Category Archives: France

« COURIR », ENSEIGNE DU GROUPE GO SPORT INAUGURE UN NOUVEAU CONCEPT DE MAGASIN DANS LE QUARTIER GROLÉE À LYON

Vitrine du nouveau magasin de la rue Grolée à Lyon

« Courir » qui a développé dans toute la France des magasins spécialisés axés sur le marché de la sneaker, en l’occurrence les chaussures de sport branchées et multi-usages, vient donc d’inaugurer un nouveau magasin baptisé « Wood » dans le quartier.

Avec déjà trois magasins à Lyon (Victor Hugo, Part Dieu et Confluence), l’enseignes’implante désormais en plein cœur du centre-ville sur 170 m2.

Mais cette fois, avec un concept différenciant.

Dirigé par Mélissa Aidli, ce nouveau magasin met en scène des vitrines digitales, ainsi qu’une zone « live » avec écran géant où l’on peut retrouver les derniers modèles tendance.

Dès l’entrée de la boutique, les clients peuvent découvrir ou redécouvrir les histoires des marques de sneakers et les modèles phares du moment.

Il affiche des matériaux bruts et même un miroir interactif permettant de se prendre en photo avec la dernière paire de baskets à la mode, avant de la partager sur les réseaux sociaux : ce magasin new look se veut très branché.

« Starifier la sneaker »…

Complètement redécoré avec des lambris rétro-éclairés couleur bois, le concept qui se veut premium a pour but, expliquent les responsables de l’enseigne de «  starifier la sneaker ».

Positionnée sur le créneau de la basket mode dédiée aux consommateurs jeunes et moins jeunes, l’enseigne qui vise la famille se devait de rafraîchir son image.

L’enseigne veut ainsi se poser en prescriptrice de nouvelles tendances dans le monde de la basket mode.

Avec ce magasin du quartier Grolée, c’est la quatrième boutique correspondant à ce concept « Wood » qui voit le jour en France, après les deux magasins parisiens (République et au Forum des Halles) et un magasin à Bordeaux.

Opération marketing ciblée pour l’ouverture à Lyon

Pour annoncer l’ouverture de ce nouveau magasin, l’enseigne a développé à Lyon un dispositif commercial conséquent, à travers un jeu de guérilla marketing, et notamment une soirée en partenariat avec « le Sucre ».

Les réseaux sociaux ont également été mis à contribution, avec la mise en ligne sur « You Tube », d’un épisode de… « Bail de Sneaker ».

« Courir », l’enseigne du groupe Go Sport dont le siège est basé à Sassenage en Isère, compte plus de deux cents magasins en France : elle est actuellement le leader de cette niche de marché.

Pour maintenir son leadership, elle est contrainte d’innover en permanence, d’où l’irruption de ce nouveau concept.

Go Sport a vu son chiffre d’affaires augmenter de 11 % en 2016, par rapport à 2015, à 930 millions d’euros : une croissance portée justement pour une bonne part par son enseigne Courir.

Reste à savoir si la greffe prendra à Lyon, comme à Paris…

source: http://www.lyon-entreprises.com/

http://www.courir.com/

UN NOUVEAU COMEX CHEZ FNAC DARTY

Un nouveau Comex chez Fnac Darty

Le nouveau groupe Fnac Darty remanie son comité exécutif, pour mener à bien son futur plan stratégique de développement.

Un Comex très masculin

Le groupe issu de la fusion entre le distributeur de biens culturels et de produits high-tech et celui de petit et gros électroménager a annoncé hier soir après clôture de la Bourse la refonte totale de son comité exécutif. Ce sont donc de nouvelles femmes et de nouveaux hommes qui vont désormais veiller aux destinées de Fnac Darty.

Ce changement d’ampleur se justifie, selon Enrique Martinez, directeur général de Fnac Darty, par la volonté de bénéficier des meilleures compétences pour mener à bien le nouveau plan stratégique, qui sera présenté le 5 décembre prochain.

Ce qui peut frapper tout d’abord, dans ce nouveau Comex, c’est la part de femmes qui le composent. À l’heure où les groupes se font de plus en plus les chantres de la parité et de l’égalité hommes-femmes, trois directrices seulement seront membres du comité exécutif. Il s’agit premièrement d’Élodie Perthuisot, qui occupera les fonctions de directrice commerciale. Elle sera en charge de l’ensemble des activités commerciales du groupe, en particulier de la définition des offres et de l’animation commerciale. La seconde femme est Frédérique Giavarini, et, comme souvent, elle sera en charge de la direction des ressources humaines. La troisième et dernière est Katia Hersard, directrice de France Billet, qui rapportera directement au directeur général du groupe, Enrique Martinez.

Des hommes de compétences

Les autres membres sont donc tous des hommes. Vincent Gufflet est ainsi nommé directeur des services, en charge de la définition de l’offre de services du groupe. Alexandre Viros occupera le poste de directeur Marketing et E-Commerce, avec la mission cruciale de développer les activités digitales du groupe, les pôles data, monétisation, fidélisation et le marketing digital.

Benoît Jaubert est le nouveau directeur Exploitation. Il s’occupera du réseau de magasins en franchise et intégrés, des activités BtoB et de la cuisine, et supervisera également les activités de Fnac Darty en Suisse et de BCC aux Pays-Bas.

Olivier Theulle sera directeur des opérations, couvrant les activités logistiques, livraison et SAV du groupe. Jean-Brieuc Le Tinier remplacera Matthieu Malige au poste de directeur financier et secrétaire général du groupe, et mettra au service du nouveau géant de la distribution spécialisée son expérience acquise chez Carrefour, Brico Dépôt et Korian. De son côté, Florian Ingen-Housz sera le nouveau directeur de la Stratégie et M&A, et assurera les fonctions de secrétaire du comité exécutif.

Les autres membres sont les directeurs des filiales internationales du groupe, qui vont piloter des aires géographiques : Marcos Ruao, directeur général de Fnac Espagne, qui coordonnera la zone ibérique, et Charles-Henri de Maleissye, directeur général Fnac Vanden Borre, qui supervisera la Belgique.

En revanche, le poste de directeur de la Communication et de l’Action culturelle est toujours à pourvoir, depuis le départ de Laurent Glépin.

https://www.fnac.com/

Résultat de recherche d'images pour "fnac"

L’enseigne Bastide Le Confort médical: un magasin de matériel médical ouvrira à la fin du mois

Résultat de recherche d'images pour "Bastide Le Confort médical magasin"

Thierry Delseries va ouvrir un magasin de vente et de location de matériel médical à l’enseigne Bastide Le Confort médical. Une activité complémentaire à celle, existante, de transport sanitaire.

Il n’y a pas que sur la route de Montauban où des activités commerciales s’installent. Au carrefour de l’avenue de Toulouse et de celle des Croates, un nouveau magasin s’apprête à ouvrir ses portes. Profitant de locaux récemment disponibles, Thierry Delseries et Sophie Freycinet ont décidé de donner une activité complémentaire à leur entreprise d’ambulances et de transport sanitaire en proposant la vente et la location de matériel médical aux particuliers et aux professionnels. «Nous avions le projet depuis plusieurs années. Il s’est concrétisé avec la libération des locaux attenants aux ambulances», explique Thierry Delseries, gérant de la nouvelle activité.

