Category Archives: magasin de vin

V and B Vins et Bières inaugure son nouveau magasin au Mans

Le 29 Avril dernier, un nouvel établissement est venu renforcer le réseau des magasins V and B Vins et Bières. Ce nouveau magasin situé dans la ville du Mans sera inauguré le 23 Mai 2013. Ne ratez cette inauguration pour rien au monde. Fidèle à sa tradition, V and B Vins et Bières vous réserve plein de surprises, avec des animations, des dégustations et d’autres festivités. Des boissons aux merveilleuses saveurs venues des 4 coins du monde seront au rendez-vous, à consommer bien sûr avec modération.

 

www.vandb.fr

Intercaves vise 200 magasins dans cinq ans

 – Distribution

La société de cavistes de périphérie Intercaves (5 millions de bouteilles vendues en 2011 pour 33 millions d’euros de chiffre d’affaires, en hausse de 7%) a été récemment rachetée par le groupe Richard (30 millions de bouteilles distribuées ; chiffre d’affaires vins : 105 millions d’euros pour 600 ha en propriété dans huit domaines ; CA distribution : 105 millions d’euros). Pour lire l’interview de Corinne Richard-Saier, présidente du groupe, cliquer ici.

Si, comme nous le disait sa présidente, la société Richard n’a pas bouleversé l’organisation du réseau, elle affiche aujourd’hui de nouvelles ambitions pour sa filiale. Outre un nouveau logo, symbole de plus de qualité et de convivialité, un aménagement intérieur des magasins moins froid, une signalétique plus pédagogique, c’est surtout sur un développement constant du nombre de partenaires que compte le groupe : de 123, il devrait progresser d’une vingtaine d’enseignes par an pour atteindre 200 adresses dans cinq ans. Et alors que les magasins étaient traditionnellement plutôt situés sur des voies sortantes ou entrantes de villes petites et moyennes, parmi les vingt ouvertures prévues avant la fin 2012, on trouve aussi des adresses implantées dans des zones commerciales, par exemple à Vichy dans l’Allier ou à Orchies dans le Nord.

Le réseau s’adresse avant tout à des consommateurs qui font leurs courses en voiture, et achètent par carton ; le panier moyen d’achat est de 54€, avec un prix moyen de la bouteille à 5€, mais aussi une part importante d’achat de Bag in box (concept développé de longue date par le groupe sous le nom de « Réserves à vin »). Les gérants des magasins, dont la surface oscille entre 100 et 200 m2, sont des entrepreneurs juridiquement indépendants, mais liés par un contrat initial de partenariat de 7 ans, renouvelable ensuite tous les 3 ans. Ce partenariat leur assure une assistance dans toute la préparation de l’implantation (étude de faisabilité géographique, financière, recherche d’emplacement, négociation du bail, création de société, formation sur le vin de cinq semaines, formation continue par la suite, sessions de dégustation, envoi de fiches techniques), en contrepartie d’une obligation d’achat à la centrale d’Intercaves, qui propose 600 références de vins, 450 d’alcools dont 250 de whisky, et 200 références de bières.

Le groupe demande aux nouveaux arrivants, qui sont la plupart du temps de simples amateurs de vins, un apport personnel de 49 000 euros, pour un coût total de création de magasins qui va de 95 000 à 120 000 euros hors taxes. La marge brute de ces adresses est en moyenne de 35% (grâce en particulier à des marges de 40% sur les Bibs), pour des chiffres d’affaires de 330 000 euros en moyenne, mais qui peuvent dans certaines zones très favorables, monter jusqu’à 770 000 euros.

http://www.intercaves.fr/

Rencontre avec Yann Thomas, Directeur du développement Inter Caves

Rédigé le 19.04.2012 à 15h40



Depuis sa reprise en mains  en avril 2011, par la Maison RICHARD, on a assisté à la mise en place d’une nouvelle équipe opérationnelle chez Inter Caves aux côtés de Corinne RICHARD‐SAIER et un renforcement du service développement, avec l’arrivée de Yann Thomas (ex Domino’s Pizza).

Précurseur du secteur en franchise,  le réseau a dévoilé en mars dernier sa nouvelle identité visuelle à ses partenaires. Au programme également : un enrichissement du nombre de références. Comptant à ce jour 123 magasins dans toute la France, le réseau prévoit « une vingtaine de nouvelles ouvertures en 2012 », selon la nouvelle direction. Entretien avec Yann Thomas.


