Le don par l’arrondi s’accélère aux Etats-Unis

Alors que les Américains ont déjà une grande tradition de dons, les opérations arrondissant les factures de quelques centimes se multiplient.
 

Suivant l’idée que les petits ruisseaux forment les grandes rivières, l’arrondi est un argument utilisé par les associations américaines pour collecter des fonds. Facile à effectuer, quotidien, et indolore, arrondir sa facture de téléphone ou de supermarché de quelques centimes est un geste auquel sont de plus en plus invités les Américains. Ceux-ci sont déjà les quatrièmes plus importants donateurs du monde, et ont donné en tout 220 milliards d’euros à des œuvres de charité en 2009.

Dans un pays où un salarié sur trois effectue un don depuis sa fiche de paie, il est aussi possible d’arrondir son salaire au dollar supérieur pour contribuer à une association caritative. La technologie aidant, plusieurs sites Internet invitent, de leur côté, les internautes à arrondir leur facture électronique au profit d’une cause.

Une générosité quotidienne

C’est dans cet esprit que la Fondation Orphan, l’une des plus importantes fondations américaines en faveur de l’enfance, vient de lancer une campagne de mobilisation pour promouvoir les bénéfices des arrondis aux caisses des supermarchés. Née d’un partenariat avec IBM, la Retail Orphan Initiative offre la technologie et l’assistance nécessaires aux chaînes de distribution qui souhaitent soutenir l’initiative. Elle entend ainsi stimuler la générosité quotidienne des Américains.

Le principe est simple. Les distributeurs identifient l’association de leur choix. Les employés sont ensuite formés à la cause. Les clients sont informés de l’opération « Gardez la monnaie » par une communication placée en caisse. Bien sûr, le consommateur peut aussi choisir de donner plus…

Une démarche qui touche aussi les plus jeunes

Selon la Retail Orphan Initiative, 5 % à 10 % des transactions conduiraient à un don. Elles lui ont permis de financer un chapelet d’actions caritatives dont l’équivalent de 10 500 € pour l’éducation des enfants du Cambodge, 21 000 € pour la construction d’écoles à Haïti et au Liberia, etc. 

Une majorité de consommateurs américains (65 %) déclarent choisir plus facilement un magasin affichant clairement une démarche caritative, et les plus jeunes semblent les plus sensibles à cette démarche. Un argument supplémentaire pour les associations qui peinent souvent à capter cette frange de la population.

Derrière cette course à l’arrondi, plusieurs débats se sont cependant ouverts récemment aux États-Unis, interrogeant sur le risque de banalisation de l’acte de don et la perte de sens derrière la facilité du système. Un débat légitime mais dont les chances de freiner la motivation des associations semblent bien maigres.

 

CHRISTINE QUENTIN

Laisser un commentaire


NOTE - Vous pouvez utiliser les éléments et attributs HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>