Ainsi, depuis un peu plus d’une semaine, l’enseigne Bastide voisine avec celle de Freycinet. Thierry Delseries a choisi de devenir franchisé de ce groupe en plein développement en 1977 par un Ruthénois, Guy Bastide. Aujourd’hui, plus d’une centaine de magasins s’affichent en France sous les couleurs de Bastide Le Confort médical», une société gardoise. Bastide, un nom qui parle aussi aux familiers de la voile, l’entreprise étant l’un des principaux partenaires du navigateur Kito de Pavant, qui s’apprête à prendre le départ, le 5 novembre, au Havre, de la 13e édition de la transat Jacques-Vabre.

«Le groupe cherchait à s’implanter sur Villefranche. Nous avions notre projet. Notre profil a plu aux responsables de l’entreprise. Cette franchise nous permettra d’être épaulés, de dispenser des conseils pertinents et de proposer de bons produits à des prix avantageux grâce à une importante centrale d’achats», explique Thierry Delseries.

Ce dernier a rénové le local libéré, aménageant une surface de vente de 130 m², complétée par des pièces techniques. Le nouveau magasin, pour lequel Thierry Delseries a recruté un vendeur, doit ouvrir d’ici la fin du mois.

source: http://www.ladepeche.fr/article/2017/10/11/2663129-magasin-materiel-medical-ouvrira-fin-mois.html

https://www.bastideleconfortmedical.com/

Résultat de recherche d'images pour "Bastide Le Confort médical magasin"

Résultat de recherche d'images pour "Bastide Le Confort médical logo"

Robert Clergerie dévoile son nouveau visage rue Saint-Honoré à Paris

Créée en 1981, la maison Robert Clergerie opère un lifting. Avec l’arrivée au printemps 2017 de Perry Oosting à sa présidence et de David Tourniaire-Beauciel à sa direction créative, la marque de chaussures de luxe a adopté un nouveau nom et remodelé son logo. Elle s’appelle désormais tout simplement Clergerie, éclipsant le prénom de son fondateur, avec l’ajout, dans une typographie plus petite et discrète, du mot Paris. Le logo se détache quant à lui en lettres noires épurées sur un fond blanc.

La nouvelle boutique de la rue Saint-Honoré à Paris – Clergerie

Cette image renouvelée de la maison passe également par une refonte de son site Internet et un nouveau concept de boutique, qui a été dévoilé à la veille de la Fashion Week parisienne, lors de l’ouverture du nouveau magasin porte-drapeau de la marque situé juste en face de chez Colette, au 326, rue Saint-Honoré.

Un design contemporain, jouant sur les contrastes de matières et de couleurs, a été choisi comme aménagement pour mettre en valeur les collections de Clergerie dans cette nouvelle boutique, dont une collection spéciale baptisée « 326 », mettant en avant une sneaker composée de matériaux différents et insolites.

Il s’agit de la deuxième boutique parisienne de la griffe, qui est déjà installée au 5 rue du Cherche-Midi, dans le 6ème arrondissement. Ce magasin sera d’ailleurs rénové pour adopter le même concept, comme l’ensemble du réseau composé de 15 boutiques en propre (France, Etats-Unis, Londres, Madrid, Genève, etc.), à compter de 2018.

 

En attendant, le chausseur s’apprête à inaugurer une nouvelle adresse sur la prestigieuse Madison Avenue à New York, qui se substituera à son autre magasin new-yorkais situé au 19 East 62nd Street. « Ces deux investissements dans des ouvertures majeures à Paris et à New York montrent notre engagement et notre confiance dans le développement de la maison Clergerie », souligne dans un communiqué Jean-Marc Loubier, PDG de First Heritage Brands, propriétaire de la marque.

Clergerie, qui met en avant son héritage made in France, notamment à travers ses ateliers situés depuis ses origines à Romans-sur-Isère, est en effet détenue depuis 2012 par la holding de la famille hongkongaise Fung, qui possède également Sonia Rykiel et le maroquinier Delvaux. Outre son réseau à l’enseigne, la griffe française est distribuée auprès de 300 clients wholesale à travers le monde.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

http://326.robertclergerie.com/

Résultat de recherche d'images pour "robert clergerie logo"

Résultat de recherche d'images pour "robert clergerie st honoré"

La franchise Tom&Co continue de grandir dans les Hauts de France

Coordonnées du nouveau magasin franchisé Tom& Co: Centre Commercial Auchan Rue des Verdiers 59 115 Leers

​Tom &Co : une franchise en plein développement

Le point de vente franchisé de Nicolas Heyte constitue le 21ème magasin à voir le jour en France car rappelons le Tom & Co est une enseigne d’origine belge. Dans le Nord de la France, le réseau possède désormais huit points de vente dont 5 unités en propre détenues en propre à Englos, Fâches Thumesnil, Douai, Petite Forêt, à proximité de Valenciennes, Bruay la Buissière et trois unités franchisées situées à Leers, Bergues et Hazebrouck.

Créée en 1991, l’enseigne Tom & Co regroupe actuellement plus de 150 magasins en Belgique, en France et au Luxembourg dont 95% sont développés en franchise.

source: Mélanie Kessous observatoiredelafranchise.fr

https://www.tomandco.fr/
Résultat de recherche d'images pour "tom & co logo"
Résultat de recherche d'images pour "tom & co magasin"

ASICS a inauguré son nouveau concept store

Résultat de recherche d'images pour "asics magasin flagship"Cette semaine, ASICS a inauguré son nouveau flagship store à Paris. Un concept de magasin qui fait vivre une véritable expérience aux visiteurs, qui peuvent désormais découvrir les deux marques ASICS et ASICS TIGER sous un même toit.

ASICS, le groupe japonais fondé en 1949 par Kiachiro Onitsuka, a inauguré cette semaine son troisième magasin parisien. Ouvert début juillet 2017 dans le cadre de son plan de développement Retail pour la région EMEA, il est le premier en France à regrouper les deux marques : ASICS, sa dimension performance, et ASICS TIGER, sa dimension lifestyle, sous un même toit.

Un concept inédit…

L’interaction digitale est une composante très importante de ce tout nouveau magasin. En effet, ce concept store est tourné vers l’innovation et la technologie (écrans digitaux interactifs, Motion ID, informations sur les produits dispensées d’une manière innovante). Il s’imprègne également de la philosophie de la marque « un esprit sain dans un corps sain » à travers les différentes activations sportives à venir au cœur de la boutique.