Samuel Burner : Pouvez-vous nous préciser ce qu’il y a de nouveau dans la nouvelle identité visuelle du concept de magasins d’ Inter Caves ?

Yann Thomas : inal dans le domaine de la distribution de vins et spiritueux, Inter Caves existe depuis 1978. Dès l’origine, Inter Caves s’est différencié des autres acteurs par son positionnement atypique de « cave-entrepôt » implanté en périphérie sur des surfaces de 120 à 150 m² en moyenne.

La nouvelle identité visuelle (nouveau logo également) et le merchandising magasin sont aujourd’hui mis en place dans le point de vente situé à Boissy Saint Léger (94). Ce nouveau look doit faire entrer l’enseigne dans une ère encore plus qualitative, avec une montée en gamme, tout cela sans perdre l’authenticité et l’identité de la marque. Il y a eu un gros travail sur la façade des points de vente. Gros travail également à l’intérieur des boutiques, avec une mise en scène plus forte des points « dégustation » ou espaces « découvertes » notamment.

S.B. : Combien de temps, selon vous, pour que l’ensemble du réseau adopte ce nouveau concept ?

Y.T. : Depuis son rachat en avril 2011, par la Maison RICHARD, le réseau a procédé à 15 ouvertures de points de vente et 7 changements de propriétaires. Aujourd’hui le réseau Inter Caves compte 123 magasins qui vont être implantés dans toute la France. Ce nouveau concept va être déployé dans l’ensemble du réseau progressivement. A la fin de l’année 2013, tous les points de vente devraient l’avoir adopté.

S.B. : Ce travail de renouveau a également porté sur l’offre proposée en magasins. Quelles sont les principales nouveautés à retenir ?

Y.T. : franchise intercavesAu-delà de la nouvelle présentation des différentes familles de produits dans les magasins, ce sont plus de 120 nouvelles références de vins et alcools qui ont été ajoutées au catalogue, dont beaucoup de whiskies, rendant ce rayon unique sur le marché par l’étendue de l’offre. Il faut savoir que c’est un marché qui progresse de + 6% par an en moyenne, faisant des Français les premiers consommateurs de whiskies au monde.

De plus, des vins exclusifs, issus des 8 domaines propriétés de la Famille RICHARD ont également été ajoutés au catalogue. Les 400 références de vins sont également désormais classées par couleur, région et prix.

S.B. : D’une manière générale, comment l’ensemble du réseau Inter Caves s’est comporté en 2011 ? Quelles sont vos ambitions de développement pour l’année 2012 ?

Y.T. : En 2011, le chiffre d’affaires de l’ensemble des magasins a enregistré une croissance de plus de 10% tandis que le CA du réseau, à surface constante, a progressé de 7%. Cette évolution est due à une hausse du trafic en magasin, ce qui traduit l’attractivité de l’enseigne et son positionnement unique sur le marché. Le panier moyen d’une boutique Inter Caves est également en sensible progression, dépassant désormais les 57 € (contre 45 € il y a deux ans).

Concernant l’année 2012, nous tablons sur une vingtaine d’ouvertures, avec des boutiques de 120 à 150 m², qui vont s’implanter dans des zones de chalandise de 30 000 à 40 000 habitants.

franchise intercaves


Inter Caves prend un nouveau départ

Par Philippe Beaulieu, Franchise-Magazine.com

CAVISTES – STRATEGIE, publié le mardi 13 décembre 2011

Le concept de cavistes Inter Caves, développé en partenariat depuis 1978, a pris, après son rachat au printemps dernier, un nouveau départ

