Category Archives: magasin de meuble

ARCHEA OUVRE UN NOUVEAU MAGASIN À ALBI

franchise ARCHEA
Résultat de recherche d'images pour "ARCHEA"
ARCHEA Dressings, bibliothèques, rangements sur mesurePremier réseau Français sur le marché du rangement et de l’aménagement sur mesure auprès des particuliers depuis plus de 30 ans

Le spécialiste de l’aménagement intérieur sur mesure vient d’ouvrir un nouveau magasin dans le Tarn. Implanté à Albi, sur l’avenue Gambetta, ce point de vente Archea présente la particularité d’être situé au cœur d’une importante surface de vente, regroupant plusieurs enseignes. H&H, Coco Maison et EcoCuisine côtoient ainsi l’univers d’Archea. Les consommateurs découvrent ainsi une large offre de meubles, décoration, cuisines et solutions de rangement dans cet espace.

Le réseau Archea, qui propose à la fois des systèmes de séparation de pièces, des lits rabattables ou encore des claustras japonais, poursuit ainsi le déploiement de sa marque en France.

Pour en savoir plus sur cette enseigne, n’hésitez pas à vous rendre sur sa fiche personnalisée

Sandrine Cazan, Point Franchises ©

http://archea.fr/

Résultat de recherche d'images pour "ARCHEA ALBI"

JCPenney: nouveau trimestre de croissance de l’activité.

JCPenney était attendu en très forte hausse vendredi matin à la Bourse de New York après l’annonce de ventes à magasins constants en hausse de 6,2% au premier trimestre.

Cette performance meilleure que prévu représente le deuxième trimestre consécutif de croissance organique pour la la chaîne américaine de grands magasins, un élément jugé prometteur par les investisseurs.

Le distributeur de Plano (Texas) a enregistré sur le trimestre clos début mai un chiffre d’affaires net de 2,8 milliards de dollars, contre un peu plus de 2,6 milliards de dollars sur la même période de l’exercice précédent.

Dans son communiqué, le groupe précise que ses ventes se sont systématiquement accrues – en rythme séquentiel – au cours de chaque mois du trimestre.

JCPenney indique avoir profité des bonnes performances de ses divisions de prêt-à-porter masculin et féminin, d’équipements pour la maison et de joaillerie, tout en mettant en évidence la solidité des résultats des ‘corners’ Sephora.

Si sa perte nette est restée relativement stable à 352 millions de dollars, la marge brute s’est améliorée pour s’établir à 33,1% des ventes, contre 30,8% un an plus tôt.

Le distributeur explique avoir réduit ses coûts commerciaux, généraux et administratifs (SG&A) de quelque 70 millions de dollars au cours du trimestre, notamment par le biais d’une diminution des dépenses publicitaires.

Pour son deuxième trimestre, JCPenney dit encore prévoir une croissance de son activité à périmètre comparable de l’ordre de 5%, un rythme de croissance qui devrait également se matérialiser sur l’ensemble de l’exercice.

En avant-Bourse, le titre bondissait de plus de 18%. Depuis le début de l’année, la valeur avait reculé de plus de 8%.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com.

www.jcpenney.com

Sleepy ouvre son premier magasin en gestion propre à Malines

Sleepy ouvre son premier magasin en gestion propre à Malines

Samedi 14 septembre l’enseigne de lits et literie Sleepy ouvrira un nouveau magasin à Malines. Il s’agit du 19ème point de vente de la chaîne en Belgique, avec cette particularité qu’il est le premier en gestion propre.
« Les emplacements en périphérie sont rares »
Le nouveau magasin, situé Brusselsesteenweg, occupe une surface de 600 m² et compte trois collaborateurs fixes. Johan Baetens, administrateur délégué d’Intres Belgium, se dit très satisfait de l’emplacement, car la chaîne cherchait depuis longtemps à s’implanter à Malines : « Les emplacements dans la périphérie sont rares. Lorsqu’on en trouve un, il faut agir vite. »

Ceci est l’une des raisons de l’exploitation en gestion propre du magasin plutôt qu’en franchise, mais il s’agit également d’un choix stratégique. « L’année prochaine Sleepy fêtera son 30ème anniversaire. D’une organisation d’achat l’entreprise a évolué jusqu’à devenir un véritable concept retail avec un marketing et un assortiment centraux. Pour développer au mieux ce concept, un magasin en propre s’impose afin de pouvoir expérimenter et innover », estime Baetens.

Triangle commercial et logistique
Dans cette optique Sleepy envisage deux magasins en propre supplémentaires : l’enseigne reprendra le magasin existant de Louvain fin de l’année prochaine et recherche également un emplacement à Bruxelles. L’objectif étant de créer ainsi un triangle commercial et logistique qui constituera le cœur du groupe.

Rota Retail, le holding d’actionnaires qui en 2011 a réalisé le buy-out d’Intres Belgium par rapport à la société mère néerlandaise, a fondé une société distincte pour les nouveaux magasins en gestion propre : Intres XP. Ces deux dernières lettres signifiant « exploitation, mais aussi expérimentation, expérience et expansion. C’est là notre objectif », explique Johan Baetens.

Aujourd’hui Sleepy compte 18 magasins en franchise. Durant les cinq années à venir Baetens a l’intention d’atteindre le cap des 25 points de vente.

Traduction : Marie-Noëlle Masure

http://www.sleepy.be/home/

Tamburi Investment Partners S.p.A. : TIP acquires a stake in the ROCHE BOBOIS GROUP

04/29/2013

TIP acquires a stake in the ROCHE BOBOIS group

Today, in Paris, Tamburi Investment Partners S.p.A. (« TIP » -www.tipspa.it) acquired almost 20% of Furn-Invest SAS, holding company of Roche Bobois group, the world leader in the creation and selective distribution of high level, design and luxury furniture and home furnishing products.

The group has the largest worldwide chain of high quality furniture stores, with a presence – direct and / or through franchising – currently consisting of 335 stores located in prestigious shopping areas, with a relevant presence in the most important towns of the main countries. The stores are

267 in Europe, 27 between the United States of America and Canada and 41 in South America,

Africa and Asia.

The group also includes the Cuir Center chain, the leading distributor, within the French market, for
leather furniture products, operating through a network of 86 stores – direct and / or through franchising – positioned on a market segment complementary to the one of Roche Bobois.
In 2012, the aggregate turnover of the group (including franchised stores) has been of more than Euro 530 million, while the consolidated turnover – which includes only the direct sales – has been of approximately of Euro 250 million.
The control of the Roche Bobois group is owned by the founding families Roche and Chouchan, who have been in contact with TIP for a long time; almost all of the stake acquired by TIP was owned by the private equity funds Middle Market Fund 2 (managed by Azulis Capital), Siparex SPF III Middle Market (managed by Sigefi), BNP Paribas Developpement and Natio Vie Developpement 3.
Objective of the agreement among the families Roche, Chouchan and TIP – in full agreement with the top management – is to accelerate the process of development, mainly in new cities, also in emerging countries where the luxury goods market is particularly dynamic; given the relevant potentiality of the brand, the proven quality and the high level of products’ design, it is a mutual ambition to increase the growth of revenues, also through new stores openings, of which 17 are already planned in 2013.

TIP executed the transaction through a special purpose vehicle, as already happened in many other investments (Prysmian, Interpump, Printemps, Intercos, Be), in order to organize a further club deal.

In the transaction the sellers and the group has been assisted by Lincoln International for the financial advisory and by Cabinet Bredin Prat & Associes for the legal advisory. TIP has been supported by the Law Firm of Paolo Cerina and by Tamburi & Associati – Athema for the financial advisory.
Declaration of François Roche, Chairman of the Supervisory Board ofRoche Bobois Groupe: « We are very happy to join our forces with those of the Tamburi team. Roche Bobois has always had numerous and important roots in Italy: designers, franchisees, producers and today also a financial partner; this alliance has all and any possibilities to add a new, quite significant page, for the future of our Group ».
Declaration of Giovanni Tamburi, Chairman and CEO of TIP: « We are particularly proud to add to the many excellent companies already invested by TIP also one of the most famous brands in the world of the highest quality and design furnishing products. With the support and resources of TIP, Roche Bobois group could further accelerate its development and achieve even more significant results ».
Paris, April 29th 2013

TIP – Tamburi Investment Partners S.p.A. is an independent investment / merchant bank which invests in companies with « excellent » industrial and entrepreneurial characterists and is also engaged in the advisory activities. Currently holds, directly or indirectly, stakes in listed and unlisted companies including: Prysmian, Amplifon, Datalogic, Interpump, M&C, Be, Bolzoni, Noemalife, Servizi Italia, Monrif, Printemps, Intercos and, from today, Roche Bobois.

www.rochebobois.com

Les nouveaux défis d’Emmaüs

Le marché de la récupération n’est pas encore saturé mais, entre la crise et la concurrence des recycleries, Emmaüs tente de trouver un nouveau souffle.

CORINNE FOURCIN | Publié le 20.10.2012,

BEAUVAIS, 22, RUE EMMAÜS, LE 12 OCTOBRE. Présent en ville depuis la fin des années 1960, Emmaüs va créer un troisième magasin à Méru. Un moyen pour l’association de faire face à la concurrence des recycleries, toujours plus nombreuses. | (LP/C.F.)

