%
13 Sears Holdings Hoffman Estates, Ill. $30,727,000 -9.2% $36,102,000 85.1% 3,229 -7.5%
14 Macy’s Cincinnati $27,610,000 4.9% $27,686,000 99.7% 841 0.1%
15 Publix Lakeland, Fla. $27,485,000 1.9% $27,485,000 100.0% 1,230 2.7%
16 SUPERVALU Eden Prairie, Minn. $27,457,000 -6.3% $27,457,000 100.0% 2,404 -2.5%
17 Ahold USA / Royal Ahold Carlisle, Pa. $25,845,000 3.1% $62,260,000 41.5% 772 2.1%
18 Rite Aid Camp Hill, Pa. $25,392,000 0.5% $25,392,000 100.0% 4,623 -0.9%
19 Apple Stores / iTunes Cupertino, Calif. $23,998,000 34.6% $26,790,000 89.7% 255 4.1%
20 TJX Framingham, Mass. $19,422,000 11.6% $25,719,000 75.5% 2,335 5.6%
21 Kohl’s Menomonee Falls, Wis. $19,279,000 2.5% $19,279,000 100.0% 1,146 1.7%
22 Delhaize America Salisbury, N.C. $18,800,000 -2.2% $29,212,000 64.4% 1,553 -5.9%
23 H-E-B San Antonio $18,201,000 8.2% $19,410,000 93.8% 318 3.2%
24 YUM! Brands Louisville, Ky. $17,964,000 5.1% $34,572,000 52.0% 18,069 0.1%
25 True Value Chicago $16,603,000 -1.6% $16,603,000 100.0% 4,569 -1.6%
26 Dollar General Goodlettsville, Tenn. $16,022,000 8.2% $16,022,000 100.0% 10,506 5.7%
27 Meijer Grand Rapids, Mich. $15,814,000 2.8% $15,814,000 100.0% 198 0.5%
28 Wakefern / ShopRite Keasbey, N.J. $13,656,000 6.4% $13,656,000 100.0% 300 3.1%
29 J.C. Penney Plano, Texas $12,908,000 -24.7% $12,985,000 99.4% 1,097 -0.7%
30 BJ’s Wholesale Club Westborough, Mass. $12,465,000 6.0% $12,465,000 100.0% 200 2.6%
31 Staples Framingham, Mass. $12,293,000 -0.8% $20,030,000 61.4% 1,547 -2.3%
32 Subway Milford, Conn. $12,237,000 9.2% $18,417,000 66.4% 25,900 3.5%
33 Gap San Francisco $12,031,000 5.1% $15,113,000 79.6% 2,391 -1.8%
34 Nordstrom Seattle $11,762,000 12.1% $11,762,000 100.0% 240 6.7%
35 Whole Foods Market Austin, Texas $11,324,000 15.6% $11,699,000 96.8% 322 3.5%
36 Bed Bath & Beyond Union, N.J. $10,913,000 16.1% $10,983,000 99.4% 1,434 25.5%
37 7-Eleven Dallas $10,699,000 7.5% $93,011,000 11.5% 7,672 6.3%
38 Aldi Batavia, Ill. $10,041,000 8.9% $42,321,000 23.7% 1,260 5.4%
39 Ace Hardware Oak Brook, Ill. $10,008,000 3.4% $12,510,000 80.0% 4,104 0.8%
40 Ross Stores Pleasanton, Calif. $9,712,000 12.9% $9,721,000 99.9% 1,198 6.6%
41 L Brands (formerly Limited Brands) Columbus, Ohio $9,399,000 -0.2% $10,074,000 93.3% 2,619 -0.2%
42 Family Dollar Stores Matthews, N.C. $9,331,000 9.2% $9,331,000 100.0% 7,442 6.0%
43 Army Air Force Exchange Dallas $9,093,000 5.0% $9,093,000 100.0% 182 1.1%
44 Wendy’s Dublin, Ohio $9,038,000 1.2% $9,719,000 93.0% 5,817 -1.0%
45 Bi-Lo (formerly Winn-Dixie Stores) Jacksonville, Fla. $8,957,000 353.0% $8,957,000 100.0% 688 232.4%
46 Starbucks Seattle $8,805,000 9.5% $11,745,000 75.0% 11,128 3.2%
47 Burger King Worldwide Miami $8,615,000 3.1% $15,842,000 54.4% 7,183 -0.5%
48 Menard Eau Claire, Wis. $8,441,000 4.6% $8,441,000 100.0% 273 4.2%
49 Good Neighbor Pharmacy Chesterbrook, Pa. $8,357,000 3.9% $8,357,000 100.0% 3,445 1.1%
50 Darden Restaurants Orlando $8,213,000 3.9% $8,467,000 97.0% 2,120 9.5%
51 Verizon Wireless Basking Ridge, N.J. $8,010,000 7.6% $8,010,000 100.0% 1,910 -18.0%
52 Toys « R » Us Wayne, N.J. $8,009,000 -3.3% $15,768,000 50.8% 872 0.1%
53 Trader Joe’s Monrovia, Calif. $7,844,000 7.4% $31,666,000 24.8% 395 5.1%
54 AT&T Wireless Dallas $7,577,000 16.8% $7,577,000 100.0% 2,300 0.0%
55 Health Mart Systems Omaha, Neb. $7,350,000 4.5% $9,908,000 74.2% 3,030 6.3%
56 Dollar Tree Chesapeake, Va. $7,266,000 11.3% $7,395,000 98.3% 4,531 6.6%