Une inauguration réussie…

Pour célébrer cette inauguration qui s’est déroulée jeudi, ASICS s’est associé à Open Minded. Des contenus exclusifs (vidéos, playlists musicales, animation japonaise…) et la présence de trois DJs parmi les plus en vogue du moment étaient au programme. Les Français Matou et AZF, ainsi que l’américain Terrence Parker, ont en effet offert une prestation live inédite. Pour le plus grand bonheur de toutes les personnes présentes à cette inauguration…

source: http://www.sportmag.fr/business/business-asics-a-inaugure-son-nouveau-concept-store/

http://www.asics.com/fr/fr-fr/

Résultat de recherche d'images pour "asics logo"

Résultat de recherche d'images pour "asics magasin"

L’EAU VIVE S’IMPLANTE À AUBIÈRE

Résultat de recherche d'images pour "eau-vive magasin"

La franchise L’EAU VIVE

Réseau de magasins BIO depuis 1979
Magasins de proximité commercialisant des produits d’origine BIO

Le réseau de magasins de proximité de produits d’origines BIO, L’Eau Vive, poursuit son expansion en France et inaugure une nouvelle implantation située à Aubière, dans la zone commerciale sud-ouest de Clermont-Ferrand.
Ce nouveau magasin est piloté par Raphaël Houdin, qui inaugure son deuxième point de vente et le 60ème pour le réseau.

Le point de vente profite d’une forte visibilité et d’un flux important. Il couvre une surface de 700m² de vente. On y trouve la gamme S4 de l’Eau Vive, un rayon de plus de 170 références, un test de vrac liquide, du fromage prédécoupé et un coin snacking.

Cet établissement se distingue par la qualité de son aménagement, son aération ainsi que la couleur choisie et la facilité de circulation. Il propose également plusieurs produits locaux.

L’entrepreneur opère désormais avec une équipe de 6 personnes.

source: http://www.pointfranchises.com/news-franchise-pointfranchises-482011-l-eau-vive-s-implante-a-aubiere.html

www.eau-vive.com

Image associée

Résultat de recherche d'images pour "eau-vive magasin"

Aéroport de Toulouse-Blagnac rénove sa zone duty-free

L’aéroport de Toulouse-Blagnac, actuellement en travaux, agrandit sa surface dans le but d’accueillir unenouvelle grande zone commerciale de produits détaxés.

Les passagers découvriront de nouvelles enseignes, de nouveaux magasins et restaurants, mais devront également changer quelques petites habitudes. Un nouveau duty-free, exploité par le concessionnaire suisse Dufry, verra le jour en avril 2018.  Cet espace  s’étendra sur une zone de 1 800 m2 avant l’embarquement. Il proposera toute la gamme traditionnelle de produits détaxés, mais également une zone destinée aux produits de l’Occitanie, comprenant un rayon d’épicerie fine, de vins mais aussi de parfums et de produits cosmétiques locaux. « C’est un beau projet que nous engageons avec Dufry. Le challenge est de donner une nouvelle dimension à l’offre commerciale pour nos passagers », a déclaré Jean-Michel Vernhes, président du directoire de l’aéroport de Toulouse-Blagnac.

Un nouveau bar de dégustation ouvrira dans le même temps et les amateurs d’Airbus pourront également en profiter avec un espace spécialement dédié à l’avionneur européenne (vente de produits dérivés, maquettes…). Au niveau des portes d’embarquement, sept boutiques verront le jour, toujours en avril 2018. Il s’agira principalement de magasins de mode, de souvenirs et de produits dérivés de la région (aéronautique, conquête spatiale…).

Des travaux concernant les halls d’embarquement vont également modifier les différents accès. A partir de 2018, la plupart des magasins existants autour des halls A, B et C fermeront et laisseront place à de nouvelles enseignes. L’aéroport compte installer entre autre de nouveaux restaurants. Le hall A sera lui agrandit avec une nouvelle jetée de 2500m2 qui accueillera, dès avril 2018 également, cinq nouvelles portes d’embarquement, réservées à des lignes low cost.

source: http://www.air-journal.fr/2017-09-30-aeroport-de-toulouse-blagnac-renove-sa-zone-duty-free-5188357.html

http://www.toulouse.aeroport.fr/passagers/boutiques-services/boutiques

Le Hall D bénéficiera d’une nouvelle surface commerciale traversante (©Cardete et Huet)

Les vieux halls de départs vont changer

La fermeture de la zone d’accès aux embarquements du Hall B marquera le début de la rénovation de cette ancienne partie de l’aéroport. À partir de mars 2018, la plupart des magasins existants autour des halls A, B et C (dont Spirit of Toulouse) n’existeront plus. Ils vont fermer pour laisser la place à de toutes nouvelles enseignes. L’aéroport projette d’installer dans cette partie un autre nouvelle surface commerciale, avec magasins et, surtout, de nouveaux restaurants. Ici aussi, une consultation est en cours pour choisir les restaurateurs lauréats. L’aéroport promet cependant « qu’il y aura du choix et des prix identiques aux restaurants du centre-ville ».
En plus de l’arrivée des commerces, les travaux se poursuivent aussi au niveau du Hall A. Ce hall s’agrandit avec une nouvelle jetée de 2500 m2 qui accueillera, dès avril 2018 également, cinq nouvelles portes d’embarquement, réservées à des lignes low cost.

 

 

 Comment les magasins se réinventent?

par Business / Avec la Marketplace

D’aucun se sont risqué à prédire la fin des magasins physiques. Mais c’était sans compter sur la formidable capacité de mutation d’enseignes qui ont su tirer profit de la toile et de leur imagination pour rester attractives.