Au printemps 2013, l’association Emmaüs de Beauvais ouvrira un nouveau magasin dans les locaux d’un ancien commerce, rue Jean-Jaurès à Méru. Ce sera le troisième dans l’Oise, les deux premiers étant implantés à Beauvais, rue de Clermont et dans le quartier de Voisinlieu. Un projet important de développement que l’association mûrit depuis deux ans.

Pour l’association, c’est le moyen de continuer à occuper le terrain de la récupération, où la concurrence des recycleries-ressourceries s’est faite de plus en plus vive ces dernières années. Pour Emmaüs, la collecte de ces meubles et appareils électroménagers dont les gens ne veulent plus, c’est le nerf de la guerre. Le produit de la vente de ces objets participe au financement des actions de solidarité menées par Emmaüs en direction des plus démunis (aides financières, épicerie sociale, accueil de jour pour les sans-domicile-fixe à la Boutique solidarité, etc.).La qualité des dons a aussi sérieusement baissé

« Si on veut continuer à vivre, il faut préparer l’avenir », résume Sylvie Godin, directrice d’Emmaüs Beauvais. « Aujourd’hui, on parvient à équilibrer notre budget mais, avec des produits et des subventions qui stagnent et des charges qui augmentent, on se doit d’aller de l’avant. L’objectif, avec la création de ce troisième magasin, c’est de maintenir nos effectifs composés aux deux tiers de personnes en insertion et notre niveau d’aide aux personnes en difficulté. »

Le constat est simple : pour maintenir le chiffre d’affaires de vente, il faut ramasser plus en quantité, la qualité des dons ayant sérieusement baissé ces dernières années. « C’est de plus en plus difficile de récupérer une belle armoire qu’on pourra revendre 300 € », confirme Sylvie Godin. Brocante, magasin d’occasion, site Internet de bonnes affaires… la crise étant passée par là, les gens essaient au maximum de se faire un peu d’argent en revendant par eux-mêmes la fameuse belle armoire plutôt que de la donner, même pour participer à une bonne action.

C’est à partir de janvier que les camions de ramassage d’Emmaüs commenceront à sillonner les villages des cantons de Méru et Chaumont-en-Vexin. Le fruit des collectes alimentera les rayons du magasin de Méru, où seront développées des activités de tri, de réparation des objets récupérés mais aussi de recyclage. D’une surface de vente de 300 m2, il ouvrira deux jours et demi par semaine et un dimanche par mois.

« On va répondre à un vrai besoin dans le secteur pour les personnes en difficulté qui pourront s’équiper à moindres frais », souligne la directrice. Un public qui pourra également bénéficier des dispositifs d’aide créés par l’association.

Huit emplois seront créés grâce à ce nouveau magasin, dont sept en insertion. « Nous aurons aussi besoin de bénévoles pour participer aux activités du site », insiste Sylvie Godin, qui lance un appel aux volontaires.

http://www.emmaus-france.org

Le Parisien

BABOU OUVRE UN NOUVEAU MAGASIN FRANCHISÉ AU MANS

01/01/2013

Bientôt un 2ème magasin Babou au sein de l’agglomération du Mans ! Un bâtiment de 3000 m2 s’apprête à être construit dans la nouvelle zone commerciale inaugurée fin août au nord du Mans. Le terrain était initialement réservé à 2 autres enseignes, avant qu’elles ne fassent marche arrière. C’est finalement le réseau Babou, spécialisé dans les produits discount de la maison et de la personne, qui s’implantera sur la zone. La commission départementale d’aménagement commercial de la Sarthe a rendu un avis favorable. L’ouverture de ce nouveau magasin est espérée pour septembre 2013.

Le réseau, qui se développe en franchise depuis 1978, compte près de 80 points de vente aujourd’hui.

Marie Couturier, Toute la Franchise ©

www.babou.fr/

Ouverture du premier magasin Williams-Sonoma au Quebec

La grande marque d’articles de cuisine s’installe au Carrefour Laval

LAVAL, QC, le 2 nov. 2012 /CNW Telbec/ – Williams-Sonoma, l’une des marques relevant du portefeuille de Williams-Sonoma, Inc. (symbole NYSE : WSM), a annoncé aujourd’hui l’ouverture de son premier magasin dans la province de Québec, qui aura lieu le 3 novembre 2012. Installé au centre commercial Carrefour Laval (Laval, Québec), ce nouvel espace de vente sera le huitième de Williams-Sonoma au Canada, et le premier à arborer le nouveau design adopté par l’entreprise.

« Je suis ravie que notre expansion au Canada se poursuive avec l’ouverture de ce premier magasin en sol québécois, déclare Laura Alber, PDG de Williams-Sonoma, Inc. Nous sommes très heureux de cette percée au Québec et avons hâte d’intégrer cette collectivité si active dans le domaine culinaire. »

Parmi les caractéristiques du nouveau design, mentionnons des éléments interactifs qui solliciteront le goût, le toucher et l’odorat. On trouvera également, comme point saillant du magasin, une cuisine professionnelle et moderne où l’on recevra des chefs invités et où se donneront des cours de cuisine, des séances de formation technique et des démonstrations. En outre, des postes de démonstration répartis en divers endroits permettront aux clients d’essayer rapidement et facilement ustensiles de cuisson, appareils électriques, produits pour la cuisine et articles de coutellerie. Conçu pour faciliter au maximum les choses au consommateur, le nouvel aménagement prévoit aussi plusieurs terminaux de paiement grâce auxquels les clients pourront payer leurs achats en divers points du magasin.

« L’ouverture d’un magasin Williams-Sonoma au Québec représente une étape importante pour notre marque au Canada. Après tout, le fondateur de notre entreprise, Chuck Williams, s’est inspiré de la tradition française en matière d’ustensiles de cuisine quand il a ouvert  son premier magasin, en 1956, explique Richard Harvey, président actuel de Williams-Sonoma. Nous sommes enchantés de nous installer dans un lieu où règne une telle passion pour la nourriture et les expériences culinaires. »

Afin de célébrer l’ouverture du magasin, Williams-Sonoma organise à l’intention du milieu culinaire de la région et de partenaires locaux un événement de préouverture coparrainé par L’OEUVRE LÉGER, un organisme québécois sans but lucratif qui aide les familles en difficulté et plus particulièrement les enfants, à qui elle offre des repas nourrissants dans le cadre de sa campagne Nourrir un enfant. Williams-Sonoma fera don à L’OEUVRE LÉGER d’une partie des recettes générées par l’événement afin d’appuyer le travail qu’elle accomplit au sein de la collectivité.

D’autres événements auront lieu pour marquer le coup pendant le week-end de l’ouverture officielle du nouveau magasin. Il y aura par exemple une séance de signature du chef Chuck Hughes, copropriétaire des restaurants Garde-Manger et Le Bremner, qui présentera son livre Garde-Manger; des démonstrations de cuisine de David McMillan et Frédéric Morin, des restaurants Joe Beef et Liverpool House; ainsi que de nombreuses autres activités interactives.

Le nouveau magasin fera 8 000 pieds carrés (environ 740 mètres carrés). Il présentera d’abord une collection automnale tardive et un avant-goût de sa collection des Fêtes. On y trouvera un assortiment exceptionnel d’ustensiles de cuisine et d’articles pour la cuisson, la boulangerie et la pâtisserie, d’accessoires de cuisine, de coutellerie, d’appareils électriques, d’articles ménagers et de linge de maison, ainsi que des aliments et des ingrédients au nom de la marque et un vaste éventail de livres de recettes. Le magasin tiendra également des gammes et des produits d’entreprises basées au Québec qui partagent la passion de Williams-Sonoma pour le domaine culinaire.

Williams-Sonoma compte à l’heure actuelle sept magasins au Canada, lesquels sont situés au Sherway Gardens, au Eaton Centre, au Yorkdale Shopping Centre et sur la rue Bloor Ouest, à Toronto; ainsi qu’aux centres commerciaux West Edmonton Mall d’Edmonton et Chinook Centre de Calgary, et sur la rue Granville, à Vancouver.

À PROPOS DE WILLIAMS-SONOMA
Depuis sa fondation par Chuck Williams en 1956, l’entreprise Williams-Sonoma a su intéresser le public au monde culinaire. Chef de file de la vente au détail de produits haut de gamme pour la cuisine et la maison en général, elle offre à sa clientèle un service de qualité supérieure et une expérience inoubliable. Parmi ses produits , mentionnons des articles de cuisine, de la coutellerie, des appareils électriques, des articles pour boulangerie et pâtisserie, du linge de table, des accessoires pour le bar et le plein air, des livres de recettes, des meubles, des appareils d’éclairage et des articles de décoration. L’entreprise offre aussi une gamme d’aliments de spécialité composée de produits alimentaires au nom de la marque. Ces derniers vont des aliments et mélanges précuisinés aux épices et aux sauces, et apportent un petit extra à l’expérience culinaire. Chaque magasin Williams-Sonoma est doté d’une cuisine professionnelle pour les démonstrations, les cours de cuisine et les séances de dégustation données par des experts en la matière. Pour obtenir de plus amples renseignements, rendez-vous à l’adresse Internet suivante : www.williams-sonoma.ca.

