DS World Paris : le luxe assumé

Le Point.fr – Publié le 

Le positionnement du label DS nécessitait un show-room au luxe assumé. C’est l’objectif du DS World Paris, avenue François Ier.

Ouvert au public dès ce mercredi 27 novembre 2014, le DS World Paris se veut une boutique de luxe de la marque avec l'univers qui va avec. C'est réussi !
Ouvert au public dès ce mercredi 27 novembre 2014, le DS World Paris se veut une boutique de luxe de la marque avec l’univers qui va avec. C’est réussi ! © DR
 Par 

C’est un Philippe Varin tout sourire qui inaugurait hier soir le nouveau show-room DS World Paris, au 33, rue François Ier avec ses 600 m2 sur trois niveaux derrière une façade Art déco classée. Comme presque soulagé de ne pas avoir à ruser avec les journalistes pour annoncer officiellement la nomination de son successeur, Carlos Tavares, tout juste intronisé (lire notre article).Soulagé aussi que Renault ait levé la clause de non-concurrence de son poulain qui emmène tout de même avec lui tout le plan produit à long terme de Renault et, plus partiellement, de Nissan. Soulagé surtout de passer le flambeau à ce fin connaisseur de l’automobile en savourant son choix et méditant sur le peu de temps qu’il lui reste pour boucler les dossiers en cours.

Aucune référence à Citroën

Philippe Varin était donc assez fier d’ouvrir symboliquement les portes du second DS World à Paris après celui de Shanghai en mars dernier (lire notre article), dans le triangle d’or de la capitale, entre les Champs-Élysées avec son C42 dévolu à la marque au double chevron, mais qui ne peut légalement signer de contrat de ventes, et l’avenue Montaigne où les vitrines du luxe à la française révèlent l’image plus que premium des marques nationales : Dior, Lanvin et autre Chanel.

Ici, aucune référence à Citroën, la « ligne DS » devient une marque à part entière, franchissant sans ostentation le segment du premium pour celui du luxe assumé. Unique en Europe, cette vitrine du constructeur DS fait un clin d’oeil au passé avec une DS 19 de 1956 qui accueille le visiteur, comme pour mieux souligner la filiation avec le haut de gamme mythique. 

Signes distinctifs du luxe

Ensuite, la gamme actuelle est déclinée avec une DS3 DS World – nouvelle série très limitée et exclusive à 15 exemplaires – et une DS3 Cabrio posées l’une derrière l’autre au rez-de-chaussée. Les DS4 et DS5 Faubourg Addict (aimable référence à votre gazette préférée…) sont exposées en sous-sol, dans une ambiance feutrée, noir, champagne et carmin, signes distinctifs du luxe. Les peausseries de cuir avec un nuancier, les échantillons de tissus et les vitrines font volontairement dans la présentation luxueuse d’un grand bijoutier implanté à quelques encablures.

Enfin, la marque DS expose le concept car Wild Rubis, dévoilé à Shanghai en mars dernier en même temps que le show-room chinois (lire notre article). Dommage que cette future DS6 ne soit pour l’heure que dédiée à la clientèle de l’empire du Milieu alors qu’un SUV aussi « premium » tiendrait la dragée haute aux concurrents allemands…

Positionnement luxueux, services premium et les clients du DS World Paris auront droit à un petit tour de la capitale en DS23 avec chauffeur ou pourront même louer cette voiture ancienne. On passera rapidement sur la livraison à domicile de sa DS, du service jockey lors de l’entretien ou encore de la conciergerie gratuite pendant un an, des « bonus » devenus monnaie courante dans l’automobile, même avec les marques « low cost ». Précisons enfin que la boutique propose toutes sortes de gadgets, de luxe s’il vous plaît, dans la collection DS Lifestyle : portefeuille, étui de téléphone, porte-clés et ligne de bagagerie en cuir sorti des tanneries Roux et travaillé par le maroquinier Renouard dont le sac DS 48H.

Les fragrances de l’automobile

Bref, un positionnement assumé dans le luxe pour l’automobile et son univers pour une clientèle prête à s’y identifier. Un beau cas de marketing industriel à étudier dans les écoles de commerce ! Philippe Varin pouvait savourer une des grandes réussites de son constructeur et humer une dernière fois l’univers DS… grâce aux fragrances distillées par les bougies et parfums conçus par Antoine Lie de chez Scentys : « Un savant accord, concentré de l’esprit DS, de gingembre, cardamome, poudre d’iris, muscs transparents sur fond de cèdre de Chine et de vétiver d’Haïti » (dixit le patron des lieux, Julien Faux). Gageons queCarlos Tavares, plus habitué aux circuits automobiles, ne sera pas insensible à ces accords parfumés dont Carlos Ghosn pourrait s’inspirer pour le futur haut de gamme Renault, l’Initiale Paris !

 

Laisser un commentaire


NOTE - Vous pouvez utiliser les éléments et attributs HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>