57 Office Depot Boca Raton, Fla. $7,020,000 -3.8% $10,352,000 67.8% 1,106 -1.7%
58 AutoZone Memphis $6,949,000 6.5% $7,306,000 95.1% 4,657 3.3%
59 Giant Eagle O’Hara Township, Pa. $6,823,000 2.9% $6,823,000 100.0% 411 1.2%
60 Wegmans Food Markets Rochester, N.Y. $6,736,000 8.7% $6,736,000 100.0% 81 3.8%
61 Dunkin’ Brands Canton, Mass. $6,685,000 4.0% $8,777,000 76.2% 9,734 2.8%
62 Barnes & Noble New York $6,546,000 -0.6% $6,546,000 100.0% 1,354 1.2%
63 DineEquity Glendale, Calif. $6,519,000 3.1% $6,907,000 94.4% 3,435 1.5%
64 Dillard’s Little Rock, Ark. $6,489,000 4.8% $6,489,000 100.0% 302 -0.7%
65 A&P Montvale, N.J. $6,257,000 -7.9% $6,257,000 100.0% 291 -6.1%
66 O’Reilly Automotive Springfield, Mo. $6,182,000 6.8% $6,182,000 100.0% 3,976 6.3%
67 Advance Auto Parts Roanoke, Va. $6,155,000 0.6% $6,197,000 99.3% 3,768 3.6%
68 GameStop Grapevine, Texas $6,125,000 -6.7% $8,887,000 68.9% 4,377 -1.8%
69 Dick’s Sporting Goods Coraopolis, Pa. $5,836,000 12.0% $5,836,000 100.0% 601 7.1%
70 PetSmart Phoenix $5,740,000 10.7% $5,980,000 96.0% 1,198 3.4%
71 QVC West Chester, Pa. $5,585,000 3.2% $8,516,000 65.6% na
72 Defence Commissary Agency Fort Lee, Va. $5,199,000 2.6% $5,199,000 100.0% 180 0.0%
73 Big Lots Columbus, Ohio $5,195,000 2.1% $5,350,000 97.1% 1,495 3.0%
74 Save Mart Modesto, Calif. $5,098,000 1.2% $5,098,000 100.0% 241 1.3%
75 Sherwin-Williams Cleveland $5,000,000 10.4% $5,410,000 92.4% 3,378 1.6%
76 WinCo Foods Boise, Idaho $4,932,000 8.0% $4,932,000 100.0% 86 7.5%
77 OfficeMax Naperville, Ill. $4,831,000 -3.7% $6,238,000 77.4% 836 -5.1%
78 Alimentation Couche-Tard Tempe, Ariz. $4,763,000 5.3% $8,248,000 57.7% 3,941 3.3%
79 Tractor Supply Co. Brentwood, Tenn. $4,664,000 10.2% $4,664,000 100.0% 1,176 8.4%
80 Chick-fil-A Atlanta $4,618,000 14.0% $4,618,000 100.0% 1,702 5.4%
81 Harris Teeter Supermarkets Matthews, N.C. $4,535,000 5.8% $4,535,000 100.0% 208 2.0%
82 Foot Locker New York $4,468,000 12.9% $6,129,000 72.9% 2,406 -2.8%
83 Dell Round Rock, Texas $4,369,000 -8.0% $4,369,000 100.0% na
84 Neiman Marcus Dallas $4,345,000 8.6% $4,345,000 100.0% 78 -1.3%
85 Hy-Vee W. Des Moines, Iowa $4,257,000 -5.8% $4,257,000 100.0% 255 -2.3%
86 Brinker International Dallas $4,139,000 2.5% $4,580,000 90.4% 1,321 -1.0%
87 Burlington Coat Factory Burlington, N.J. $4,104,000 7.1% $4,131,000 99.3% 492 4.5%
88 Michaels Stores Irving, Texas $3,989,000 4.3% $4,408,000 90.5% 1,124 1.4%
89 Belk Charlotte, N.C. $3,957,000 7.0% $3,957,000 100.0% 301 -0.7%
90 Bloomin’ Brands Tampa, Fla. $3,931,000 3.7% $4,606,000 85.3% 1,266 1.4%
91 Williams-Sonoma San Francisco $3,920,000 6.5% $4,043,000 97.0% 566 0.9%
92 IKEA North America Conshohocken, Pa. $3,902,000 10.4% $36,406,000 10.7% 39 2.6%
93 Roundy’s Supermarkets Milwaukee $3,887,000 1.6% $3,887,000 100.0% 161 1.9%
94 Stater Bros. Holdings San Bernardino, Calif. $3,873,000 4.9% $3,873,000 100.0% 167 0.0%
95 Sonic Oklahoma City, Okla. $3,791,000 2.6% $3,791,000 100.0% 3,556 -0.1%
96 Albertsons Boise, Idaho $3,652,000 -10.9% $3,652,000 100.0% 190 -10.0%
97 Price Chopper Supermarkets Schenectady, N.Y. $3,627,000 2.0% $3,627,000 100.0% 130 0.8%
98 RadioShack Fort Worth, Texas $3,603,000 -5.7% $3,824,000 94.2% 5,307 -3.2%
99 Ingles Markets Black Mountain, N.C. $3,578,000 4.3% $3,578,000 100.0% 203 0.0%
100 The Sports Authority Englewood, Colo. $3,509,000 3.9% $3,509,000 100.0% 478 3.9%
Source: Kantar Retail
Notes