AU SUJET DE WILLIAMS-SONOMA, INC.
Détaillant spécialisé dans les articles de première qualité pour la maison, Williams-Sonoma, Inc. présente ses produits par le truchement d’environ 579 magasins, sept catalogues de vente par correspondance et 6 sites de commerce électronique, et les met en marché grâce à sept stratégies distinctes qui correspondent aux bannières suivantes : Williams-Sonoma (articles de cuisine et listes de mariage, Pottery Barn mobilier et listes de mariage), Pottery Barn Kids (meubles pour enfants et listes de cadeaux pour bébé), PBteen (mobilier et articles de décoration pour chambres d’adolescentes et d’adolescents, West Elmmobilier moderne et articles de décoration pour chambre à coucher), Williams-Sonoma Home (mobilier chic et articles dedécoration de luxe) et Rejuvenation (appareils d’éclairage et articles de quincaillerie). Active aux États-Unis et au Canada,Williams-Sonoma, Inc. offre des services de livraison internationale aux consommateurs du monde entier et a des a franchisés dans toute l’Arabie Saoudite ainsi qu’aux Émirats arabes unis et au Koweït.

Vous pouvez suivre les nouvelles relatives au magasin de Laval sur Twitter (@WSLaval) et Facebook

facebook.com/WilliamsSonomaLaval

www.williams-sonoma.ca

Le plus grand magasin d’articles pour la cuisine, la chambre a coucher et la salle de bains au Canada annonce un partenariat fumant

http://www.homeoutfitters.com/fr/

– Déco Découverte et Starbucks® unissent leurs forces pour le lancement d’un système d’infusion une tasse à la fois –

TORONTO, le 23 oct. 2012 /CNW/ – On dirait une mouture venue tout droit du paradis du café! Déco Découverte a conclu avec Starbucks un partenariat faisant d’elle l’un des deux détaillants détenant les droits exclusifs pour la vente au Canada de son nouveau système d’infusion une tasse à la fois, le Verismo(TM) de Starbucks(®). Nouveau et révolutionnaire, le Verismo est le premier système d’infusion qui permet de préparer à la perfection et à tout coup les cafés au lait, expressos et cafés infusés de Starbucks en toute simplicité dans le confort de son foyer. Et tout ça, à partir d’un seul appareil. Le tout nouveau système à dosettes, qui se décline en deux formats et trois couleurs, sera offert dans tous les magasins Déco Découverte dès le 26 octobre 2012.

«Nous sommes très emballés par notre association avec Starbucks, affirme Idalia Farrajota, première vice-présidente de Déco Découverte. Déco Découverte est devenu un détaillant de premier plan sur le marché du café. Nous offrons le plus grand choix et le plus grand nombre de marques de machines à café et d’accessoires au pays. Notre éventail comprend la crème de la crème des produits offerts sur le marché, et quand il s’agit de café, Starbucks se situe parmi les meilleurs.»

«Depuis plus de 41 ans, nous maintenons notre engagement à servir du café et des boissons expressos exceptionnels à nos clients, explique Annie Young-Scrivner, présidente de Starbucks Canada. Et les consommateurs canadiens qui sont à la recherche de l’appareil à café parfait pour leur foyer se rendent chez Déco Découverte. Notre association allait donc de soi. Grâce à Déco Découverte, nous pouvons maintenant offrir aux consommateurs la possibilité de préparer les véritables boissons de qualité supérieure de Starbucks dans le confort de leur foyer.»

Le système Verismo vient s’ajouter à l’éventail croissant de cafetières et d’accessoires pour boissons chaudes offerts chez Déco Découverte, renforçant ainsi sa position comme détaillant de choix pour les appareils à café au Canada.

À propos de Déco Découverte

Déco Découverte (appelé Home Outfitters à l’extérieur du Québec) est le plus important supermagasin d’articles pour la cuisine, la chambre à coucher et la salle de bains au Canada. Fondée en 1999 et exploitée par la Compagnie de la Baie d’Hudson (HBC), la chaîne compte aujourd’hui 69 magasins d’un océan à l’autre et quelque 1 850 associés. Déco Découverte offre aux Canadiens des articles de style avec un excellent rapport qualité-prix, dans des marques connues, dont Nespresso, Breville, Cuisinart, KitchenAid, Dyson, Vera Wang, Dansk, Kate Spade New York, Nautica, GlucksteinHome, Steven and Chris, Umbra, Simplehuman et plus encore.

À propos de la Compagnie de la Baie d’Hudson

Constituée en 1670, la Compagnie de la Baie d’Hudson est la société qui compte le plus grand nombre d’années consécutives d’exploitation en Amérique du Nord. Elle exploite les grands magasins la Baie, les magasins de masse Zellers et les magasins Déco Découverte, spécialisés dans les articles pour la cuisine, la chambre à coucher et la salle de bain. Les chaînes de la Compagnie de la Baie d’Hudson exploitent plus de 500 magasins et comptent au-delà de 50 000 associés au pays; elles offrent aux Canadiens style et qualité à des prix très concurrentiels, et s’efforcent toujours de surpasser les attentes de la clientèle.

Aux États-Unis, la Compagnie de la Baie d’Hudson exploite la chaîne de magasins haut de gamme Lord & Taylor, qui compte 48 établissements répartis dans neuf États, dont deux nouveaux magasins qui ont ouvert leurs portes au printemps 2012. La Compagnie exploite également trois magasins entrepôt, Lordandtaylor.com et deux magasins Lord & Taylor Home.

http://www.starbucks.ca/

LE RÉSEAU GAUTIER OUVRE UN QUATRIÈME MAGASIN EN ARABIE SAOUDITE 26 – 06 -12

Le réseau d’ameublement Gautier poursuit son développement à l’international. Il vient ainsi d’ouvrir un point de vente à Jeddah, dans l’Ouest de l’Arabie Saoudite. Cette ouverture marque la quatrième implantation du groupe dans le pays.

Il est en effet déjà présent à Riyad, où il compte deux magasins, et à Khobar. Les clients peuvent y découvrir toutes les collections de l’enseigne, qui fabrique et distribue du mobilier contemporain pour l’ensemble de la maison.
Créée en 2005, la société Gautier a tout de suite choisi de se développer sous forme de franchise, en France comme à l’étranger. Elle est aujourd’hui présente dans une soixantaine de pays, où la clientèle est friande de ses meubles à la française, dont la qualité n’est plus à démontrer.

Le réseau ouvre donc régulièrement de nouveaux points de vente aux quatre coins du monde.

Sandrine Cazan, Toute le Franchise ©

www.gautier.frwww.magasins-gautier.com 

LE RÉSEAU WANDERS OUVRE UN NOUVEAU SHOW-ROOM AU MANS

Le réseau Wanders, spécialiste du chauffage au bois, s’apprête à inaugurer sa nouvelle franchise du Mans. Lundi 18 juin, l’agence Wanders de Mulsanne, commune située au sud de la métropole du Mans, ouvre ses portes pour proposer toute sa gamme d’appareil de chauffage et de cuisson au bois.

Pour son ouverture, le magasin sarthois propose des offres exceptionnelles. L’occasion pour les Manceaux et les habitants de la région de découvrir le catalogue Wanders, les appareils de chauffage au bois et granulé et les pianos de cuisson.

Wanders est une enseigne évoluant dans le monde de la flamme depuis 1990. Lancée en réseau de franchise en 2010, elle est aujourd’hui présente dans de nombreuses villes françaises via une soixantaine d’implantations.

Benjamin Thomas,Toute la Franchise ©

http://www.wanders.fr/

Canada Meubles Léon

Meubles Leon Limitée – Résultats du premier trimestre de 2012

TORONTO, le 14 mai 2012 /CNW/ – Pour la période de trois mois close le 31 mars 2012, le chiffre d’affaires total de Léon a été de 200 651 000 $, ce qui comprend le chiffre d’affaires de 43 220 000 $ des franchises (191 592 000 $, dont 40 809 000 $ des franchises, en 2011), une augmentation de 4,7 %. Le chiffre d’affaires des magasins d’entreprise comparables a baissé de 0,7 % par rapport au premier trimestre de l’exercice précédent. Le résultat net s’est établi à 8 599 000 $, ou 0,12 $ par action ordinaire (10 293 000 $, ou 0,15 $ par action ordinaire en 2011). La baisse du bénéfice du trimestre par rapport au trimestre précédent est attribuable principalement à une hausse des frais de commercialisation et des frais d’ouverture en lien avec quatre nouveaux magasins ouverts pendant la dernière partie de 2011.

Les importants travaux de rénovation progressent bien à nos magasins d’entreprise de Sudbury et de Sault Ste. Marie, en Ontario. Notre franchisé de Kentville a récemment ouvert un nouveau magasin de remplacement plus grand à Coldbrook, en Nouvelle-Écosse. Par ailleurs, les travaux de construction d’un nouveau magasin franchisé qui remplacera notre magasin actuel à Saint John, au Nouveau-Brunswick, ont commencé. Enfin, la société a fait l’acquisition de sites pour quatre nouveaux magasins d’entreprise, soit à Orangeville et à Brantford, en Ontario; à Sherbrooke, au Québec; et à Rocky View County, tout juste au nord de Calgary, en Alberta. Nous prévoyons actuellement ouvrir ces magasins pendant la dernière partie de 2012 et en 2013.