Avec Internet et le e-commerce, les comportements d’achat des consommateurs ont profondément évolué au point que certains prédisaient la fin des magasins physiques. Mais c’était sans prévoir la formidable capacité de mutation d’enseignes qui ont su tirer profit de la toile et de leur imagination pour rester attractives. Retour sur quelques exemples marquants. Allier réel et virtuel et développer le web-to-store Ne pas opposer internet et les magasins « physiques » mais au contraire utiliser leurs complémentarités ; cette stratégie n’est pas nouvelle mais elle s’est enrichie au cours de ces dernières années. Pour certaines enseignes cela s’appelle le web-to-store, suivant l’idée que le client commence bien souvent ses recherches sur internet puis finalise ensuite ses achats en magasin. Récipiendaire du Janus du commerce 2015 pour son nouveau design magasin, la coopérative d’opticiens Optic 2000 s’est également attelée suivant cette logique à la valorisation de sa vitrine internet.  L’enseigne a fait de la proximité une de ses priorités. Premier réseau d’opticien en France, les 1200 points de vente répartis sur l’Hexagone permettent à presque 80% de la population française de mettre moins de quinze minutes pour aller de chez eux à un magasin de l’enseigne. « La vente sur Internet représente seulement 1% du marché de l’optique en France. Elle ne dépasse pas les 4% aux Etats-Unis où les magasins sont plus éloignés des domiciles. Or 85% des Français disposent d’un magasin Optic 2000 à moins de quinze minutes en voiture de chez eux », détaille ainsi Yves Guénin (1). En 2015, l’enseigne avait lancé une application mobile-to-store. En choisissant d’accueillir le digital dans son réseau physique, l’opticien a voulu concurrencer directement le e-commerce en favorisant la venue de clients en magasin « Grâce à une technologie […] permettant de géolocaliser les utilisateurs […], Optic 2000 ambitionne de « faire entrer les clients en magasin en les récompensant par des points fidélité, convertibles en cadeau ainsi que par des offres promotionnelles ciblées (2) ». Ces cadeaux offerts sans condition d’achat permettent, en plus de fidéliser leurs clients, « d’interagir avec [eux] pendant leur visite et de mesurer leur satisfaction en sortant du magasin » explique le Directeur Marketing chez Optic 2000. La stratégie web-to-store d’Optic 2000 ne s’arrête pas là. « Dans le secteur de l’optique, la complémentarité Internet/magasin est une évidence ». La pertinence d’une stratégie web-to-store se mesure, entre autres, à la fonctionnalité du site internet permettant d’attirer le potentiel client dans l’un des magasins de l’enseigne. L’Opticien préféré des Français (3) a mis en avant sur sa home page le « store locator » permettant géolocaliser la boutique la plus proche de soi. En plus d’une rapide présentation du magasin, il est possible de visualiser l’itinéraire pour s’y rendre aux heures d’ouverture indiquées. Réinventer le magasin « physique » pour en transformer l’utilité Le magasin « physique », dont on craignait que l’attractivité pâtisse de la concurrence du web, a tout au contraire saisit cette opportunité pour rebondir. Mais pour cela, il a fallu réfléchir à la plus-value réelle d’un magasin par rapport aux boutiques en ligne. Certains ont eu l’idée, comme Morgane Sézalory, de tout simplement réinventer le concept du magasin. Ce qui a fait le succès de la créatrice de la marque Sézane, c’est sa capacité à innover et à surprendre. Autodidacte, elle a commencé par créer sa ligne de prêt-à-porter exclusivement en vente sur internet. Après dix années sur la toile, elle eut l’idée en 2015 d’installer, dans le 2ème arrondissement de Paris, un « appartement », c’est-à-dire un magasin physique revisité façon Sézane. Ce showroom permet aux « modeuses parisiennes et shoppeuses fidèles à la griffe française (4) », de venir essayer les vêtements dans un lieu agréable. « Ce n’est pas une boutique, c’est plutôt une galerie. Nous voulons rester exclusivement digital, c’est le prolongement naturel de l’expérience web (5) » explique Morgane Sézalory. Car les achats réalisés, presque exclusivement à l’aide de tablettes disponibles sur place sont ensuite directement livrés chez les clientes. Ces dernières peuvent également profiter de ce lieu privilégié pour prendre leur temps sans acheter, recueillir les conseils des vendeurs, pour lire ou encore regarder un film. D’ailleurs, en partenariat avec les cinémas MK2, l’enseigne a imaginé une salle de cinéma où sont conviées les consommatrices les plus fidèles en exclusivité (6). Si cette formule plait aux habituées, le modèle économique de cette boutique tournée vers la relation client a aussi de nombreux avantages pratiques pour la marque : avec moins d’espace de stockage le chiffre d’affaires au mètre carré est, en comparaison des magasins « classiques », supérieur et les risques de rupture stock s’en trouvent limités. Mais le succès de Sézane repose surtout sur un constat partagé quant aux aspirations des consommateurs contemporains : une expérience-client différente, originale et si possible personnalisée.   Offrir une expérience ludique et sur-mesure grâce au magasin « physique ». « Notre enjeu est de faire en sorte que nos magasins ne soient plus simplement un lieu de vente, mais des lieux de communauté ». Les mots sont ceux de Thomas Dessallien, directeur digital de 123, appartenant au groupe Etam, mais le précepte est suivi à la lettre par le concept-store Nose.  Découvrir sa fragrance pour trouver le parfum idéal correspondant à notre caractère et notre peau, c’est tout simplement l’ambition de sept passionnés qui ont créé la parfumerie de niche Nose. « Il s’agit d’une véritable démarche artistique visant à piquer la curiosité olfactive qui sommeille en chacun de nous », explique Nicolas Cloutier, l’un des fondateurs (7) Il aura fallu trois ans de travail pour sentir et répertorier des flagrances du 18ème siècle à nos jours dans un programme informatique. Un algorithme a ensuite été imaginé pour prendre en compte plusieurs variables comme le sexe, l’âge, les parfums appréciés, le lieu d’habitation et définir ensuite ce qu’on appelle : « le profil olfactif ». Dans un magasin épuré sans publicité, un spécialiste vous proposera de réaliser gratuitement ce test à l’aide d’une tablette. Par la suite, cinq parfums correspondant aux résultats de l’étude seront proposés à chaque client, qui pourra les tester directement à la boutique ou, pour plus temps, chez lui grâce aux différents échantillons donnés. En cas de doutes, il est possible de réaliser un second bilan pour déterminer très précisément les fragrances les plus adaptées au profil de chaque client. Enfin, si le test est aussi réalisable sur internet, le charme est bien plus intense sur place. Le consommateur ne se déplace plus forcément pour acheter mais pour profiter d’un moment exclusif dans une « odeur de luxe ». Ce qui séduit dans ce concept, c’est le service et un produit « sur-mesure » et exclusif permettant aux clients de recevoir les conseils et les avis d’un expert. L’idée que chaque client est singulier et se verra proposer une fragrance quasi-unique, lui correspondant parfaitement, a tout pour convaincre des clients précisément en demande de produits uniques. Si le grand nez Mark Burxton n’a, pour l’instant, ouvert qu’une seule boutique, rue de Bachaumont dans le 2ème arrondissement de la capitale, il ne fait pas de doute que le concept a de l’avenir. En plus d’une certaine idée du luxe, il porte en lui les réponses aux attentes des consommateurs d’aujourd’hui : unicité, originalité, personnalisation et… plaisir.

(1) http://www.marketing-professionnel.fr/tribune-libre/phygital-retail-demain-futur-distribution-201606.html

(2) http://www.lsa-conso.fr/avec-step-in-optic-2000-poursuit-sa-digitalisation,218370

(3) http://www.corebusiness.fr/Comment-Optic-2000-est-devenu-l-opticien-prefere-des-Francais_a383.html

(4) http://www.aufeminin.com/news-style/sezane-l-appartement-revient-avec-des-nouveautes-s1811401.html

(5) http://www.lsa-conso.fr/photos/e-commerce-sezane-ouvre-son-appartement-a-paris-diaporama,222762/l-appartement-sezane.1

(6) http://www.paulette-magazine.com/fr/article/l%C2%B4appartement-sezane-s-agrandit-et-devoile-son-offre-take-away/6464

(7) https://www.parisbouge.com/mag/articles/nose-le-concept-store-qui-a-du-flair-927

source: www.relationclientmag.fr – « Expérience client : comment les magasins se réinventent »

ARCHEA OUVRE UN NOUVEAU MAGASIN À ALBI

franchise ARCHEA
Résultat de recherche d'images pour "ARCHEA"
ARCHEA Dressings, bibliothèques, rangements sur mesurePremier réseau Français sur le marché du rangement et de l’aménagement sur mesure auprès des particuliers depuis plus de 30 ans

Le spécialiste de l’aménagement intérieur sur mesure vient d’ouvrir un nouveau magasin dans le Tarn. Implanté à Albi, sur l’avenue Gambetta, ce point de vente Archea présente la particularité d’être situé au cœur d’une importante surface de vente, regroupant plusieurs enseignes. H&H, Coco Maison et EcoCuisine côtoient ainsi l’univers d’Archea. Les consommateurs découvrent ainsi une large offre de meubles, décoration, cuisines et solutions de rangement dans cet espace.

