Category Archives: Japon

Jessica Alba : Elle inaugure une boutique Tommy Hilfiger au Japon

Ce lundi 16 avril, Tommy Hilfigerinaugure sa nouvelle boutique à Tokyo, plus précisément sur la très prisée avenue Omotesandō. Et une star était présente pour célébrer la nouvelle : Jessica Alba !

Pour Tommy Hilfiger, Jessica Alba accepte de faire une pause dans son quotidien de maman comblée, et de partir à l’autre bout du monde pour inaugurer une nouvelle boutique. Ainsi, l’actrice et femme d’affaires était présente à Tokyo ce lundi pour l’inauguration d’un nouveau magasinTommy Hilfiger à Omotesandō, aussi surnommé « les Champs-Élysées de Tokyo ». Bref, une boutique de luxe dans un quartier de luxe. Et la marque n’est pas peu fière d’annoncer qu’elle ouvre là sa « plus grande boutique en Asie ».

« Depuis le lancement de la marque Tommy Hilfiger en 1985, le Japon est l’une de mes destinations de voyage favorites et une grande source d’inspiration personnelle. Omotesandō est l’endroit idéal pour nous — c’est une destination pour les consommateurs japonais et pour les voyageurs internationaux qui apprécient notre marque » a déclaré Tommy Hilfiger en personne. Le magasin s’étendra sur trois étages, et la façade est inspirée des travaux d’architecture de l’américain Frank Lloyd Wright. A la pointe de la technologie, cette boutique devrait convertir le plus réticent des japonais à Tommy Hilfiger !

Pour voir les images du front row du défilé femme de Tommy Hilfiger, c’est ici :http://www.news-de-stars.com/tommy-hilfiger/tommy-hilfiger-le-front-row-du-defile-femme_art63997.html

Une nouvelle grande boutique de prêt-à-porter vient alimenter l’offre tokyoïte

http://www.fastretailing.com/eng/group/gov/

Le 30 mars, la marque de prêt-à-porter abordable g.u. inaugurera une de ses boutiques phares dans le district tokyoïte de Ginza, un quartier où sont réunies les plus grandes marques de mode.

07 Février 2012

Le bâtiment de cinq étages offrira à l’enseigne 1.500 mètres carrés, actuellement occupés par la marque Uniqlo, qui fait également partie du groupe Fast Retailing. La nouvelle boutique proposera des articles de mode peu coûteux, ainsi qu’une ligne de vêtements pour enfants.

Alors qu’Uniqlo se spécialise dans les basiques et la simplicité, g.u. propose des produits plus tendance, mais également plus abordables. La marque a fortement gagné en notoriété en 2009 lors de la commercialisation de jeans à Y990 (€10.03). Elle avait alors du doubler la production des 500.000 pantalons initialement prévus.

Cette année-là, les ventes de ces jeans, pour hommes et pour femmes, ont représenté 25% des recettes de la marque et ont entraîné une augmentation de la vente d’autres produits en denim, comme les shorts et les minijupes.

La marque g.u. prévoit l’ouverture d’autres boutiques géantes au Japon afin d’atteindre son objectif de 200 inaugurations et de Y50 milliards (€506,5 millions) de recettes d’ici au 31 août 2013.

Des boutiques de ce type ont déjà vu le jour dans le district de Shinsaibashi à Osaka en 2010 et dans celui de Ikebukuro à Tokyo en 2011, ce qui a eu pour effet d’augmenter la renommée de la marque et d’attirer une clientèle plus large, en particulier chez les jeunes.

En ouvrant une boutique à Ginza — lieu de visite incontournable pour les touristes à Tokyo — la compagnie compte augmenter sa visibilité internationale et s’en servir comme d’un tremplin pour une implantation internationale.

Malgré la crise, les marques de prêt-à-porter ont su tirer leur épingle du jeu au Japon — en particulier celles qui ont joué la carte des prix abordables. Tout comme Uniqlo et sa politique de prix agressive, les marques américaines Abercrombie & Fitch, Forever 21 et Gap, le groupe suédois H&M et la chaîne espagnole Zara renforcent leur position au Japon.

http://www.gu-japan.com/

Les Galeries Lafayette vont revenir en Chine en ouvrant leur premier magasin à Beijing

Le groupe français Galeries Lafayette a annoncé la création d’un magasin dans la rue commerçante de Xidan à Beijing, ce qui signifie le retour des Galeries Lafayette sur le marché chinois après 14 ans.