  • na: Not available or not applicable
  • USA = 50 States and District of Columbia; Sales in Puerto Rico, the US Virgin Islands, and Guam have been estimated and removed if reported as part of the US business segment for that company.
  • All retail sales estimates are excluding wholesale and non-retail services (not sold at store).
  • Fuel sales are included, except where revenues of fuel exceed 50% of average store revenues, in this case sales are reported exclusive of fuel sales.
  • All figures are estimates based on Kantar Retail research and company reports

http://www.stores.org

In this digital age, it seems remarkable that bricks-and-mortar retailers have displayed such staying power. But only two truly pure-play online merchants appear in STORES magazine’s annual report on the nation’s Top 100 Retailers, and it just may be that traditional retailers do all the heavy lifting when it comes to pushing goods through the consumer pipeline.

Amazon.com is the ever-growing 800-lb. e-commerce gorilla and fledglings like Warby Parker are the merchants du jour among the Twittering classes. Most people, however, still do the bulk of their shopping at Walmart, Target, Macy’s and lots of supermarkets and home improvement chain stores. Truth is, more than 15 years into the dot-com revolution, online transactions account for less than 15 percent of total retail sales.

For example, five Top 100 large-format value retailers — Wal-Mart (including Sam’s Club), Target, Costco Wholesale, Meijer and BJ’s Wholesale — collectively generate nearly half a trillion dollars in annual sales. In contrast, Amazon.com and Dell Direct, the pure e-commerce retailers among the Top 100, posted combined U.S. sales of $38.8 billion.

In a year that saw collective sales decline 1 percent, the department stores in the Top 100 still generated average sales of $23.3 billion in 2012. Top 100 supermarkets were nearly as strong, averaging $21.2 billion in 2012 sales.

This brawny show of retail sales does not detract from what Amazon is and what it does best. As it gobbles up consumer dollars, leaving whole chains of venerable retailers as well as mom-and-pop e-commerce startups in its wake, the brainchild of Jeff Bezos aspires to be more than a retailer and more than a provider of electronic content.