Comme nous l’avons déjà annoncé, nous avons versé un dividende trimestriel de 0,10 $ le 5 avril 2012. Aujourd’hui, nous avons le plaisir d’annoncer que les membres du conseil d’administration ont déclaré un dividende trimestriel de 0,10 $ par action ordinaire, qui sera versé le 6 juillet 2012 aux actionnaires dûment inscrits à la clôture des marchés le 6 juin 2012. Depuis 2007, les dividendes versés par Meubles Léon Limitée constituent des « dividendes admissibles » au sens des modifications apportées à la Loi de l’impôt sur le revenu en vertu du projet de loi C-28 duCanada.

RÉSULTAT PAR ACTION POUR CHAQUE TRIMESTRE

31 MARS 30 JUIN 30 SEPT. 31 DÉC. CUMUL 
ANNUEL
2012
Résultat de base
Après dilution
0,12 $
0,12 $
0,12 $
0,12 $
2011
Résultat de base
Après dilution
0,15 $
0,14 $
0,16 $
0,15 $
0,22 $
0,21 $
0,28 $
0,27 $
0,81 $
0,78 $
2010
Résultat de base
Après dilution
0,17 $
0,16 $
0,17 $
0,16 $
0,26 $
0,25 $
0,30 $
0,29 $
0,90 $
0,87 $

LEON’S FURNITURE LIMITED – MEUBLES LÉON LIMITÉE

Mark J. Leon
Président du conseil

http://www.leons.ca/#

Les nouveaux propriétaires de Santana ambitionnent un bel avenir pour le liège.

Mardi, 08 Mai 2012 14:19 – Écrit par  Pauline Neerman
Les nouveaux propriétaires de Santana ambitionnent  un bel avenir pour le liège.

En décembre 2010 le producteur et distributeur de liège Santana changeait de propriétaires. Le trio d’entrepreneurs Paul De Fraeye, Stefan Moriau et Tom Van Cauwenberghe reprenaient l’entreprise et poursuivaient ainsi  l’œuvre de Jean Claeys (60 ans passé), fondateur de Santana. Stefan Moriau nous raconte comment Santana entend débarrasser  le liège de son image rébarbative.

Comment vous est venue l’idée, n’étant pas retailer, de reprendre Santana ?

S.M. : « Santana, fondé par Jean Claeys alors qu’il avait 43 ans, a  obtenu de très bons résultats jusqu’en 2007/2008. L’entreprise réalisait alors un chiffre d’affaires d’environ 13 millions d’euros et employait une centaine de personnes.  Néanmoins Jean Claeys a décidé de se retirer et il y a eu alors un va et vient de différents dirigeants, dont le dernier était Kurt Moons, qui est actuellement CEO des vélos Eddy Merckx.

Détail amusant : mon actuel associé, Tom Van Cauwenberghe,  était déjà  à ce moment-là  le deuxième candidat pour  la direction de Santana. A l’époque il travaillait pour Tasibel.  Si Tom avait repris la fonction de Kurt, Tom avait l’intention de me prendre avec lui chez Santana. J’ai travaillé pendant des années en tant que Marketing Manager chez Quick-Step et je connaissais donc bien le secteur.

Lors du départ de Kurt Moons, Claeys a mis la procédure de vente en route. A nouveau Tom Van Cauwenberghe a été approché,  cette fois via Deloitte. Nous nous sommes donc retrouvés autour de la table avec les mêmes parties intéressées. »

Donc vous avez repris une usine et 12 magasins ?

S.M. : « Effectivement, et je ne l’ai  jamais regretté ! Santana  a 12 magasins en gestion propre en Flandre , ainsi que sa propre unité de production à Mollem (Asse). Jean Claeys a gardé une part de 15%   dans l’entreprise, alors que nous détenons une participation majoritaire.

C’est donc devenu ‘notre enfant’. Je suis responsable  de la partie sales & marketing et Tom pour sa part s’occupe des affaires opérationnelles et de la gestion de l’entreprise. »

Qu’avez-vous fait en premier lieu, après la reprise ?

S.M. : « Après la reprise fin 2010, nous avons dans un premier temps élargi la gamme de produits.Nous avons développé et lancé plus de 500 nouveaux  produits. Malheureusement le liège a encore toujours une connotation négative : qui dit liège, pense trop souvent à ces sols bruns. C’est un matériau méconnu, qui offre  pourtant de multiples possibilités de revêtements de sols et de murs  dans une palette de couleurs et de designs très variée,  avec en plus un grand  confort d’utilisation.

En tant que ‘pure player’ nous devons être en mesure de présenter un assortiment aussi large que possible. Dans nos magasins, nous proposons tout ce qui est possible dans le domaine des revêtements en liège.

Actuellement nous avons des revêtements en liège  très résistants  avec une impression digitale, imitant par exemple les sols en béton, mais avec la chaleur et la flexibilité propres au liège. La ressemblance est telle qu’il est difficile de faire la différence avec un vrai sol en béton :  le revêtement idéal donc pour des bureaux notamment. »

Vous envisagez également d’autres segments.

S.M. : « Une option serait de travailler en tant que distributeur-grossiste, étant donné que nous avons également une très large gamme de sols à cliquer à base de liège,  qui peuvent facilement être placés par les particuliers. Il serait idéal de les vendre via des commerces spécialisés en décoration intérieure sous la marque Santana. D’autant plus que notre marque jouit d’ une renommée de plus de 80% en Flandre.

D’autre part il existe actuellement  du liège ou des produits à base de liège destinés au marché des projets  de construction. Cela nous ouvre de nouvelles portes.  Santana  souhaite également s’adresser  aux architectes et aux promoteurs immobiliers. C’est pourquoi nous avons aménagé dans notre magasin à Schelle , un espace pour les architectes. Santana Schelle se situe le long de l’A12 entre Anvers et Bruxelles, juste en face du San Marco Village et est  donc facilement accessible. »

L’aspect financier est-il un problème urgent pour Santana ?

S.M. : « La crise économique et les nombreux changements au niveau du management ont laissé leurs traces  : Santana a clôturé l’exercice comptable 2011 avec une légère perte opérationnelle. Toutefois jusqu’à 2008 Santana a connu une croissance continue,  ce que nous voulons à nouveau atteindre. Outre l’élargissement et l’approfondissement de la gamme, nous avons d’abord réduit les frais par des  gains d’efficacité. »

Combien de magasins Santana y a-t-il précisément ?

S.M. : « Nous avons 11 magasins en Flandre et  1 en Wallonie. Nous avons constaté que les choses fonctionnent différemment en Wallonie, les consommateurs y sont très attirés par les prix promotionnels.  Nous avons donc transformé notre magasin en outlet, où nous proposons des fins de séries en ‘cash & carry’.

Les magasins en Flandre seront rénovés dans le style de notre concept store à Schelle : nous commencerons par  cinq magasins cette année et les cinq autres l’année prochaine. Grâce à ces transformations, les magasins seront réoxygénés et cela se traduira immédiatement en chiffres ».

Ambitionnez-vous également une expansion à l’étranger ?

S.M. : « Nous n’excluons pas une expansion internationale, mais il y a en Flandre d’autres endroits encore où nous souhaitons nous implanter. Nous jouissons d’une  notoriété de 82%,  dont nous devons pleinement  tirer profit. Nous y allons donc pas à pas,  chaque chose en son temps.

Santana est un peu un cas à part . A l’étranger il n’existe aucun ‘pure player’ comme nous dans notre branche. L’expansion territoriale n’est pas si évidente, car il faut disposer  de services d’installation compétents,  ayant des affinités avec le produit, comme le service de pose  que nous avons en Flandre. C’est l’un de nos points forts.

Mais d’abord nous devons doubler notre chiffre d’affaires en Belgique d’ici cinq ans. Dans notre système classique nous devrions pouvoir progresser de 10 à 15% par an. Les autres segments  devront compléter cette croissance. »

http//www.santana.be/fr


Comment Disney a failli inventer IKEA

Le modèle Airline de Weber. Milwaukee Art Museum– Le modèle Airline de Weber. Milwaukee Art Museum –

En 1938, Walt Disney et son frère Roy, qui ont investi près d’1,5 million de dollars (un record pour l’époque) dans leur long-métrage d’animation «Blanche-Neige et les Sept Nains», se frottent les mains. Parue l’année précédente, l’œuvre a reçu un accueil sans précédent, aux Etats-Unis comme à l’étranger.

Le duo décide de faire bâtir des studios d’animation à la mesure de ses besoins. Les frères acquièrent à Burbank un terrain de plus de 200.000 m2 et confient la conception à un architecte couru, Kem Weber. Le bâtiment abritera les studios d’animation jusque dans les années 1980. Des dizaines de films naîtront au sein de l’«Animation Building», bâtiment en forme de «H», pourvu de couloirs en sous-sol (une organisation quasi-militaire souhaitée par Walt Disney, qui permettait une circulation aisée et cachée des regards entre les bureaux d’animation et les autres départements).