« Si les Galeries Lafayette ont choisi ce moment pour retourner à Beijing, c’est parce que notre groupe d’exploitation s’est aperçu que pendant les 3 ans après l’organisation des Jeux Olympiques 2008 à Beijing, cette dernière est vite devenue la capitale de la consommation des produits de luxe la plus active de l’Asie-Pacifique. » a révélé le PDG du groupe français Galeries Lafayette.

La place Xidan, qui se situe dans la rue Xidanbei à Beijing et qui occupe une surface de 48 000 m2, a été louée fin l’année dernière par les Galeries Lafayette. Ces dernières ont annoncé qu’un magasin Galeries Lafayette sera ouvert en 2013 à Xidan et il deviendra le nouveau symbole du shopping de Beijing. En maintenant les caractéristiques françaises des Galeries Lafayette, le magasin « made in China » créé à Xidan tiendra compte du goût des Chinois, en proposant certaines nouvelles marques d’Europe, des Etats-Unis et des autres pays asiatiques.

De plus, les Galeries Lafayette ont montré de plus grandes ambitions. Le groupe a annoncé que d’ici 5 ans, 15 magasins Galeries Lafayette seront ouverts en Chine.

Le groupe Galeries Lafayette était entré sur le marché de Beijing en 1997. Cependant, à cause d’une mauvaise gestion, son magasin de Beijing a été fermé après mois d’un an. Depuis lors, les Galeries Lafayette n’étaient plus jamais entrés sur le marché asiatique.

Cette coentreprise établie avec I.T GL Holding, basé à Hong Kong, ouvrira son premier établissement en 2014. Les deux parties ont investi à parts égales, et l’investissement maximal de I.T atteindra HK$ 150 million ($19.35 millions) pour le premier magasin.

D’autres magasins seront ouverts dans d’autres villes chinoises dont Shanghai, Chengdu, Shenzhen et Macao, selon une annonce publiée par la bourse d’échange de Hong Kong.

Les Galeries Lafayette avaient déjà ouvert un magasin à Beijing dans les années 90 du dernier siècle, mais il avait été fermé à peine une année plus tard.

Selon les statistiques, Beijing est devenue la première ville de consommation de la Chine et la 6e ville du monde pour le commerce de détail. Les revenus des articles de consommation au détail ont atteint 530,99 milliards de yuans (environ 78 milliards de dollars US).

Le magasin des Galeries Lafayette jouit d’une réputation remarquable parmi les touristes chinois. Selon les agences de voyage, au moins 90% des touristes chinois venant en groupe en France font des achats aux Galeries Lafayette, dont 10% des revenus annuels viennent des touristes chinois.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

http://www.galerieslafayette.com/

Uniqlo ouvre un gigantesque magasin à Tokyo, affiche sa dimension mondiale

La populaire marque nippone de vêtements Uniqlo va inaugurer mi-mars un immense navire amiral à Tokyo, dans le quartier commercial de Ginza, lieu sans égal pour diffuser l’image d’une marque qui prétend jouer dans la cour des grands à l’échelle internationale.
« L’enseigne est née en province, à Yamaguchi (ouest). A l’étranger, nous occupons certes des emplacements dans les grandes artères de capitales, mais au Japon, nous avons beaucoup de magasins dans les centres commerciaux », a rappelé mardi le PDG et fondateur d’Uniqlo, Tadashi Yanai, lors d’une rencontre avec des journalistes.

« Uniqlo est devenue une marque mondiale, cela se sait hors du Japon, mais les Japonais, eux, n’en ont pas assez conscience. C’est pour cela qu’un très grand magasin, comme ceux que nous avons à New-York, Paris, Shanghai ou Londres, est nécessaire à Tokyo », a-t-il poursuivi.
Uniqlo compte à présent plus de 850 points de ventes de diverses tailles dans l’archipel, mais les petits magasins « de bord de route » sont nombreux et la marque conserve dans l’esprit des Nippons l’image d’une simple enseigne de vêtements bon marché, tandis que les étrangers saluent la dimension des boutiques, l’ampleur de l’offre, le rapport qualité/prix et le service « à la japonaise ».
Selon M. Yanai, le quartier de Ginza, au coeur de la capitale, est « un carrefour des profils et des nationalités », et en ce sens le lieu idéal d’implantation pour le prochain navire amiral de 5.000 mètres carrés répartis sur 12 étages.
De là sera, selon lui, « diffusée l’image actuelle d’Uniqlo non seulement à travers le Japon mais aussi vers le monde ».
Ce gigantesque Uniqlo emploiera 520 personnes, dont 100 étrangers parlant anglais, chinois, français ou encore coréen, et offrira un service de concierges.
A l’instar de l’espagnol Zara, de l’américain Gap ou du suédois Hennes & Mauritz (H&M), Uniqlo occupe déjà un emplacement à Ginza, mais il est divisé en deux espaces hommes/femmes séparés, sur une superficie très inférieure.
Grâce à son immensité, le nouveau temple présentera, selon son directeur Teruaki Matsumoto, toute la gamme Uniqlo, avec des rayons inédits, notamment pour les bébés, ainsi que les vêtements fruits de collaborations avec des créateurs de renom ou qui influencent les tendances.
Le magasin de Ginza, qui ouvrira au public le 16 mars, marquera une nouvelle étape pour Uniqlo dans sa montée en puissance planétaire entamée avec l’inauguration d’un premier temple à New York en 2006, poursuivie à Londres en 2007, Paris en 2009, Shanghai en 2010 ou encore Séoul en 2011.
L’enseigne se fixe pour but d’ouvrir quelque 200 à 300 grands points de vente par an dans le monde afin d’élever son chiffre d’affaires à 5.000 milliards de yens (50 milliards d’euros) en 2020, contre 937 milliards prévus pour l’exercice en cours.