Le réseau Archea, qui propose à la fois des systèmes de séparation de pièces, des lits rabattables ou encore des claustras japonais, poursuit ainsi le déploiement de sa marque en France.

Pour en savoir plus sur cette enseigne, n’hésitez pas à vous rendre sur sa fiche personnalisée

Sandrine Cazan, Point Franchises ©

http://archea.fr/

Résultat de recherche d'images pour "ARCHEA ALBI"

La franchise Cafés Etienne ouvre un nouveau magasin à Lyon Confluence en mai 2017

le | Franchise restauration

Résultat de recherche d'images pour "Cafés Etienne"

Etienne annonce une seconde ouverture en franchise, qui interviendra après travaux, dès le moi de mai 2017. C’est à Lyon Confluence que le concept de coffeeshop à la française accueillera la clientèle à la recherche de saveurs rares et d’endroits cosy où prendre un bon café dans un cadre reposant.
A la tête de cette unité, on trouve Monsieur Jean Edouard Guillemard, qui a hâte de démarrer son activité. Celui-ci, âgé de 27 ans, a eu plusieurs expériences professionnelles comme manager à Disneyland Paris, puis Directeur Adjoint chez Pizza Del Arte. Son restaurant était situé juste en face du magasin Etienne de Lyon Carré de Soie, qu’il a rejoint avec comme objectif de devenir franchisé.

L’enseigne complète ainsi son maillage en région lyonnaise, après des expériences couronnées de succès suite aux inaugurations enregistrées dans les communes d’Avignon, de Béziers (centre commercial du Polygone), de Montpellier (centre commercial Grand Sud), de Laval (en centre ville pour la première fois), de Bayonne (centre ville) et Angers (Centre Ville). Sans oublier l’unité du Carré de Soie dont nous vous parlions plus haut, déjà dans la ville de Lyon, dont l’activité a débuté dès le mois de juillet 2014.

Concernant le point de vente qui nous occupe aujourd’hui, le bail a été signé le 8 févirer 2017 et les travaux sont prévus en deux temps : commencement le 6 mars prochain (pose de la dalle) puis gros oeuvre le 13 mars. La surface totale de ce Cafés Etienne est de 115 mètres carré plus une terrasse extérieure.

Cafés Etienne est à la recherche de candidats pour s’implanter partout en France, sélectionnant en priorité des personnes éprouvant une réelle attirance pour les articles nobles proches de l’univers du luxe, avec une première expérience dans ce domaine idéalement. Les franchisés ont une sensibilité commerçante, savent organiser leur planning et peuvent se lancer en solo ou bien en couple.

Coordonnées : 25 quai Antoine Riboud 69002 Lyon.

Rodolphe Hatchadourian

www.cafes-etienne.com

Résultat de recherche d'images pour "Cafés Etienne"

Résultat de recherche d'images pour "Cafés Etienne"

Fleuristes : et de 30 magasins pour CARREMENT FLEURS

Résultat de recherche d'images pour "carrément fleur"

C’est à Paris (75), dans le 20ème arrondissement, que l’enseigne Carrément Fleurs vient d’ouvrir un nouveau magasin, atteignant ainsi la barre symbolique des 30 points de ventedans son réseau.

Pour cette enseigne spécialisée dans la distribution de fleurs coupées et de compositions florales, ouvrir à Paris intra-muros est une première en franchise [Carrément Fleurs dispose également d’une succursale implantée dans le 4ème arrondissement NDLR]. A la tête de ce magasin, un nouveau franchisé : Julien Rabot.

L’enseigne Carrément Fleurs a été créée en 2006 et se développe aujourd’hui en franchise afin d’accélérer son développement. Le réseau compte à ce jour 30 boutiques en France et espère atteindre les 50 magasins d’ici 2018.

Résultat de recherche d'images pour "carrément fleur logo"

UN ACCOMPAGNEMENT COMPLET

Accompagnés pendant la recherche de financement et de local, formés six semaines dans le magasin pilote du groupe à Agen et assistés pendant toute la première semaine d’ouverture, les licenciés Carrément Fleurs disposent de nombreux outils d’accompagnement : un plan média important, un programme de fidélité très développé et un intranet leur permettant de piloter leur entreprise au quotidien, avec fiches techniques, statistiques communes, plan de communication. En outre, les redevances demandées, plus basses que la moyenne du marché, permettent aux licenciés Carrément Fleurs d’avoir « un retour sur investissement bien plus important », explique Bruno Pain, fondateur et gérant du réseau.


DES FRANCHISÉS IMPLIQUÉS

En plus d’être des commerçants, des managers et des gestionnaires, les candidats Carrément Fleurs devront « réellement s’investir dans leur entreprise », explique le fondateur. Ils devront également partager les valeurs de l’enseigne : ouverture d’esprit, partage et envie d’évoluer.


50 MAGASINS DANS 5 ANS

Le réseau, qui se développe en licence de marque depuis le 1er janvier 2012, compte actuellement sept magasins, et prévoit quatre ouvertures d’ici la fin de l’année. Huit projets sont déjà en cours pour 2013, et « l’objectif à 5 ans est d’atteindre les 50 magasins, et de devenir un challenger sur le marché », conclut Bruno Pain.

Créé en 2006, le réseau Carrément Fleurs repose sur un concept « best-cost », c’est-à-dire une gamme de produits très complète, des petits prix aux créations artisanales utilisant un véritable savoir-faire de fleuriste.

 http://carrementfleurs.com/
Afficher l'image d'origine

Intermarché : le magasin de Lentigny se réinvente

La franchise Intermarché, acteur incontournable de la grande distribution européenne, est présente avec 1 849 magasins en France.

L’enseigne qui bénéficie du soutien et avantages concurrentiels du puissant Groupement des Mousquetaires mise sur la modernisation de ses points de vente pour attirer et fidéliser les clients.

Tel a été le cas de l’Intermarché Lentigny (42) qui a bénéficié d’un agrandissement en plus de s’équiper d’une façade solaire. Une première pour un magasin dans l’hexagone.
Augmentation de la surface de vente

Réalisant 21,8 milliards d’euros de chiffre d’affaires hors carburant en 2015, la franchise Intermarché est l’un des leaders de la grande distribution. Une position que l’enseigne compte bien consolider à travers, entre autres, la modernisation de ses magasins.