Bureaux et chaises, tables de dessinateurs, rangements, Weber créé également le mobilier. Disney apprécie le style du designer. Il a justement demandé à Weber de s’inspirer, pour l’architecture du bâtiment, des lignes de son fauteuil favori. L’Airline, dessiné par Weber quatre ans auparavant, lorsque celui-ci était au sommet de sa popularité, n’avait pourtant pas connu le destin que son créateur avait imaginé.

A dire vrai, on pourrait parler de «flop»: aucun fabricant ni distributeur n’a vraiment accepté de se frotter au concept. Un fauteuil vendu en kit, à assembler soi-même; de bonne qualité, mais abordable, et enfin signé d’un designer-décorateur en vogue? Voilà qui aurait pu séduire une Amérique rendue fort prudente depuis le krach boursier de 1929.

weber2

Mobilier pour les bureaux Disney

Mais Weber n’est pas parvenu à en faire fabriquer plus de deux centaines, lesquelles d’ailleurs lui sont restées sur les bras. Quelques années plus tard, Walt Disney les découvre, en tombe raide dingue. Il achète le lot pour meubler ses studios (dont ses propres bureaux au sein de l’Animation Building). Weber ne le sait pas encore, mais son aura de designer avant-gardiste vient de s’éteindre.

Le design américain moderne

Né Karl Emanuel Martin Weber à Berlin en 1889 (l’acronyme K.E.M. fera office de prénom à partie des années 1920), il se forme à l’ébénisterie, puis à l’architecture et la décoration d’intérieur à l’Ecole d’arts appliqués de Berlin. En 1914, il part superviser la construction du pavillon de l’Allemagne  pour l’exposition «Panama-Pacifique» à San Francisco.

La guerre éclate en août, ce qui l’empêche de retourner en Europe: en Californie, il décroche quelques contrats dans la publicité ou la décoration. En mai 1915, un sous-marin allemand torpille le paquebot britannique Lusitania, parti de New York. Se prénommer «Karl» ne joue pas en sa faveur ; faute de clients, il devient successivement bûcheron, puis éleveur de poulets.

weber

Il s’installe à Santa Barbara en 1918 pour enseigner l’art et ouvrir un atelier au sein d’une église à l’abandon. Il vivote quelques années avant de se faire remarquer par les frères Barker, à la tête d’un grand magasin de mobilier de Los Angeles. Pendant quelques années, Weber produit des pièces hispanisantes à la mode, de bois sombre et aux courbes ondulantes. A court d’inspiration, il convainc les «Barker Brothers» de subventionner un voyage en Espagne en 1925.

En chemin, il s’arrête à Paris et visite «l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes». L’événement fera date, et donnera son nom au style «Art déco». Frappé par les créations innovantes des architectes et designers Robert Mallet-Stevens, Le Corbusier, ou Pierre Charreau, Kem Weber revient aux Etats-Unis avec une certitude: l’avenir du mobilier est au modernisme.

Les frères Barker se montrent peu disposés à bouleverser leur offre, mais Weber finit par imposer son idée. En 1926, il prend la tête de «Modes and Manners», boutique spécialisée dans les créations modernistes, située au 4e étage du grand magasin Barker Brothers, qui en compte onze: une occurrence précoce de «store-within-a-store».

Mobilier, luminaires, textiles ou arts de la table, les choix de Weber (qui a lui-même dessiné et aménagé les lieux) sont osés. Il a la brillante idée de mettre en scène une salle à manger, où les clients peuvent se restaurer, voir les objets et meubles en situation, se projeter. L’audace paie, le succès est immédiat. Le nom de Weber, associé à celui de Modes and Manners, devient synonyme de «design américain moderne».

Un fauteuil à emporter

On l’admire, on l’imite. Une deuxième branche est bientôt ouverte à Hollywood. Acteurs et pontes de l’industrie du cinéma se ruent sur les créations de Weber, dont les services d’architecte décorateur s’arrachent.

En 1927, Kem Weber quitte Modes and Manners pour ouvrir son propre studio de design; d’employeurs, les Barker deviennent ses clients. Sa réputation dépasse les frontières de l’Etat de Californie: il est l’un des designers les plus réputés du pays. Weber allège et affirme son style, s’affranchit de l’extravagance savamment dosée qui caractérisait le style Modes and Manners.

Formes géométriques répliquées, lignes étirées et angles arrondis: on lit les signes annonciateurs de l’esprit «Streamline» qui régnera bientôt.

La Grande Dépression de 1929 a rendu la clientèle frileuse, sinon économe. Le designer réfléchit, parallèlement aux réalisations qu’il signe pour ses clients fortunés, au moyen d’adapter sa production à un marché élargi. Il propose des pièces abordables (de 20 à 140$) ou ses propres services pour modifier intérieurs ou mobilier de famille, l’adapter au goût du jour – comme on le fait de bijoux qui seraient passés de mode.

Comme ses compatriotes de l’École du Bauhaus, Weber teste le métal tubulaire (la Lloyd Manufacturing Company, dans le Michigan, vendra de très nombreux exemplaires de ses sièges), explore nouvelles techniques et matériaux innovants, bricole des systèmes de jointures tout en bois, facile à assembler. En 1934, il met toute son ardeur dans un projet inédit: inventer un siège qui, à plat, tiendrait dans une boîte suffisamment compacte pour être emportée telle quelle à la maison.

L’Airline Chair, un fauteuil en porte-à-faux au design moderne, pèse moins de huit kilos et ne coûte que 24,75 dollars (le salaire moyen de l’époque est d’environ 1.400 dollars). Impossible de se tromper en l’assemblant, seules deux petites tiges de bois sont à glisser dans des crochets. Il est robuste, et l’inclinaison de son dossier réglable. «Wrap it Up and Take It Home!», titre avec enthousiasme le magazineRetailing en mai 1935.

airline

Cependant, en dépit de ses atouts, le mode de commercialisation proposé par Weber est accueilli avec méfiance. Aucun fabricant ne se risque à produire le fauteuil pour le marché de masse, et la modeste quantité produite ne trouve pas preneur. Jusqu’à ce que Walt Disney s’en entiche, et détourne le fauteuil de sa cible initiale.

Jamais le designer ne trouvera de partenaire commercial pour créer sa collection d’articles d’ameublement d’honnête qualité pour un marché de masse. Ce sont les clients fortunés qui se tournent vers lui, et non l’Américain moyen. L’entrée en guerre des Etats-Unis met un frein à ses activités de design, et Weber propose au gouvernement un système de son invention (qui se solde, lui aussi, d’un échec): des maisons préfabriquées conçues pour se protéger des assauts ennemis.

A l’issue de la guerre, Kem Weber retourne à Santa Barbara, et abandonne le design de mobilier au profit de l’architecture. L’effronté de l’avant-guerre fait vingt ans plus tard figure de «vieux schnock» à côté de la jeune garde du design, le couple Charles et Ray Eames en tête. Les historiens et critiques du style «mid-century modern» américain, dont il est l’un des précurseurs et acteurs jusqu’à sa mort en 1963, oblitèrent peu ou prou son travail pendant quelques décennies.

Indépendamment du parcours de Weber, l’idée fait son chemin. Près de 15 ans après sa création en 1943, l’entreprise du Suédois Ingvar Kamprad intègre la vente de meubles à son catalogue, mais il doit subir la pression que ses concurrents exercent sur ses distributeurs.

Kamprad et ses collaborateurs n’ont d’autre choix que livrer eux-mêmes leurs clients, et l’idée germe en dévissant les pieds d’une table qui devait être glissée dans le coffre d’une voiture: pourquoi ne pas proposer le mobilier à plat, afin que les clients puissent eux-mêmes l’assembler à la maison? IKEA compte alors un unique point de vente, en Suède, et emploie une centaine de personnes.

Vingt ans plus tard, la marque, désormais présente en Europe, en Australie et au Canada, propose le fauteuil en porte-à-faux Poäng (à l’origine baptisé «Poem»), inspiré de modèles traditionnels comme les créations de Bruno Mathsson ou d’Alvar Aalto.

ikea

Le fauteuil Poäng

Celui-ci figure toujours au catalogue de la marque jaune et bleue, étiqueté à partir de 99€ 59€. Des millions d’exemplaires se sont vendus un peu partout dans le monde, où IKEA a essaimé.

L’Airline Chair de Kem Weber, quant à elle, fait de régulières apparitions en salles de ventes. Son «prix marteau» dépasse parfois la barre des 20.000$. Et sa popularité n’est pas un phénomène local: elle est entrée dans la collection de mobilier du musée Victoria & Albert de Londres en 1991.

réédition

L’Airline Chair originale à gauche, la nouvelle mouture signée «Disney» à droite. Image DISNEY.

Vingt ans plus tard, l’énorme machine Disney, sous la marque «Walt Disney Signature» (division «Fashion & Home»), fait appel au designer américain Cory Grosser pour rafraîchir les lignes du «mythe». Abordable, l’Airline Chair nouvelle mouture? Il vous en coûtera 3.900$, auxquels vous ajouterez 1.400$ pour acquérir un repose-pieds coordonné. Chez Disney, on maîtrise le sujet: les belles histoires font toujours vendre.

Elodie Palasse-Leroux

Sources: «K. Weber and the rise of modern design in Southern California», Christopher Long (biographe de Kem Weber), The Magazine Antiques ; «K. Weber, the most important mid-century modern designer you never heard of», Collector’s Weekly.

