Zara change de patron

Le créateur de la célèbre enseigne, Amancio Ortega, cède sa place à son directeur général Pablo Isla pour un changement… dans la continuité. Le président emblématique du groupe espagnol Inditex (Zara, Stradivarius, Bershka…) Amancio Ortega proposera ce mardi, en assemblée générale des actionnaires, la nomination de Pablo Isla au poste de président exécutif et directeur général. Le fondateur d’Inditex passe la main à ce juriste de 47 ans, plus de trente-cinq ans après la création du premier Zara, en Galice (Espagne). Il conserve néanmoins une place au conseil d’administration. Arrivé chez Inditex en 2005, Pablo Isla se retrouve à la barre d’un empire coté en bourse depuis 2001, dont le modèle a fait ses preuves : bon rapport qualité-prix, renouvellement fréquent des collections, logistique efficace. Tout en pariant sur la continuité, le directeur général, qui siège en outre au conseil d’administration de Telefónica, a donné une impulsion au groupe. Les ventes sont en effet passées de 6,7 milliards en 2005 à 12,5 milliards en 2010. Le nombre de points de vente a été quasiment multiplié par deux, à 5.154 magasins actuellement. « Pablo Isla a renforcé la stratégie déjà en marche de l’internationalisation » de ses marques, souligne l’analyste Iván San Felix de Renta 4. Présent dans 78 pays à travers différentes chaînes de mode comme Zara, Stradivarius, ou Bershka, le groupe galicien inaugure en moyenne plus d’un magasin par jour. En 2010, il a ainsi ouvert les portes de 437 nouveaux points de vente, dont 160 en Asie, zone d’expansion prioritaire pour Inditex, avec l’Europe de l’Est notamment. Le poids de l’Espagne diminue quant à lui petit à petit, passant de 43% des ventes en 2005 à 28% en 2010. L’arrivée d’Inditex sur le Web s’est aussi faite sous la houlette de Pablo Isla. Zara a aussi inauguré son point de vente online en Espagne et en Europe en septembre 2010, ouverture étonnamment « tardive », selon certains analystes. Inditex se rattrape maintenant et prévoit pour cet automne la mise en ligne de Zara aux États-Unis et l’arrivée sur le Web européen de chaînes comme Oysho et Uterqüe. Pablo Isla a également impulsé l’amélioration de la logistique, dont les six plates-formes se trouvent en Espagne, « ce qui a permis de réduire les coûts et d’augmenter les marges, un aspect fondamental dans ce secteur », explique Ivan San Félix. Le groupe a prévu un investissement de 190 millions d’euros dans son centre de Barcelone d’ici à 2015, selon le gouvernement de Catalogne. Sous la direction de Pablo Isla, le groupe a élargi son offre en lançant en 2008 la chaîne d’accessoires Ubueqüe. La presse parle de la création prochaine d’une chaîne de chaussures. Pablo Isla a précisé en mars dernier qu’aucune décision n’avait été prise à ce sujet. Gaëlle Lucas, à Madrid – 19/07/2011,

Laisser un commentaire


NOTE - Vous pouvez utiliser les éléments et attributs HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>