Avec un agrandissement de 486 m² de la surface de vente etl’installation d’une façade solaire connectée et imprimée, c’est un nouveau magasin qui a été inauguré par Maxime SAVEREUX, PDG de l’Intermarché Lentigny (42). Inauguration à laquelle ont assisté Yves NICOLIN, député-maire de Roanne, Bernard SAINRAT, maire de Lentigny, Daniel FRECHET, maire de Commelle-Vernay et Florent MEES, PDG de l’Intermarché Saint-Chamond (42) représentant l’Union des Mousquetaires.
L’investissement de 1,9 millions d’euros a permis d’augmenter la surface de vente de 999 à 1485 m², d’installer une façade solaire connectée et imprimée, de doter le nouveau magasin d’un éclairage 100% LED et d’une station-service à l’éclairage autonome. A la clé, un meilleur confort d’achat pour les clients du magasin : élargissement des rayons, enrichissement de l’offre, mise en valeur des produits locaux et régionaux…

Une façade connectée

Conçue par WILEOS®, leader mondial en aérothermie solaire, la façade solaire permettra d’assurer 50 % des besoins en chauffage du magasin. Affichant de belles photos des environs de Lentigny à l’extérieure, l’installation communique aux clients, en temps réel, l’énergie produite et les kg de CO² économisés.
 

Et des emplois

La rénovation de l’Intermarché Lentigny s’accompagne de la création de 7 emplois dans les 6 prochains mois. Dans le détail, l’Intermarché Lentigny recrute 2 jeunes qui viennent de terminer leur contrat en alternance, embauche 2 nouveaux jeunes en alternance en BTS Management des Unités Commerciales ainsi que 2 à 3 personnes en CDD transformables en CDI.
www.intermarche.com

L’expérience en boutique, nouveau Graal des marques

Le salon thé-restaurant Twinings ouvert librairie WH Smith accueillera auteurs rencontres public.

Les thés Twinings et la librairie WH Smith d’un coté, Johnny Walker et Whisky Shop de l’autre : comment les britanniques font maison commune à Paris pour mieux accueillir leurs clients.

L’union fait la force. Le co branding aussi. Pratique courante dans l’habillement, l’association de deux marques, ou le plus souvent d’une enseigne et d’un créateur, permet de rafraîchir l’image et de rajeunir la clientèle. H&M le prouve : ses collaborations avec des signatures du style ont fait beaucoup pour la crédibilité mode du géant suédois, désireux de sortir du cadre étroit du low cost. Mais le cobranding sert aussi à améliorer « l’expérience » en boutique, ce nouveau Graal du commerce.

Depuis la généralisation de la vente en ligne, marques et enseignes cherchent à valoriser autrement leurs réseaux « brick & mortar ». Travailler ce côté « expérienciel » consiste à élargir le rôle du magasin physique, en faire un terrain d’expériences agréables, amusantes, voire uniques. Les marques espèrent ainsi mieux fidéliser des consommateurs volages. Et celles qui n’ont pas pignon sur rue y gagnent un contact direct avec ces derniers sans le filtre de la (grande) distribution.

Pour s’adresser différemment à leur clientèle, deux piliers de l’art de vivre britannique, la marque de thés Twinings et le whisky Johnny Walker, se sont associés à un partenaire. La première ouvre un salon de thé dans la librairie parisienne de WH Smith tandis que le numéro un mondial du whisky (groupe Diageo) a installé un « salon » de dégustation au Whisky Shop de la place de la Madeleine.

Jouer la complémentarité

Pour le consultant Philippe Jugé, spécialiste des spiritueux et conseil de Whisky Shop, ces opérations de cobranding nécessitent que les marques « aient des valeurs communes, faute de quoi il y a danger de détérioration de l’une par l’autre ». Risque écarté dans les deux cas. La première marque mondiale de whisky a commencé à déployer ses salons de dégustation, Johnny Walker Houses, dans les aéroports asiatiques (Chine, Inde, Singapour…). En Europe, le premier a ouvert à celui de Schipol aux Pays-Bas. A Paris, pour le dixième du genre, la marque fait une incursion hors duty free en élisant domicile dans la première implantation française de Whisky Shop, place de la Madeleine. Cette enseigne britannique, entièrement dédiée aux blends, pure et single malts, compte déjà 22 boutiques outre-Manche. De son côté, Twinings cherche à valoriser ses nouvelles sélections de thés premium, Origin et Discovery. Un compagnonnage que suffirait à justifier « le long héritage historique commun aux deux maisons dont la création remonte au XVIIIe siècle », explique Céline Dersoir, directrice de la célèbre librairie anglaise présente à Paris depuis 1903.

Faire de la boutique un média

Chez Smith, l’arrivée d’un nouveau salon de thé Twinings (l’enseigne avait le sien jusque dans les années 1990), correspond à la volonté de la librairie d’utiliser le lieu pour créer des évènements et apporter du contenu sous une autre forme que les livres et les magazines papier dont les ventes baissent fortement. « Lectures à voix haute, rencontres avec les auteurs autour d’un brunch ou conférences scientifiques, l’éventail est large. On peut aussi juste venir lire son livre devant la cheminée », indique Céline Dersoir, qui ne manque pas d’idées d’animations. Elle prévoit aussi des cours d’anglais pour adultes, chaque lundi soir.

Mieux que ne le ferait un caviste classique, Whisky Shop donne une visibilité maximale à la marque Johnny Walker. « On est dans la logique qui a poussé les maisons de luxe et parfumeurs à louer des vitrines entières et à ouvrir des corners dans les grands magasins », observe Philippe Jugé.

Cibler la clientèle internationale

Ces ouvertures de lieux localisés au centre de Paris tiennent aussi au rôle éminent de la capitale française dans le tourisme mondial. « Le quartier de la Madeleine a l’avantage d’être au coeur du Paris épicurien, tout en étant très proche des maisons de luxe du faubourg Saint-Honoré ou de l’avenue Montaigne, passage obligé des touristes », relève ainsi John Beard, cofondateur de Whisky Shop, manifestement pas trop inquiet de la chute de la présence étrangère depuis les attentats.

@vleboucq   – www.lesechos.fr
Le salon Johnny Walker House permet de découvrir toutes les facettes de la marque. - The Whisky Shop Paris

Le salon Johnny Walker House permet de découvrir toutes les facettes de la marque. – The Whisky Shop Paris

La première marque mondiale de Whisky ouvre son premier salon de dégustation hors duty free, place de la Madeleine, au coeur de Paris. - The Whisky Shop Paris

Quirze Salomó : ‘Nostrum vise les 400 unités à 5 ans’

Résultat de recherche d'images pour "nostrum"
source snaking.fr
En inaugurant sa première unité parisienne, 5e adresse française et 3e franchise de ce côté des Pyrénées, Nostrum dispose maintenant de sa vitrine dans la capitale. Une installation emblématique rue du Pont Neuf dans le quartier des Halles qui marque aussi la volonté du groupe espagnol et de sa marque positionnée sur le Home Meal Replacement, d’accélérer. Entrée en bourse en 2014, la chaîne de restauration/retail économique qui comptait à fin 2015, 129 unités pour 23 M€ de CA a de grandes ambitions en Europe. Quirze Salomó, son PDG-fondateur détaille à Snacking.fr un plan de développement ambitieux qui vise 400 Nostrum à horizon 5 ans.