Les magasins But pourraient changer de main !

(Boursier.com) — But pourrait changer de mains… La chaîne de magasins de meubles serait à nouveau sur le marché : selon des sources concordantes citées par ‘Les Echos’ du jour, les propriétaires Goldman Sachs, Colony Capital et Equity Partners, auraient entamé le processus de cession. Un premier tour de vente se serait ainsi tenu vendredi dernier, et aurait attiré les fonds de capital investissement Axa Private Equity et PAI, ainsi qu’un troisième candidat, dont le nom n’est pas connu…

Valorisé 550 millions d’euros fin 2007, lors de son rachat par Goldman Sachs et Colony, le numéro trois français de l’ameublement vaudrait aujourd’hui autour de 400 millions d’euros après avoir cédé une partie de son patrimoine immobilier pour 200 millions, soit environ cinq fois son résultat d’exploitation 2011 (80 millions d’euros).

Pour mémoire, Goldman Sachs et Colony Capital avaient échoué l’an dernier à racheter le no2 français du secteur, Conforama, mis en vente par PPR. L’objectif affiché était de rapprocher But et Conforama, afin que le nouvel ensemble puisse remonter sur la première marche du podium, ravie par Ikea depuis 2009.

Goldman Sachs et Colony avaient toutefois renoncé au dossier, face à l’hostilité des syndicats et de la direction de PPR, compte tenu des difficultés sociales qu’aurait entraîné un tel rapprochement… Conforama a finalement été acquis par le sud-africain Steinhoff pour environ 1,6 milliard d’euros dette comprise.

http://www.but.fr/

 

PIER 1 IMP!1 nouveaux objectifs

Pier 1 Import annonce un nouveau programme de croissance à trois ans, à l’occasion de la publication de ses résultats du quatrième trimestre comptable.

Le distributeur de produits décoratifs pour la maison a engrangé un bénéfice trimestriel de 115 millions de dollars, soit 1,04 dollar. Hors un crédit d’impôt, ce BPA est toutefois resté stable à 48 cents.

Pier 1 Import a amélioré sa marge opérationnelle de 2,7 points à 16,4%, pour un chiffre d’affaires en croissance de 12% à 477 millions de dollars. A périmètre comparable, les ventes se sont accrues de 10%, à la fois grâce à une augmentation de la fréquentation des magasins et à une hausse du ticket moyen.

Pour son nouvel exercice, le groupe table sur un BPA compris entre 1,06 et 1,12 dollar, à comparer à 94 cents sur l’exercice 2011-12, et sur une croissance des ventes à périmètre comparable d’environ 5%.

A cette occasion, Pier 1 Import présente un plan de croissance à trois ans, par lequel il investira 200 millions de dollars en capitaux sur cette période. Il vise une marge opérationnelle d’au moins 12% à horizon 2015, contre 10,1% sur l’année écoulée, et rehausse son objectif de vente par pied carré de 200 à 225 dollars.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

http://www.pier1.com/

Conforama : 30 bougies pour une ouverture

 

Publié le dimanche 01 avril 2012

Conforama : 30 bougies pour une ouverture - 16506629.jpg
Le nouveau Conforama, a ouvert ses portes mercredi. Mais l’ouverture officielle est toujours fixée à demain, lundi 2 avril.Jean-Pierre Belzit

Depuis mercredi, c’est parti ! Tout le monde en parle depuis des mois.

Les amateurs de déco comme les adeptes de l’électroménager, attendaient l’événement avec impatience… Pour ce trentième anniversaire de présence à Ajaccio, le nouveau magasin Conforama vient donc d’ouvrir ses portes, route de Caldaniccia, sur la commune de Sarrola.

Avec quelque 3 000m² de surface de vente et des allées de circulation bien spacieuses, destinées à améliorer le confort des acheteurs, on peut imaginer que les bousculades seront rares dans ce nouveau magasin particulièrement attractif.

Confo, comme on aime à appeler l’enseigne, dont le directeur est François Giacometti, offre, on le sait, une gamme de produits et de matériels très large. Du meuble à la décoration, de l’électroménager, à l’high-tech, en passant par l’informatique et l’image et le son, le magasin fête comme il se doit ce trentième anniversaire.

Ouvert du lundi au samedi, de 9 heures à midi et de 14 heures à 19 h 30, le nouveau Confo entend bien s’adapter aux nouvelles habitudes d’achat des consommateurs. Avec un plus indéniable, c’est l’une des rares enseignes d’Ajaccio et sa région à pratiquer les mêmes prix que les autres magasins Conforama du Continent. Bref, vous l’avez compris, les 40 employés du magasin vous attendent désormais avec impatience…

http://www.conforama.fr/

En 2012, Kivik prévoit d’ouvrir 6 magasins franchisés en France


Kvik compte déjà 125 magasins en Europe. Les ouvertures programmées à Villabé (Essonne) et à Buchelay (Yvelines) en mars 2012 ne sont pas la première tentative de l’enseigne d’ameublement danoise de s’implanter en France. En 2008, l’inauguration d’une franchise dans le Sud avait été un échec.

Société danoise spécialiste de l’ameublement design, KVIK compte plus de 120 magasins à travers le monde. A quelques semaines de l’ouverture de ses deux premières boutiques françaises, nous avons rencontré Peter Verplancke, ancien PDG d’Habitat France et actuel directeur des ventes pour le Benelux, l’Espagne, la France de la franchise KVIK.  L’enseigne prévoit une dizaine d’ouvertures de magasins en franchise d’ici juin 2013. Entretien.


Samuel Burner : KVIK va ouvrir ses deux premiers magasins en France en avril prochain. Pouvez-vous en introduction nous rappeler quels les fondamentaux de ce concept danois ?
Peter Verplancke : Kvik vend le design danois à des prix étonnamment bas. Kvik fait partie du groupe suédois Ballingslöv Int. AB. Ce groupe est leader du marché des cuisines et salles de bains en Scandinavie. Kvik est un grand succès car il compte déjà plus de 120 magasins implantés en Finlande, Norvège, Danemark, Pays-Bas, Belgique, Espagne et Thaïlande.

Kvik travaille avec des prix nets transparents et étonnamment bas, tout comme le fait Ikea. Sa mission est de vendre des cuisines, salles de bains et penderies contemporaines, qui s’inscrivent dans la philosophie du design Danois et ceci à des prix étonnamment bas pour les produits et les services offerts. Les meubles peuvent être emportés à plat et peuvent être assemblés par le client. Chaque magasin offre également un service complet d’installation.

S.B. : Comme l’enseigne est encore quasi inconnue en France, pouvez-vous nous préciser quel est le positionnement de Kvik ?

P.V. : Le style épuré du design Danois fait partie intégrale de la philosophie KVIK. Kvik offre des solutions intelligentes avec deux gammes de produits : les armoires BasIQ à taille standard ou les armoires XL, qui sont plus hauts, plus ergonomiques et qui offrent 15% plus d’espace. Kvik offre une garantie produit jusqu’à 25 ans sur sa gamme de produits.

Les produits d’entrée de gamme auront un niveau de prix proche d’Ikea. Les possibilités de personnalisation et d’amélioration de la cuisine de base sont vastes. Les vendeurs KVIK sont formés pour appliquer des solutions qui sont considérées plus hauts de gamme tout en respectant le budget des clients.

S.B. : Pourquoi KVIK se relance-t-il en France ? Pourquoi avoir choisi le modèle de la franchise ? Pourquoi ciblez-vous la région parisienne en priorité ?

P.V. : Kvik va ouvrir ses deux premiers magasins en France en avril 2012 avec les deux premiers magasins à Buchelay et à Villabé. Kvik prévoit d’ouvrir une dizaine de magasins d’ici mi-2013. Dans un premier temps Kvik va se concentrer sur la région Ile-de-France. Nous avons déjà identifié précisément une dizaine de sites d’implantation autour de Paris. Au-delà des deux premiers magasins à Buchelay et Villabé il y a un bon nombre de négociations en cours sur des emplacements futurs.

Avec plus de 25 millions de ménages et plus d’un million de cuisines vendues chaque année, la France est simplement un marché que nous ne pouvons pas ignorer. Le fait que nous nous focalisons cette fois-ci sur l’Ile-de-France montre notre engagement de devenir un intervenant important dans le marché en France. La France est un marché prioritaire pour nous.

S.B. : Justement quels types d’emplacement recherchez-vous pour vos futures boutiques en France ? Quelles sont vos ambitions de développement pour l’année 2012 ?

P.V. : A la différence d’Habitat que j’ai développé durant de nombreuses années en France, Kvik ne recherche pas des locaux en centre-ville. En France, comme un peu partout en Europe, Kvik s’implante uniquement en périphérie des villes. Un magasin KVIK aura typiquement une surface comprise entre 500 et 750 m2 y compris la surface de vente à proprement parler qui fera entre 250 et 400 m2

En 2012, nous prévoyons d’ouvrir au moins 6 points de vente en France. Puis nous accélérerons le rythme les années suivantes.

http://www.kvik.fr/

Ouverture magasin Griin

Griin, la vie dehors (vous étonnera)Janvier 2012 

(1000m2 pour imaginer, créer, dessiner, décorer l’extérieur de la maison)
– Ce qui fait Griin !!!