Depuis la reprise d’Inter Caves en avril dernier par la Maison Richard, société familiale spécialisée depuis 1892 dans la production et distribution de vins auprès de la restauration, une dynamique nouvelle a été insufflée au réseau.
L’équipe dirigeante, avec Corinne Richard-Saier, présidente, et Stéphane Zanella, directeur opérationnel, a ainsi été renforcée par l’arrivée de Gilles Ragot au poste de responsable marketing et communication, et de Yann Thomas, qui a pris en charge le développement de l’enseigne. Et deux spécialistes du vin ont étoffé l’équipe d’animation du réseau. Au total une près d’une trentaine de personnes accompagne au quotidien les partenaires. Par ailleurs, la période de formation initiale est passée de 4 à 5 semaines, afin de renforcer les compétences œnologiques et commerciales des nouveaux membres de la chaîne.
Inter Caves, qui compte 123 magasins en activité, dont 3 succursales,annonce une vingtaine d’ouvertures de nouvelles unités en 2012. Pour y parvenir, l’enseigne mise en particulier sur un investissement « raisonnable », de l’ordre de 120 000 euros. Elle annonce déjà d’autres chantiers, qui devraient se concrétiser l’an prochain : évolution et développement de la gamme, nouveau site Internet, refonte de l’identité visuelle, rénovation du concept magasin.

Chine et vin, des affaires taille géante

Au château Beychevelle, Castel a reçu d’un coup 420 vendeurs de vin chinois.
Une illustration des liens se tissant entre le Bordelais et son premier client à
l’export.

Entre la Chine et le vin de Bordeaux, une grande histoire d’amour prend
forme. On se séduit, on se jauge, on conclut et les enfants arrivent en
enfilade. Comme avec les Anglais, il y a quelques siècles, on imagine des liens
solides et un bel avenir commun. Toute épopée se nourrissant de symboles, ce qui
s’est passé il y a quelques jours au château Beychevelle restera au
procès-verbal. Au même titre que le mois dernier quand le menu de la célèbre
Fête de la fleur fut traduit pour la première fois en mandarin.

Dans ce magnifique château en AOC Saint-Julien, au cœur du Médoc, 420 Chinois
ont été accueillis par le nouveau propriétaire des lieux, le groupe Castel, un
géant du vin (lire ci-contre). « Ce sont les meilleurs vendeurs des bouteilles
de Castel dans notre pays, où la France est la référence pour le vin. Pour eux,
passer deux jours en Gironde à visiter des propriétés est une belle récompense.
D’autant qu’il s’agit souvent de leur premier séjour en France », explique
Wenhua Yang. Jeune, l’homme est à la tête de Xiamen C & D Wines, le plus
important des dix distributeurs avec lesquels Castel travaille dans l’Empire du
Milieu.

Dix bus et six hôtels

Ce poids lourd chinois, qui pèse 100 millions d’euros dans le vin (pour 1 500
employés dans son département vin et alcool), travaille avec 2 000 distributeurs
locaux qui courent restaurants, hôtels et magasins pour placer la gamme Castel.
Ce sont les plus motivés d’entre eux qui ont pu prendre des photos de
Beychevelle. Il fallait les voir bondir en grappes, de massifs fleuris en
parterres ombragés, du cuvier au chai, du parc du château aux salles de
réception. Comme des enfants chahuteurs à Disneyland, récompensés pour leurs
bonnes notes. Ce qui prouve, si besoin était, combien les grands châteaux de
Gironde peuvent faire rêver sous toutes les latitudes.

Avec dix bus sur le parking, la logistique de ce déplacement taille XXL en
terres bordelaises fut digne d’une transhumance footballistique en Ligue des
champions. « Déjeuners par groupes dépassant les 200 personnes, six hôtels
mobilisés, visites dans plusieurs châteaux du groupe et ailleurs, découverte de
notre centre technique de Blanquefort… Des semaines de préparation pour nos
équipes ! » détaille Franck Crouzet, responsable communication de Castel. Dans
son dossier, un planning des deux jours, comme ceux qu’arborent les patrons
d’agences de voyages.

« Nous recevons beaucoup : 60 Russes il y a quelques semaines, puis 80
Japonais… mais jamais à cette échelle. » Et, le soir, petits plats dans les
grands : une immense tente dressée dans le parc pour 500 personnes à dîner, avec
un traiteur qualifié aux manettes. Un dispositif digne des plus grandes fêtes
qui se déroulent lors du salon Vinexpo.

Mille magasins Roche Mazet

« Ces commerciaux seront motivés à leur retour. C’est l’objectif. D’autant
que nous avons des ambitions avec Castel, notamment l’ouverture dans les trois
ans d’un millier de magasins à l’enseigne Roche Mazet. » (Lire ci-dessous). Une
annonce de Wenhua Yang à la démesure d’un pays de 1,3 milliard d’habitants qui
s’ouvre au vin à vitesse grand V. Il est même devenu le premier client des
bordeaux à l’exportation. C’est dire.

