Magasins de demain

Les mondes physique et numérique s’associent de plus en plus pour inventer de nouvelles relations avec les clients.

Antoine Chotard.

Antoine Chotard.

L’édition 2012 des Signaux numériques a lieu lundi 5 mars à Talence (33). À cette occasion, Antoine Chotard, responsable veille et prospective à Aquitaine Europe Communication (AEC) fera le point sur les grandes tendances du numérique. Il évoque ici le développement du commerce connecté.

« Sud Ouest ». Comment se porte le e-commerce ?

Il se banalise mais en même temps on s’aperçoit que l’on arrive à un certain seuil. Si l’on veut qu’il progresse, il faut mettre en place des systèmes qui rendent plus facile et plus rapide l’acte d’achat tout en permettant au consommateur d’augmenter son panier moyen. Le mobile peut y contribuer. Les choses évoluent très vite. Il y a moins de trois ans, les gens se demandaient si le fait d’accéder à Internet à partir de son téléphone mobile allait vraiment changer le monde. Aujourd’hui, on s’aperçoit que les gens prennent l’habitude de payer avec leur appareil. eBay France estime par exemple que 10 % des transactions sur sa plate-forme sont réglées à partir d’un mobile.

Où en est-on du paiement avec son téléphone ?

On nous annonce que l’on pourra prochainement payer sans contact avec des téléphones NFC. Bordeaux et la CUB expérimentent cette technologie. En attendant, des solutions alternatives très intéressantes se mettent en place. Une société propose par exemple aux internautes de donner sur sa plate-forme leur numéro de mobile et leurs coordonnées bancaires. Une fois qu’ils sont chez un commerçant, à partir de leur numéro de téléphone, ils peuvent régler leurs achats. On assiste en ce moment à une prolifération des moyens de payer via le mobile.

Curieusement, la séparation entre le commerce traditionnel et le commerce numérique semble moins pertinente qu’avant…

Les frontières entre le online et le off-line sont en effet en train de s’estomper. Si on parle aujourd’hui de commerce connecté, c’est pour sensibiliser tous les acteurs au fait que les stratégies de vente, de visibilité, de réservation ou quelles qu’elles soient, doivent passer par plusieurs canaux, physiques et numériques.

Quel rôle joue le mobile ?

Il devient un passeur entre le monde physique et le monde virtuel. Un QR Code, ce petit carré noir que l’on voit de plus en plus en peu partout, permet d’obtenir plus d’informations ou d’accéder à du contenu supplémentaire. Mais il peut aussi permettre de créer un lien direct vers de la réservation et pourquoi pas de l’achat. À Séoul, le groupe Tesco a mis en place des supermarchés virtuels d’un nouveau type. Vous choisissez les produits que vous pouvez toucher comme dans un magasin normal mais vous ne repartez pas avec. Ils sont livrés à votre domicile. Pour l’instant, l’expérience a été tentée dans le métro mais elle pourrait être étendue à d’autres lieux de vie, dans la rue, etc. Les gens n’ont plus à aller dans le magasin pour faire leurs courses.

Autre exemple. Snapp’, une société bordelaise, a mis au point un système de dématérialisation des cartes de fidélité. Des petits commerçants peuvent ainsi mieux connaître leurs clients pour récompenser leur fidélité. Concrètement, nous restons dans l’univers physique avec des consommateurs qui viennent faire leurs achats de façon très classique. Mais le numérique vient apporter une valeur supplémentaire pour permettre aux entreprises de vendre différemment.

Talence · CUB · Bordeaux

Laisser un commentaire


NOTE - Vous pouvez utiliser les éléments et attributs HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>