. Imaginez votre « vie dehors ».
Dans nos ateliers paysagistes ou dans nos modules de formation, l’équipe Griin passionnée par le paysagisme, la décoration et la restauration proposera des ateliers pour profiter pleinement de al
vie dehors. Conception de jardins, cours de déco, initiation au paysagisme, ateliers de cuisine au grill ou à la plancha… Griin vous invite à découvrir tous les secrets de la vie dehors. Envie
d’aller plus loin: dessinons et réalisons ensemble votre jardin, terrasse ou balcon.
– Les meilleures marques de meubles et accessoires déco Griin vous propose une gamme de marques tendances au meilleur prix. Pour profiter au mieux de votre jardin, terrasse ou balcon, Griin vous offre sous un même toit, mobilier, accessoires déco, services paysagers
et tout ce qu’il faut pour cuisiner dehors. Vous trouverez chez Griin les
plus grandes marques de l’outdoor contemporain (Fermob, Emu,
Fatboy, Driade, Magis, Flux, Slide, Weber, Barbecook, Outdoorchef,
Heat…).
– Un concept unique:
Dés l’entrée du magasin, Griin crée la surprise. La vitrine et le jardin annoncent un espace de découverte et d’inspiration où l’on se plait à imaginer « la vie dehors ». Griin réunit toutes les solutions pour l’extérieur de la maison dans un lieu nouveau et unique: terrasses scénarisées, espace libre service pour les premiers pas dans l’aménagement paysager…et pour aller plus loin, l’atelier paysagiste, la salle de formation Griin et l’école de cuisine au grill.
– Avignon: Terre d’accueil pour le lancement de Griin.
Parce que la vie dehors fait partie de notre quotidien, nous avons décidé de démarrer l’aventure de Griin à Avignon. Habitant la région, nous avons développé notre concept en partant des besoins observés localement. Avec Griin, nous allons proposer aux habitants du Vaucluse et des environs, une solution complète (produits et services) pour faire de dehors le plus bel endroit à partager.

http://www.griin-outdoor.com/

_________________________________________

 

CENTRAKOR : La franchise de décoration petits prix souffle sa cinquième bougie !

Le 14/12/2011

La franchise de décoration petits prix souffle sa cinquième bougie !

Pour son cinquième anniversaire, la franchise Centrakor s’offre l’agrandissement de son magasin à Cosne-sur-Loire, l’ouverture d’un nouveau point de vente à Nevers fin novembre 2011, et une vaste campagne de publicité.

La franchise Centrakor se présente comme le premier réseau français de magasins discounts indépendants pour l’équipement de la maison, la décoration et les cadeaux. Elle compte 202 magasins dans toute la France  et 26 en Espagne. Situés principalement à la périphérie des grandes villes, les magasins Centrakor sont implantés sur des surfaces de près de 1500 m2… mais peuvent même atteindre 4000 m2 comme à Janzé en Ille-et-Vilaine. « Avec un rythme constant de plusieurs dizaines de nouveaux magasins par an, explique la tête de réseau, l’enseigne se félicite du succès grandissant de son modèle de partenariat respectant l’indépendance de ses adhérents tout en leur apportant une vraie valeur ajoutée. » Centrakor propose une offre étendue de mobiliers, objets de décoration, arts de la table, ustensiles de cuisine et de salle de bain, jeux, cadeaux et articles saisonniers… à des prix « ulra-négociés« .

Un agrandissement de 900 à 1500 m2 pour la franchise de Cosne-Sur-Loire

Aujourd’hui, le réseau fête ses cinq ans et, symbole de son succès, annonce l’agrandissement de son magasin de Cosne-sur-Loire. Le magasin est dirigé par Patricia Maseo depuis la création de l’enseigne. Celui-ci passe de 900 m2 à 1500 m2 via un transfert à quelques mètres de l’implantation initiale, au nord de la ville, à la sortie de l’autoroute A77. Les travaux d’aménagement ont nécessité cinq semaines de chantier mais le magasin n’a fermé que deux jours pour le transfert proprement dit.

Pour la dirigeante de ce point de vente Centrakor, l’année de ce cinquième anniversaire est aussi celle de l’ouverture d’un nouveau magasin à Nevers fin novembre. « Avec l’agrandissement de Cosne-sur-Loire et l’ouverture à Nevers, c’est, selon un communiqué de la franchise de décoration, 3500 m2 cumulés et plusieurs dizaines de milliers de références qui seront proposés à une zone de chalandise de 175 000 personnes. Les deux magasins renforceront la présence de l’enseigne en Bourgogne. »

La franchise met en place un dispositif de communication ambitieux

A l’heure de son cinquième anniversaire, la franchise de décoration a également lancé cet automne une campagne de communication de grande ampleur. L’enseigne a souhaité s’assurer la meilleure visibilité possible en conjuguant de la publicité classique sur TF1 et M6 au parrainage de la très populaire série « Plus belle la vie » et d’émissions de décoration sur France Télévisions, TV5 Monde, Vicolta, Télé Maison et MontagneTV ; le tout complété par un jeu concours, pendant deux mois, offrant un rôle de figuration dans la série de France 3 !

http://www.centrakor.com/

ATLAS : La franchise de mobilier prévoit 15 ouvertures de magasins en 2012

Le 15/01/2012

La franchise de mobilier prévoit 15 ouvertures de magasins en 2012

Après le lancement réussi du concept 1500, lafranchise Atlas multiplie les projets en 2012, avec plusieurs ouvertures prévues aux niveaux national et international. Première enseigne de l’ameublement à avoir opté pour un développement en franchise en 1985, Atlas continue sa progression. Atlas se différencie grâce à une offre couvrant toutes les pièces de la maison et tous les styles, à des prix accessibles. Cette vaste gamme de produits répondant à chaque étape de la vie est la meilleure garantie « anticrise» pour les franchisés, puisqu’elle leur permet de rebondir sur les opportunités offertes par l’évolution des tendances et de la demande (ex. : boom des cuisines). Les 4 styles Atlas Ligne contemporaine, Design nature, Passion Authentique et Esprit d’ailleurs permettent de couvrir une large cible de clientèle.

Le succès du concept 1500 Atlas

D’une superficie de 1.500m², cette franchise meubles nouvelle génération permet de limiter l’investissement initial (à partir de 200.000€). Ouvert depuis le 1er décembre dernier, le premier magasin concept 1500 de l’enseigne Atlas est un vrai succès. Idéalement situé face au magasin Ikéa du retail park « maison +» d’Hénin Beaumont, il accueille les clients de la région sur une superficie de 1425m². Cette ouverture réussie en un temps record (2 mois et demi seulement) et l’accueil fait au magasin par les consommateurs, permettent à l’enseigne Atlas de placer le développement du concept 1500 parmi les priorités de sa stratégie 2012.

Des implantations sur tout le territoire et à l’international

Bien présente au niveau national avec 55 magasins franchisés, l’enseigne Atlas mise sur le concept 1500 pour accélérer son développement en métropole. Accessible à une cible plus large de candidats à la franchise, le concept 1500 devrait en effet permettre à certains contacts en attente, de concrétiser leur projet d’ouverture de magasin.
Au niveau national, l’enseigne étudie à ce jour 15 projets d’ouvertures (tous concepts confondus allant de 1.500m² à 6.000m²) dont 3 à horizon 2012 dans le Nord-Ouest, le Centre et le Sud-Ouest. Atlas a par ailleurs défini 70 zones sur lesquelles l’enseigne bénéficie d’une vraie légitimité et où elle n’est pas encore représentée. Ces zones comptent des villes comme Bordeaux, Toulouse, Toulon, Perpignan, Montpellier et Nîmes.
Dernier projet à l’étranger : l’ouverture en 2012 d’un magasin de 5.000m² sur la ville de Casablanca au Maroc.

Rejoindre une franchise meuble qui marche

Pour le nouveau concept 1500, l’investissement se situe à partir de 200 000 euros, l’apport personnel à 100 000 euros. Les droits d’entrée sont de 15 000 euros, la redevance d’exploitation de 0,5% du chiffre d’affaires TTC, la participation publicitaire de 2,9% du chiffre d’affaires TTC.Le réseau Atlas s’adresse aux cadres en reconversion (solo ou couples) ayant une expérience de lavie active et du management ainsi qu’aux commerces indépendants de l’ameublement, avec ou sans enseigne, et aux PME désireuses de diversifier leur offre.

La franchise Atlas fait partie, avec les enseignes Fly et Crozatier, du groupe Mobilier européen, leader du secteur de l’ameublement moyenne gamme.

MOBILIER DE FRANCE : Des nouveautés pour la franchise de meuble

9/10/11

La franchise de meubles Mobilier de France, créée ne 1925, est spécialiste de l’ameublement et de l’aménagement d’intérieur. La franchise d’ameublement, qui comptera 90 magasins en France fin 2011, poursuit son développement avec l’ouverture de 6 nouveaux points de vente. L’enseigne présente également le magasin d’Arras (62) au nouveau concept et le nouveau catalogue 2012.