Le très pragmatique Alain Castel, à la tête de la division vin du groupe
familial, ne disait pas autre chose, installé dans un salon de Beychevelle. «
Nous sommes des commerçants. Aujourd’hui, la demande vient de Chine et nous y
répondons. Présents dans ce pays depuis 1998, nous y avons vendu 20 millions de
bouteilles l’an dernier, dont 6 via notre partenaire Xiamen C & D Wines.
Notre objectif est à 30 pour 2011, dont un tiers avec lui. Ce pays est déjà
notre premier débouché à l’étranger », annonce-t-il. Comme toujours, dès qu’il
s’agit de vin en Chine, les chiffres s’affolent et les courbes montent. Un
business lui aussi de taille XXL, même si la contrefaçon et le laxisme de la
propriété intellectuelle font des ravages. Castel lutte en ce moment pour
récupérer son nom déposé jadis par un opportuniste. De même pour la marque
Nicolas (magasins de détail), dont il est propriétaire en France.

« Combattre ce fléau accapare 30 % de mon temps », regrette Xavier
Pignel-Dupont, à la tête du bureau de Castel à Shanghai (17 personnes).
Heureusement, 2012 annonce de belles nouvelles : c’est l’année du dragon, et le
château Beychevelle, dont l’étiquette montre un voilier, est traduit localement
par « Bateau du dragon ». Ce grand vin s’y vendra bien

 

C’est beau un Comptoir qui s’ouvre… à Waterloo !

 

14 juin 2011

Comptoir des Vins est une chaîne de magasins consacrés au vin – sans blague ? – dont on parle de plus en plus – il existe des magasins à Wavre, Namur, Jambes et Ottignies. Perso, je suis assez ravi qu’une nouvelle antenne – la cinquième, donc – se soit ouverte à Waterloo, pas trop loin de chez moi.

Les raisons ? Je connais un peu l’un des associés, Nicolas Falisse qui est un vrai passionné (regardez-le ici parler de boutique de Waterloo) mais surtout je trouve que la sélection des flacons tient méchamment la route. En cause, Comptoir des Vins a les coudées franches – ils sont importateurs – pour sélectionner les vignerons dont ils apprécient le travail. A l’arrivée, cela donne une jolie boutique à la décoration léchée qui panache vins classiques et, de façon inattendue, vins nature. Côté sans surprise, on trouve des bouteilles bordelaises comme le Château Petit Bocq ou le Peybonhomme qui, je le confesse, ne sont pas du tout ma tasse de thé… et qui pourtant font un carton. En revanche, dans ce même registre on trouve de vraies perles telles que le Roc de Cambes de François Mitjaville – seul Bordeaux qui m’a jamais ému – ou du côté du Rhône, la belle gamme des Vins de Vienne que l’on doit à une association de plusieurs vignerons parmi lesquels l’excellent Yves Cuilleron. Mais la toute bonne nouvelle de ce lieu – du moins pour les amateurs de vins non conformistes comme moi -, c’est qu’il fait place à une sélection de vins dits nature conservée pour une fois dans des conditions optimales – une pièce épurée qui affiche 14 degrés en permanence. J’ai été bluffé par la radicalité des références présentées – Pierre Overnoy, Henri Milan, René Mosse, Thomas Pico… -, vignerons qui représentent à mes yeux ce qui se fait de mieux dans le genre. Belle surprise, on trouve une rareté en Belgique, soit deux vins du Château Le Puy, un Côtes de Francs en biodynamie qui a fait un malheur depuis qu’il a fait une apparition en tant que l’un des meilleurs vins au monde dans le célèbre manga Les Gouttes de Dieu – loin du buzz, il s’agit d’une perle de finesse à découvrir d’urgence qui évite les pièges du formatage bordelais. En plus de cela, Comptoir des Vins propose une centaine de références de whiskies, des produits d’épicerie fine, des dégustations hebdomadaires… et est ouvert 7 jours sur 7.

 MV

99, chaussée de Bruxelles, à 1410 Waterloo. Tél. : 02 354 31 35. Ouvert le lundi, de 14h à 19h ; du mardi au vendredi, de 10h à 19h (20h, jeudi et vendredi) ; samedi, de 9h à 19h ; et dimanche, de 9h30 à 13h30. www.comptoirdesvins.be