http://www.uniqlo.com/fr/

Android Mannequin Shop Display – CScoutJapan

Image de prévisualisation YouTube

Les mannequins en plastique ornant les vitrines de magasins, c’est dépassé. A Tokyo, c’est un robot plus vrai que nature qui accueille les passants.

13 Février 2012 15h36

Germinoid est un tout nouveau type de robot. Conçu par Hiroshi Ishiguro, cette créature ressemble au plus banal des mannequins en plastique, sauf que… Le robot ne fait pas que présenter les vêtements et accessoires, il peut aussi interagir avec les passants.

Pour le moment, Germinoid ne bouge que la tête, mais reproduit malgré tout une soixantaine d’expressions. Il lui arrive même de bailler si on l’ennuie… Il est évident que d’autres modèles, plus élaborés, pourront un jour se mouvoir davantage.

Testé dans un magasin japonais, le robot a eu son petit succès. Les passants se sont arrêtés pour le contempler et « jouer » avec. Il faut dire qu’il ressemble à s’y méprendre à une jeune femme contemporaine, au top de la technologie avec son Smartphone. Plutôt sympa…

Un mannequin robot en vitrine

 

 

Menicon va racheter W.I. System, une importante chaîne de magasins de lentilles de contact au Japon

9/12/12
Menicon va racheter W.I. System, une importante chaîne de magasins de lentilles de contact au JaponMenicon Co., Ltd. a annoncé aujourd’hui un accord avec W.I. System Inc., qui fera de l’une des plus importantes chaînes de magasins de lentilles de contact au Japon une filiale à 100 % de Menicon le 8 décembre. Les conditions de l’acquisition n’ont pas été divulguées. Basée dans la région de Tokyo, W.I. System, dont le chiffre d’affaires brut annuel atteint les 130 millions de dollars, se classe à la quatrième place des ventes de lentilles de contact sur le marché japonais.

L’acquisition renforcera considérablement la présence de Menicon dans la grande distribution dans la région du grand Tokyo, la métropole la plus grande du monde, et fournira à la société davantage d’opportunités d’atteindre des consommateurs qui n’utilisent pas actuellement les produits Menicon. Les magasins W.I. System continueront à offrir un large éventail de lentilles de contact et de produits connexes Menicon et d’autres fabricants pour répondre aux besoins variés des porteurs de lentilles au Japon.

Menicon pense qu’en faisant tout son possible pour satisfaire sa nouvelle clientèle plus importante du fait de l’acquisition, l’expérience au final renforcera les capacités de la société et du secteur en matière de développement et de commercialisation de lentilles et de produits d’entretien qui répondent aux besoins variés du marché mondial plus vaste.

« W.I. System s’attache à offrir des expériences client hautement satisfaisantes aux consommateurs ayant besoin de corriger leur vision et qui se rendent dans l’un de ses nombreux magasins bien situés dans la région du grand Tokyo », a indiqué le président de W.I. System, Keizo Takahashi. « En tant que nouveau venu dans le groupe Menicon, nous nous réjouissons à l’idée d’étendre et de renforcer nos relations client sur le long terme. »

« J’ai de grandes espérances que cette intégration entre nos entreprises très connues va encourager plus de gens à faire l’expérience du bonheur de porter des lentilles de contact à la pointe du progrès et nous permettre de contribuer encore plus à la sécurité et au confort oculaires au Japon, et à terme dans des marchés du monde entier », a confié le président de Menicon, Hidenari Tanaka.