De nouvelles ouvertures
La franchise d’ameublement poursuit son développement et a ouvert / ouvrira des magasins à Clermont Ferrand le 15 septembre, à Limoges le 6 octobre, Cebazat (63), à Gap début novembre, à Rodez le 15 octobre et à Arras le 5 août.

Un nouveau magasin au nouveau concept
La région Nord Pas de Calais (magasin d’Arras) s’enrichit d’une cinquième franchise de meubles d’une surface de 1000 m², dans un bâtiment neuf et contemporain, élevé sur 2 niveaux. Le magasin offre au rez-de-chaussée, sur 700 m², un assortiment composé de 15 séjours et 20 salons ainsi qu’un corner « Simmons Relaxation ». Au sous-sol, sur 300 m², sont présentés 13 literies, des banquettes et un espace Celio. Outre un cloisonnement aux couleurs variées et tendances, le magasin a bénéficié des évolutions du concept comme la suppression des allées au profit d’un parquet unique, moderne et résistant.

Le catalogue 2012 vient de paraître, du pratique au contemporain
« Le plus beau est à l’intérieur. Parce que votre intérieur ne ressemble à aucun autre. Il est le reflet de votre personnalité, de vos goûts, de vos envies, de vos choix… Du salon, en passant par la salle à manger, jusqu’à votre chambre, dressing inclus, votre intérieur raconte votre histoire. Votre style de vie est unique. Chez Mobilier de France, vous trouvez le style qui vous correspond, contemporain ou naturel, jusqu’aux accessoires qui donnent la touche finale à votre décoration toute personnelle. »

Conseil déco et aménagement sur mesure
A partir de plans ou simplement des dimensions d’une pièce, il est possible de visualiser son projet 3D en adaptant les configurations, les couleurs et les revêtements des meubles et de l’espace de vie avec un réalisme saisissant.

http://www.mobilierdefrance.com/

IKEA annonce la date d’ouverture de son nouveau magasin d’Ottawa

La nouvelle succursale d’Ottawa ouvrira ses portes le 7 décembre

OTTAWA, le 14 oct. 2011 /CNW/ – L’attente de la population d’Ottawa prendra bientôt fin : IKEA a annoncé aujourd’hui que le lancement tant espéré de son plus vaste magasin au Canada aura lieu le 7 décembre 2011. IKEA Ottawa, qui était auparavant le plus petit magasin de la chaîne, sera désormais le plus grand : sa superficie s’élève maintenant à 398 000 pieds carrés et deux fois plus de produits y seront proposés. De plus, les clients du nouveau magasin profiteront d’un stationnement deux fois plus grand, de caisses trois fois plus nombreuses et de trois salles de toilette familiales supplémentaires.

« Les employés du magasin IKEA d’Ottawa sont impatients d’accueillir leurs clients dans un magasin plus beau et plus spacieux », a déclaré Isabelle Auclair, directrice du magasin IKEA d’Ottawa. « Il ne reste que 55 jours avant l’ouverture, et l’enthousiasme est de plus en plus palpable. »

Le magasin IKEA d’Ottawa invite les résidants de la capitale fédérale et des environs à partager cet engouement et à visiter le plus grand magasin IKEA au Canada à l’occasion de l’ouverture officielle de l’établissement. Des activités de divertissement et des cadeaux sont au programme de la cérémonie d’ouverture officielle, qui commencera dès 8 h 20. Le maire de la ville, Jim Watson, et le conseiller municipal Rick Chiarelli seront présents.

Le nouveau magasin est situé dans un lieu facile d’accès, au centre commercial Pinecrest, à seulement quelques magasins de l’endroit où se situe la succursale actuelle. Celle-ci fermera ses portes le 4 décembre.

IKEA
IKEA, important détaillant de meubles et d’accessoires de maison, compte 321 magasins dans 38 pays partout dans le monde. Chaque année, 565 millions de personnes visitent les magasins IKEA. IKEA Canada regroupe 11 magasins fréquentés par plus de 21 millions de personnes annuellement. L’an dernier, le site Web IKEA.com a attiré 711 millions de visiteurs. Depuis sa fondation en 1943, IKEA a pour philosophie d’offrir un vaste éventail d’articles d’ameublement, esthétiques et fonctionnels, à de si bas prix que le plus grand nombre pourra les acheter. Pour obtenir plus de renseignements, veuillez consulter le site

www.ikea.ca

 

Un nouveau magasin Story en Indre-et-Loire

17/9/11

Story, le réseau de magasins de mobilier contemporain, a ouvert à la fin du mois de juillet un nouveau magasin en Indre-et-Loire, à Chambray-les-Tours.

Sur 980m², Annick et Guy FLAHAUT, les nouveaux franchisés, propose les différentes gammes de meubles du réseau, assistés par David LEROUX, responsable, et trois autres collaborateurs.

L’enseigne, qui se développe en franchise depuis 2004, compte près d’une vingtaine de points de vente dans toute la France. De nouvelles ouvertures devraient suivre à Niort, Bordeaux et Thonon-les-Bains.

http://www.story.fr/

But aimerait afficher sa nouvelle identité à Paris

La chaîne de magasins de meubles, qui fait face à la concurrence féroce de Conforama, a opéré une véritable révolution copernicienne. Elle aimerait maintenant prendre position dans la capitale.

La chaîne de magasins de meubles But poursuit un redressement qu’elle aimerait aujourd’hui parachever en prenant position à Paris. Et ce malgré la concurrence féroce que lui oppose Conforama, son rival historique. Pour l’exercice clos fin juillet, son président, Régis Schultz, a annoncé, mardi, des ventes TTC de 1,8 milliard d’euros, pour 213 magasins (143 intégrés et 63 franchisés), contre 1,5 milliard un an auparavant. Le chiffre d’affaires de l’entité économique But (l’activité des magasins intégrés plus les ventes aux franchisés) a, elle, baissé, à 1,05 milliard, contre 1,15 milliard. Mais l’enseigne a perdu 7 magasins franchisés repris par Conforama, qui a essayé de lui en prendre une quinzaine au total. Cette bataille féroce a donné lieu à des contentieux judiciaires.

Pour Régis Schultz, qui a dû investir une bonne part de ses 40 à 50 millions de cash flow afin de contrer les attaques de son concurrent, l’essentiel est de voir la part de marché de But retrouver en 2010, avec un taux de 10%, le niveau qu’elle avait en 2005, année ayant marqué le début de son déclin. Dans un marché estimé en hausse de 4% à fin juillet, l’objectif est d’atteindre les 10,3% fin 2011 et de consolider ainsi une position de numéro trois du secteur, derrière Ikea et Conforama.

Une offre renouvelée à 80%

Afin de parvenir à ce résultat, But a opéré une véritable révolution copernicienne. De chaîne de magasins ringards proposant des meubles de style pseudo-rustique, l’enseigne s’est transformée en un réseau proposant du design et des articles de décoration à petits prix. Au cours des trois dernières années, 120 points de vente ont été refaits et l’offre renouvelé à 80%. Le meuble représente 60% des ventes, avec une montée de la cuisine, et les produits blancs (électroménager), 22%. Progressivement, les petits articles de décoration (8 %), en libre-service, supplantent les produits techniques (10%), ancien vecteur de trafic aujourd’hui en chute libre.

Forte de cette remise à niveau , cette enseigne «de sous-préfecture», selon l’expression de son président, veut monter à Paris avec un concept de 1.500 m2 et un offre démultipliée par l’utilisation de bornes informatiques. Une façon d’afficher sa nouvelle image avant la vente que les propriétaires, le fonds Colony Capital et la banque Goldman Sachs, ne manqueront pas d’opérer à moyen terme.

PHILIPPE BERTRAND
 
http://www.but.fr/
 

LITERIELAND : Un nouveau point de vente de la franchise de literie s’implante à Toulouse Portet sur Garonne

 

La franchise équipement maison Literieland se définit comme le spécialiste du « Bien-Dormir ». De la création à la distribution de literie et accessoires, la franchise Literieland développe des magasins avec une large gamme : Les matelas et sommiers, les meublants, le linge de lit et les convertibles.
La franchise literie met l’accent sur la technicité de ses produits et diffusent des articles de grandes marques en exclusivité tout en pratiquant une politique de prix attractifs (entre 5 à 30% inférieurs à ceux du marché à qualité égale). La franchise Literileland est présente sur le marché depuis 30 ans et s’est développée en Franchise en 2007. Le réseau de franchise Literieland compte 29 magasins (8 en franchise). Elle vient d’ouvrir une succursale de 385 m2 à Portet-sur-Garonne dans la banlieue de Toulouse près du centre commercial qui abrite le plus grand hypermarché d’Europe (Carrefour) et draine une masse de clientèle très importante.

Literieland vise les 70 magasins à l’horizon 2015 et développe le multi-canal : franchise, location-gérance, succursale, rachat, cession de succursales à des franchisés (4 cette année).
Pour ouvrir une franchise Literieland : disposer d’une surface de vente de 300 m2 minimum et d’un apport personnel de 50 000 euros. L’investissement global se situe à environ 150 000 euros (hors pas de porte), les droits d’entrées sont de 18 000 euros, la redevance d’exploitation de 3% du CA ht et la redevance publicité de 1%.

http://www.literieland.fr/