Amazon dominates the world of e-commerce sales, estimated at $259 billion in 2013; that’s a healthy 14.8 percent year-over-year gain, according to eMarketer. Amazon’s share is estimated to be 15.4 percent of the entire e-commerce pie — and 28 percent of the 500 biggest e-commerce players, according to Internet Retailer. What’s more, eMarketer says Amazon’s ad revenues are forecast to increase 37 percent to $835 million this year.

Amazon’s big moves
In the past, Amazon’s gaudy quarterly growth figures were dismissed in some quarters as representing relatively small amounts of real dollars. Not so anymore, says Kantar Retail’s Anne Zybowski, who points out that Amazon has been adding sales at a faster rate and by a greater amount.
Zybowski, vice president of retail insights at Kantar Retail, says Amazon added about $7 billion more in sales since 2010 than Wal-Mart, and should keep pace with or outperform Wal-Mart over the next five years.

Amazon is doing many things you would expect a retailer to do, from spending money building warehouses to developing new products for its house-brand of electronic devices — and creating new content for those devices. But non-retail Amazon is heavily involved as virtual landlord for all the merchants in its Marketplace online shopping mall and is continually upgrading and expanding its technology-for-hire Web Services business.

Amazon also moved more heavily into the drug store space with the launch of Amazon.com/50ActiveLiving, a virtual store filled with health, wellness, beauty and personal care products aimed at consumers 50 and older.

Earlier this year, Amazon purchased the Goodreads book-selling web operation and launched a memorabilia store called Entertainment Collectibles with merchandise inspired by movies, television shows and celebrities. In a more recent deal with Viacom, Amazon won the exclusive right to stream Nickelodeon programs, including such shows as “Dora the Explorer” and “SpongeBob SquarePants.”

After years of testing its AmazonFresh delivery service in its home market of Seattle, Amazon is expanding in the grocery arena: The delivery concept debuted in Los Angeles last month, offering products from butchers, fishmongers, greengrocers and other merchants.

Points of differentiation
Amazon’s Prime service, in existence since 2005 and offering such perks as free two-day shipping on most orders and access to Amazon Instant on-demand videos, has long been a draw. Yet according to Complete Blog, Prime customers are willing to pay for shipping on 39 percent of their orders, which indicates that Prime membership’s primary advantage is often ignored.

The opacity surrounding whether a customer is actually purchasing from Amazon or a third-party merchant using Amazon’s Marketplace platform means there is virtually no seller-buyer relations beyond the transaction. Such practice extends to eBay, Google and other online exchanges and virtual malls, where shoppers don’t seem to know that eBay and Google aren’t selling the goods being purchased.

E-commerce platform providers are attempting to blur the lines and connect directly with consumers. eBay and Kate Spade recently partnered on pop-up stores in New York City featuring a touchscreen storefront window, combining eBay’s mobile shopping expertise with its PayPal payment program in a bricks-and-mortar location.

While the distinctions among and between e-commerce platforms and physical stores can be significant, the consumer makes use of any and all channels available, suggests Zybowski. “It’s not about online or off-line, it’s about multi-channel,” she says, adding that “multi-channel means more than a physical store with a website.”

Digital commerce has three components, Zybowski explains: traditional desktop or laptop computer-based online shopping; tablet-based e-commerce; and mobile commerce using smartphones and other communications devices.

“M-commerce is not about to plateau. It will continue to grow because consumers use their phones” to compare prices, navigate stores and for real-time social purchase consulting, in addition to making purchases, she says. “It really is a different type of digital commerce from computer-based and even tablet-based.”

Other than Amazon.com and Dell, which shed its physical retail connections, there are no “pure” e-commerce businesses large enough to qualify for the Top 100 Retailers. (Non-store retailer QVC is not considered a “pure-play” e-commerce retailer due to its shop-at-home broadcast component.) Zybowski attributes that, at least in part, to the acquisition activity of traditional store-based retailers like Wal-Mart and Target as they grow their own e-commerce businesses. A more pertinent example was the move made last year by TJX, which spent $200 million to acquire Wyoming-based online merchant Sierra Trading Post.

Some online merchants like Overstock.com and Newegg.com might gain such scale, but many growing online retailers have also begun opening bricks-and-mortar stores, including Bonobos, Warby Parker and Piperlime.

Merchants conversant with retailing in the physical world choose to emphasize their store-built brands to make a point of differentiation. Wal-Mart, Macy’s, Walgreens and a lot of other bricks-and-mortar operators are using their stores as aids to selling goods in whatever channel customers choose to shop, with the reassuring notion that “You know where you can find us if your Internet connection goes down.”