Comment est né Nostrum ?

Nostrum est une marque que j’ai créée avec mon père en 1998 d’abord à Barcelone puis nous l’avons diffusée partout en Espagne et comptons aujourd’hui près de 129 unités. Notre idée d’origine était simple et plutôt avant-gardiste : étant donné que les gens cuisinaient de moins en moins en dehors d’occasions plaisir, il fallait leur proposer des solutions repas économiques sur la base d’une cuisine familiale et simple. Tous nos plats sont fabriqués quotidiennement dans notre usine de 5000 m², agrandie en 2015, située à 50 kms de Barcelone à San Viçenç de Castellet. Nos recettes sont conçues par trois chefs de différentes écoles de cuisines  catalanes, françaises et italiennes sur la base d’un cahier des charges précis sans conservateur ni additif. Elles sont livrées chaque jour dans nos magasins selon des prévisions de vente et présentées dans des vitrines en libre-service à des tarifs très bon marché à 1€, 2€ ou 3€ pour tous nos clients fidèles qui ont la carte Fan’s Club. Un double affichage des prix permet d’ailleurs de comparer. Avec Nostrum, nous avons voulu faire la démonstration qu’il existait une alternative aux marques américaines pour manger rapidement mais sainement autour d’une offre très variée, paneuropéenne et dans laquelle chaque pays se retrouve. Notre panoplie de produits est d’ailleurs large depuis des salades, à une grande variété de plats, des croquettes, des sandwichs, des desserts, des crèmes glacées ou encore une offre boissons chaudes soignées à consommer sur place ou à emporter.

Quel est votre plan de développement ?

En dehors de l’Espagne où nous connaissons un développement rapide, nos ambitions sont aujourd’hui tournées vers l’Europe en général et la France en particulier où nous avons lancé depuis 2014, plusieurs pilotes en propre à Avignon et Montpellier et en franchise à Aix-en-Provence, Nice-Sophia-Antipolis et depuis le 6 octobre, à Paris, rue du Pont Neuf qui connaît un très beau démarrage. Ces différentes antennes nous ont démontré que les Français appréciaient notre concept positionné QSR (Quick Service Restauration) qui apporte une alternative saine à la restauration rapide d’aujourd’hui. Notre ambition à 4 ans, est de compter 400 établissements dont 250 en France. L’Hexagone a été découpé en 5 zones dont chacune sera portée par un master-franchisé régional qui a des objectifs d’une cinquantaine d’ouvertures d’ici 2020. La région Paris-Ile-de-France est aujourd’hui aux mains de Ahamad Azimi, le grand Ouest sous la responsabilité de  Soizic et Lionel  Bras qui ouvriront leur première antenne au premier semestre 2017 à Bordeaux et nous sommes en discussion avancée pour l’Est, le Nord et le Sud-Est.

Le modèle a-t-il évolué avec cette ouverture parisienne ?

Nous dupliquons notre modèle tel qu’il a fait ses preuves et l’adaptons à chaque fois selon la géographie du lieu. Conçu de manière modulaire, il se coule dans des surfaces qui vont de 75 m² jusqu’à 400 m² avec zone enfants ce qui correspond à notre tout nouveau projet de bâtiment solo. Les premiers exemplaires sont programmés au 2esemestre 2017 en Espagne et/ou en France pour des zones d’activité commerciale de périphérie. Pour autant, quelle que soit l’implantation, vous aurez toujours le cœur de l’offre Nostrum autour d’une vitrine en grab and go dans laquelle sont présentés nos produits, puis ensuite selon la place, un bar à « croquettes », un module paëlla, un Nostrum café, un module glaces ou encore une mini kitchen comme c’est le cas à Paris. En effet, les clients qui souhaitent déjeuner ou dîner sur place, peuvent transférer les produits dans une vaisselle en porcelaine mise à leur disposition dans un espace « cuisine » avec micro-ondes.

D’autres projet pour l’enseigne ?

Notre projet d’expansion s’accompagnera à chaque fois de la construction de laboratoires relais de fabrication pour les produits fragiles et ultrafrais en France comme à l’étranger alors que la plupart de nos références proviendront directement de notre usine barcelonaise. Nostrum qui a beaucoup parié sur le digital a lancé cette année à Barcelone et à Madrid, la livraison avec 3 offres de service : Nostrum Go, un service de livraison en 20 mn qui pourrait arriver prochainement en France, Nostrum Go Community pour les commandes groupées ou encore Nostrum Family pour le portage à domicile. Notre enseigne veut être une marque moderne inscrite dans son temps et même en avance sur son temps.

La nouvelle unité Nostrum parisienne tout en images

Nostrum Pont Neuf Quirze Salomo

https://www.nostrum.eu/

Résultat de recherche d'images pour "nostrum"

Centrakor ouvre quatre nouveaux magasins

20.05.2014

Centrakor ouvre quatre nouveaux magasins

Mai 2014 s’annonce riche en nouveautés chez Centrakor. Le spécialiste des articles tendances à petit prix pour la maison a annoncé l’inauguration de quatre nouveaux points de vente en France. Ces derniers seront répartis comme suit : deux dans la région Rhône-Alpes et deux autres en Aquitaine et Midi-Pyrénées.

Ce n’est pas la première fois que l’enseigne fait ce genre d’annonces (souvenez-vous de cet article).Centrakor semble vouloir renforcer encore sa stratégie d’expansion sur le territoire national afin d’augmenter son activité et de proposer ses produits déco à un maximum de clients.

Le premier magasin en Rhône-Alpes a d’ores et déjà ouvert ses portes début mai 2014 (département de l’Isère). Tenu par son nouveau propriétaire François Giband, il se trouve dans la zone d’activité commerciale de la Maladière.

Le second point de vente de la région sera inauguré, quant à lui, le mercredi 21 mai prochain. Doté d’une grande surface commerciale de 1 300m², il est situé tout près de l’hôpital de Fleyriat (Viriat, près de Bourg-en-Bresse, dans le département de l’Ain).

Concernant le troisième magasin de notre liste, il est situé au Passage d’Agen dans le Lot-et-Garonne. L’ouverture a eu lieu le lundi 12 mai dernier. Le point de vente s’étend sur plus de 800m² et il se trouve non loin de l’Intermarché de la zone.

Enfin, le dernier nouveau magasin se trouve à Prayssac, une belle ville localisée à une trentaine de kilomètres de Cahors. Sa superficie est de 950m² et il est situé sur la place de l’Ancien Champion.

Bref, une fois encore, Centrakor semble vouloir démocratiser l’accès aux produits déco discounts à travers sa stratégie d’expansion géographique. Pour des précisions supplémentaires sur les nouveaux points de vente du groupe, contactez Centrakor.

PAR SÉBASTIEN BAUDOUIN
http://www.centrakor.com/

Tati ouvre son nouveau concept de magasin à Saint-Etienne

L’enseigne Tati, proposant la mode, mais également tout l’univers de la beauté, de la maison et du mariage, a ouvert son nouveau concept de magasin le 14 mai dernier à Saint-Etienne / Monthieu.