À propos de W.I. System

W.I. System exploite 68 magasins dans la région de Tokyo et un magasin franchisé sous le nom de Ace Contact ou Ekicon. Les magasins offrent principalement des lentilles de contact mais vendent aussi des lunettes, des aides auditives et des suppléments nutritionnels pour animaux de compagnie. Fondée en 1989, la société W.I. System a enregistré un chiffre d’affaires de 10,3 milliards de yens (130 millions de dollars) pour l’exercice clos en mai 2011.

À propos de Menicon

Sise à Nagoya, au Japon et présente dans plus de 40 pays, la société Menicon est un fabricant international de lentilles de contact qui intègre tout l’univers des lentilles, depuis la recherche sur les matériaux et la conception de lentilles jusqu’à la fabrication des lentilles et les solutions d’entretien. Menicon offre une gamme grandissante de lentilles, conditionnements et produits connexes innovants qui maximisent le confort pour les porteurs de lentilles et leur apportent une plus grande commodité. 2011 marque le 60e anniversaire de la fondation de Menicon. Pour en savoir plus, veuillez consulter le site : http://www.menicon.com

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Weber Shandwick

La maison Henri Le Roux a tout d’une joaillerie du chocolat – Landévant

lundi 21 novembre 2011


Yoran Plouzennec est caramélier chez Henri le Roux : « Ça rend gourmand ce métier ! Mais je l'étais déjà avant... »

 La maison existe depuis 1977. D’abord installée à Quiberon, elle a finalement recréé ses ateliers à Landévant, tout en gardant une boutique à Quiberon. Elle est aujourd’hui dirigée par Makoto Ishii et ne connaît pas la crise.

Patrimoine

Makoto Ishii nourrit son attachement à l’histoire de l’entreprise, créée en 1977 par Henri Le Roux, et cédée à un confiseur japonais en 2006. « Henri Le Roux est né à Pont-Labbé, explique Makoto Ishii, son père était pâtissier. Dans les années 70, le niveau du chocolat français n’était pas au niveau d’aujourd’hui. Henri Le Roux est parti en stage en Suisse. » Et à son retour, il se lance à Quiberon et devient caramélier et chocolatier.

Confiseur japonais

En 2006, la maison Henri Le Roux est reprise par un confiseur japonais. En 2007, un premier magasin est ouvert à Tokyo. « J’ai l’ambition d’amener la marque au niveau international, résume le gérant. En 2006, Henri Le Roux était connu à Quiberon pour le grand public et aussi très prisé des professionnels. » En ouvrant des magasins à Tokyo ainsi qu’à Paris en décembre prochain, la marque rêve d’une image plus rayonnante.

Caramel aux fruits frais

C’est le premier parfum qui séduit le nez et les papilles du visiteur dès que la porte du laboratoire est franchie. « Le mot caramélier n’existait pas lorsque M. Le Roux s’est lancé, c’est lui qui l’a déposé… » Les caramels Henri Le Roux ont des couleurs et des saveurs inédites, mêlées à des fruits frais.

Laboratoire artisanal

Une vingtaine de personnes travaillent en France pour Henri Le Roux, une trentaine au Japon. Depuis la première ouverture d’un magasin à Tokyo, trois autres ont vu le jour. « Nous ne voulons pas devenir un gros groupe, explique Makoto Ishii, notre laboratoire doit rester artisanal, nous voulons garder la maîtrise de chaque étape dans la fabrication. »

Thé vert et blé noir

Le mariage d’Henri Le Roux avec le Japon se lit jusque dans ses chocolats et ses caramels. « Nous proposons des mélanges intéressants : une ganache à l’infusion de thé vert à la menthe, ou encore une nouveauté à base de thé macha, de yuzu (un citron) et de chocolat… » Ou encore un praliné de blé noir.

Attaché à la Bretagne

Le marché japonais est déjà conquis ! « Il représente 20 % de notre chiffre d’affaires. » Pour autant pas question de déménager la production à l’Est. « Nous refusons de faire nos chocolats là-bas, l’un de nos points forts, c’est de fabriquer à Landévant, en France. » Un choix que les gourmands nippons payent. Le chocolat Henri Le Roux vaut 96 € le kilo en France, 300 € au japon « C’est un vrai produit de luxe là-bas. »

La maison Henri Le Roux organise des visites guidées de ses ateliers tous les mercredis, toute l’année sauf pendant le mois de décembre et tous les jours pendant les vacances scolaires. Tarif : 2 €, gratuit pour les enfants.

Delphine LANDAY.