Building in-store and online
Wal-Mart has been one of the busiest of the store-based retailers promoting technology. Many of the innovations come from @Walmart Labs, the San Bruno, Calif., subsidiary the Bentonville behemoth established to tap into Silicon Valley resources.

Wal-Mart expects to ring up about $9 billion in e-commerce sales this year — only about 2 percent of its worldwide volume, but roughly one-sixth of Amazon’s worldwide retail sales.

One of the tools developed by @Walmart Labs is the proprietary search engine Polaris, which is “on par or even slightly better than Amazon,” according to Matt Nemer, senior analyst at Wells Fargo Securities. The heart of Wal-Mart’s e-commerce program is the site-to-store service launched six years ago and tinkered with ever since, where shoppers pick up orders at a Walmart store and don’t have to pay any shipping charges.

Walmart has also unveiled an app, Scan & Go, which enables users to scan and bag merchandise and pay at a self-checkout kiosk after presenting the data from their phones. Some 10 percent of Walmart’s U.S. stores offer the service; there has been no decision on whether to expand the pilot program as yet, although Wal-Mart spokesman Ravi Jariwala did say that the company was ready to test “mobile coupons and mobile gift cards that can be used as part of that Scan & Go experience.”

Wal-Mart “will continue to invest not only in how the customer wants to shop but how they want to receive the merchandise,” says CFO Charles Holley. “[W]e think we are competing very well from where we started from. We have a lot of work to do to make sure we are more efficient in getting the products to the consumers, but we feel like we have the tools to go do that.”

By many measures, Macy’s is the second-largest traditional retailer in terms of e-commerce volume, a position upon which it seeks to keep building.

“We are accelerating progress in omni-channel strategies at Macy’s and Bloomingdale’s to bring together our efforts in stores, online and mobile in a manner that satisfies emerging shopping patterns and capitalizes on the strength of our inventory regardless of where the customer demand occurs,” Terry J. Lundgren, chairman, president and CEO of Macy’s, told shareholders in February. “And we are engaging shoppers in a manner that engenders loyalty and builds our business with each individual customer.”

Last year, sales exploded at Macys.com and Bloomingdales.com, jumping 41 percent for all of 2012 and 47.7 percent in the holiday-season fourth quarter. The company said online sales positively affected its same-store sales for the year by 2.2 percentage points.

Even so, Macy’s is not cutting back on store-based retailing: In fact, it will spend hundreds of millions of dollars on its Herald Square flagship alone. At more than one million sq. ft. of selling space and billed as “The World’s Largest Store,” parts of the multi-building facility date back to 1902. In June 2013, Macy’s unveiled the second phase of a series of renovations that it says will be completed by this year’s holiday selling season. For the first time, windows along Seventh Avenue will showcase views into the store, and the Seventh Avenue and Broadway buildings will be linked at the mezzanine level as the mezzanine, main and second floors are remodeled.

Convenience, price stability
Other bricks-and-mortar retailers are also looking to exploit their inherent advantages. Convenience is certainly one of them — meaning not just that the store is right around the corner, but also that the items come home when they are purchased.

For some retailers, the convenience message includes being part of the community. This is particularly true of independent stores grouped together under a national banner. A number of such alliances are large enough to rank among the Top 100 Retailers, including Health Mart and Good Neighbor in the retail pharmacy/drug store arena and True Value and Ace in the hardware/home improvement segment.

Another point of emphasis in combating the eBay and Amazon Marketplace mentalities is price stability — one of the features that first gave rise to chains selling everything from groceries to housewares and apparel to office supplies. If something advertised in the morning paper was featured at $19.99, the consumer knew that would be the price when she walked into the store. In the algorithm-ruled world of e-commerce, such price stability can no longer be taken for granted.

Face-to-face human interaction can also be used to stores’ advantage, whether it is Nordstrom’s renowned customer service, do-it-yourself project advice at The Home Depot or the personal shoppers’ assistance at any number of apparel stores. Target has moved in this direction by introducing consultants at 200 locations this summer.

“In an often crowded and sometimes daunting marketplace, Target’s Beauty Concierge program ensures that guests receive the friendly, personalized counsel they need to purchase their favorite beauty products at affordable prices,” says Bryan Everett, a Target senior vice president.

From Jul 2013 | By David P. Schulz | Tags: Cover StoryTop Retailers Lists

Burberry Group dépasse le milliard de pounds de chiffre d’affaires

Madison Avenue à New York

Ajouté le 14/11/2013 Par Shirley Pellicer

Dans ses comptes semestriels publiés aujourd’hui, Burberry Group rapporte une augmentation de son chiffre d’affaires de 17% entre avril et septembre 2013. Pour la première fois de son histoire, la société britannique dépasse le milliard de pounds de chiffre d’affaires : 1 031 millions cette année, contre 888 millions en 2012. En commantant les résultats du groupe, Angela Ahrendts s’est dite aussi très confiante pour l’avenir de la beauté.

De nombreuses actions judicieuses déployées par la marque auront contribué à ce succès, notamment une stratégie digitale innovante et des partenariats technologiques pertinents, avec Google pour Burberry Kisses, Apple et l’iPhone 5 pour le défilé Printemps/Eté 2014, sans oublier l’opération Burberry Beauty Booth sur Twitter. Burberry a su s’adapter aux changements rapides du marché, en fermant huit boutiques dans le monde, pour en ouvrir quatorze nouvelles sur des marchés plus porteurs en Chine, Inde, Brésil, Mexique et au Moyen-Orient. Depuis la fin de sa licence Beauté, la marque a lancé avec succès le nouveau parfum pour homme Brit Rythm, rassurant ainsi sur les capacités du groupe à gérer cette activité.
Angela Ahrendts, Chief Executive Officer, a déclaré à la presse :

Nous sommes fiers de pouvoir annoncer que pour la première fois de son histoire, Burberry vient de dépasser le milliard de pounds de chiffre d’affaires, démontrant ainsi plus que jamais la force et les performances exceptionnelles de la marque. Face à un environnement macro économique toujours incertain, nous restons concentrés sur nos stratégies retail, digitale et marketing pour ce troisième et très décisif trimestre à venir. L’équipe de direction continue d’assurer le développement de notre chiffre d’affaires, tout en protégeant l’intégrité de la marque. Des investissements sélectifs et des infrastructures efficaces continueront à assurer la rentabilité de notre éventail de marques, et plus particulièrement celle au long terme de notre cinquième division : la beauté. »

Vous en avez peut-être déjà entendu parler sur d’autres sites et blogs, mais impossible pour nous de faire l’impasse sur le nouveau magasin de l’enseigne Burberry installé au 121 Regent Street à Londres. Et pour cause, ce dernier affiche pour ambition de permettre aux clients de vivre en magasin exactement la même chose que ce qu’ils vivent sur le site internet. Mais la question subsiste: magasin connecté ou magasin digitalisé ?

http://fr.burberry.com/

Zalando : 1,8 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2013

18/2/14
Auteur : François Deschamps)
L’e-commerçant allemand a publié ses résultats pour l’année 2013. En hausse de 50%, son chiffre d’affaires à progressé de 600 millions d’euros, soit 1,8 milliard d’euros.

Le site de e-commerce spécialisé dans la mode, Zalando, a enregistré en 2013 une hausse de 600 millions d’euros de son chiffre d’affaires, soit un plus de 50 %, pour atteindre 1,8 milliard d’euros. La croissance a été tirée à la fois par l’expansion des catégories de produits existantes, chaussures et vêtements, ainsi que par d’importants développements sur les sept marchés investis par Zalando en 2012.

L’an passé, Zalando a poursuivi sa stratégie de diversification en continuant à se développer dans les vêtements, les articles de sport et les accessoires, si bien qu’au cours de l’exercice, l’entreprise a pour la première fois de son histoire vendu plus de vêtements que de chaussures.

Conséquences : la clientèle de Zalando s’est fortement développée. Fin 2013, plus de 13 millions de clients actifs avaient effectué au moins un achat chez Zalando au cours des 12 derniers mois, contre 9 millions en 2012.

Par ailleurs, dans la région clé pour Zalando, DACH (Allemagne, Autriche et Suisse), le site allemand a de nouveau enregistré de très bonnes performances en passant notamment la barre du milliard d’euros de chiffre d’affaires, pour la première fois. Toutes les régions internationales ont affiché une croissance de leur chiffre d’affaires à deux chiffres.

Avec plus de 300 millions de visites sur la boutique au cours du quatrième trimestre 2013, Zalando confirme son statut d’acteur majeur de la mode en ligne en Europe.

www.zalando.fr

Source : ecommercemag.fr

 

Barbara Bui : CA 2013 + 5% à 33,2 M EUR

29/01/2014

source zone bourse

Progression de 8% du chiffre d’affaires au 4ème trimestre 2013
Très bonne dynamique de la zone US

En M€                         2013      2012       Var. (%)
Chiffre d’affaires          33,2       31,8           +5%

Total consolidé dont :
– Activité Boutiques (Retail) 13,9 14,0 –
– Activité Diffusion (Wholesale) 19,3 17,8 +8 %
Un 4ème trimestre en croissance sur les 2 réseaux. Le Groupe Barbara Bui enregistre au 4ème trimestre 2013 un chiffre d’affaires de 7,6 M€, soit une progression de 8% par rapport à la même période de l’exercice précédent.

Le réseau Retail (Boutiques) réalise sur le dernier trimestre 2013, un chiffre d’affaires de 3,8 M€, en croissance de 8%.
Sur l’ensemble de l’année 2013, l’activité est stable à 13,9 M€ grâce aux boutiques américaines qui affichent d’excellentes performances avec une activité en croissance de 50% (+8% à périmètre constant). Au second semestre, la progression des points de ventes américains (+42% à périmètre constant) a permis de compenser, au niveau du Groupe, un 1er trimestre difficile dû à un environnement défavorable tant sur le plan économique que climatique.
Les ventes du 4ème trimestre 2013 du réseau Wholesale (Diffusion) en progression de 8% atteignent 3,9 M€, bénéficiant, notamment, des premières facturations de la collection Printemps/Eté 2014, soit 2,7 M€ de ventes facturées sur cette période contre 2,5 M€ en 2012.
L’activité Wholesale affiche une croissance régulière de collections en collections avec un chiffre d’affaires annuel de 19,3 M€, en hausse de 8%. Conformément aux tendances des carnets de commandes annoncés, la saison Printemps/Eté 2013 termine en croissance de 5% et la saison Automne/Hiver 2013 progresse de 10%. Le renforcement de la présence du Groupe aux Etats Unis a également dynamisé l’activité Wholesale sur cette zone où le chiffre d’affaires a doublé au cours de l’exercice.
Sur l’ensemble de l’exercice 2013, le Groupe Barbara Bui enregistre un chiffre d’affaires de 33,2 M€, en croissance de 5% par rapport à 2012.

Perspectives. Pour l’exercice 2014, le carnet de commandes Wholesale Printemps/Eté 2014 affiche une progression de 8% par rapport au Printemps/Eté 2013.

Les bonnes performances enregistrées à la fois en Retail et en Wholesale sur la zone américaine constituent un indicateur important pour l’année 2014 et permettent au Groupe Barbara Bui de rester confiant sur la poursuite du développement.

Enfin, l’activité de la boutique en ligne www.barbarabui.com, lancée début 2012, affiche une dynamique très intéressante même si le volume d’affaires reste encore peu significatif à l’échelle du Groupe.

Prochains évènements de communication financière

Résultats annuels 2013 : le 26 mars 2014 avant Bourse

MAISON DE LUXE, BARBARA BUI S’IMPOSE PAR UN STYLE PUR ET INCISIF POUR UNE FEMME A L’ELEGANCE CONTEMPORAINE ET RAFFINEE.

LES LIGNES DE VETEMENTS ET ACCESSOIRES BARBARA BUI ONT UN POSITIONNEMENT UNIQUE DANS L’UNIVERS DU LUXE.

LES COLLECTIONS SONT DIFFUSEES DANS LES BOUTIQUES BARBARA BUI IMPLANTEES A PARIS, MILAN, NEW YORK, LOS ANGELES, MOSCOU, ET BEYROUTH ET VIA UN RESEAU DE POINTS DE VENTE MULTIMARQUES SELECTIFS EN FRANCE ET A L’ETRANGER.

Les titres BARBARA BUI sont cotés sur le compartiment C de NYSE EURONEXT – ISIN : FR0000062788 – Reuters : BBUI.PA – BLOOMBERG : BRBB NM

BARBARA BUI
WILLIAM HALIMI – Président-Directeur Général
JEAN-MICHEL LAGARDE -Directeur Général Adjoint
ACTUS FINANCE – CORINNE PUISSANT – Analystes/investisseurs