Grâce à un parcours shopping, sur plus de 1 350 m2, axé sur le plaisir et le confort d’achat, le grand magasin Tati de Saint-Etienne, propose à sa clientèle les espaces mode, homme, femme et enfant, chaussures, lingerie, beauté, droguerie, hygiène et maison. Ce nouveau concept de magasin développé par la marque depuis près de 2 ans est à l’image du renouveau de l’enseigne qui ne s’engage plus uniquement et exclusivement sur les prix bas, mais également sur une offre alliant « l’envie et la qualité ». Grâce une offre entièrement revisitée et créée par le bureau de style de la marque, ce sont aujourd’hui 200 nouveautés, dessinées à 70 % en interne, qui arrivent chaque semaine dans les magasins de l’enseigne. 

Yannick Longearet, est le nouveau directeur du nouveau magasin Tati Saint-Etienne. Ce magasin de périphérie, visible dès la rocade qui entre dans Saint-Etienne, en face du centre commercial Géant Casino, est le 60e magasin ouvert par Tati aux couleurs du nouveau concept. 20 rénovations et ouvertures sont prévues en France en 2014 ainsi qu’un développement à l’international avec 6 nouvelles ouvertures prévues dès le mois de septembre au Moyen-Orient, notamment à Dubai, Bahreïn et Abu Dhabi.

www.tati.fr

INTERMARCHÉ OUVRE UN NOUVEAU MAGASIN DANS LE VAL D’OISE

 

L’enseigne Intermarché renforce sa présence en région parisienne avec l’ouverture d’un Intermarché Contact à Saint-Gratien, dans le Val d’Oise.

Maurice et Rebecca Benabou, anciens franchisés Franprix, ont inauguré ce lundi 2 juin leur supermarché rue Sœur Angèle pour proposer plus de 12.000 références sur 650 m². Offrant de larges horaires d’ouverture, le point de vente devrait également développer un service drive pour permettre aux clients de récupérer les courses faites en ligne.

Le supermarché de Saint-Gratien répond à des exigences urbaines, en particulier en termesde prix, de variété de l’offre (snacking, produits bio et diététiques, etc.)  et des services, et de développement durable (meubles froids, éclairage à LED…)

Enseigne du Groupement des Mousquetaires, Intermarché regroupe plus de 1800 magasins.

Laurence Theodore Jacquin, Toute la Franchise ©

www.intermarche.com

Mulhouse – H&M : un nouveau paquebot pour le centre-ville

source:www.lalsace.fr

Le nouveau magasin H&M de Mulhouse, qui s’étend désormais sur 2300 m² et propose un espace dédié à la maison et à la déco, a été inauguré hier matin. Et, forcément, il y avait foule !

Dans une société où la consommation constitue une valeur cardinale, l’ouverture d’un nouveau magasin en centre-ville devient, forcément, un événement à ne pas louper. Hier matin, pour l’inauguration du nouveau H&M, rue du Sauvage, à Mulhouse, il y avait donc du monde.

Sabrina, look de « fashion victim », a fait le pied de grue dès potron-minet devant les portes du commerce. « Je suis originaire de Paris et là-bas, les ouvertures de commerces sont toujours des événements. Il y a même des gens qui dorment toute la nuit devant la porte des magasins. » Trop dingue !

Arrivée devant le 39 rue du Sauvage vers 7 h du matin, la jeune femme s’est retrouvée toute seule, l’ouverture des portes n’étant prévue qu’à 11 h. Mulhouse n’est tout de même pas Paris.

Prête à bondir à l’intérieur du magasin, elle était bien décidée à dépenser quelques euros. « D’ailleurs, j’ai déjà fait du repérage sur le site internet de la marque. » La jeune femme est d’autant plus ravie de l’ouverture du nouveau magasin à Mulhouse que l’ancien était trop petit à son goût. « Du coup, j’allais faire mes courses au H & M de Bâle et de Fribourg… »

Dans la file d’attente, hier matin, il y avait aussi Sabrina, Priscilla et Stéphanie, arrivées à 9 h 30. « Nous voulions découvrir en avant-première les produits pour la maison. Et aussi voir les vêtements pour les femmes enceintes. » Ou encore Morgane, de Sausheim, qui s’est levée un peu plus tôt que d’habitude parce que sa maman avait lu dans L’Alsace que les cent premiers clients recevraient un bon d’achat de 20 euros.

L’ancien Monop’

Passées les portes du commerce, à 11 h tapantes, les clients ont eu droit à une haie d’honneur et à des applaudissements de la part du personnel de H&M. Le magasin, dirigé par Jeff Scherrer, compte quarante salariés, dont quatorze ont été embauchés récemment. Il s’étend désormais sur 2300 m² (contre 1500 m² auparavant, au 55 rue du Sauvage), répartis sur deux étages. Justement, certains habitués du commerce au centre-ville de Mulhouse ont sans doute ressenti un petit pincement au cœur en retrouvant les locaux de l’ancien Monoprix, avec son escalier roulant, toujours à sa place.

Outre l’augmentation très sensible en superficie, la grande nouveauté de ce magasin, c’est donc l’espace H&M home (maison). « Les différents concepts sont présentés en shop-in-shop » , décrit, de manière pour le moins absconse, le communiqué de presse édité pour l’ouverture. En clair, on retrouve, dans cet espace de 345 m², du linge de lit, des coussins, des rideaux, des plaids, des draps de bains ou des serviettes…

À noter que cet espace « home » est le deuxième de France après celui du magasin de Paris Tolbiac, qui a ouvert avant-hier. Mais c’est le premier en superficie. Comme quoi, Mulhouse peut parfois faire plus fort que Paris ! source: Édouard Cousin

www.hm.com

Optique : un nouveau magasin GENERALE D’OPTIQUE en Ille-et-Vilaine (35)

http://www.lesechosdelafranchise.com

2/6/14

GrandVision France poursuit le développement de son réseau Générale d’Optique et a ouvert le 28 mai dernier un nouveau magasin franchisé à Bain de Bretagne (35), en Ille-et-Vilaine.
D’une surface de 150 m², la nouvelle unité est située en zone commerciale.

Le réseau Générale d’Optique comprend 318 succursales (1 900 salariés), et185 franchises. L’enseigne ouvre 50 nouveaux magasins chaque année.

Générale d’Optique est avec Grand Optical, une des deux enseignes du réseau GrandVision. Regroupant 4 900 magasins implantés dans 40 pays, il s’agit du numéro 2 mondial sur le marché de l’optique.

www.generaleoptique.com

Les boutiques d’antan

Toulouse Restaurant Le Petit Hôtel Lucullus tirage repro an Toulouse Vêtements Tissu Au Bonheur du Peuple ancien commerce Bar Café Salon Thé Restaurant Sam's ancien commerce Toulouse Café Restaurant Hôtel Charles ancien commerce Toulouse Chaussure Cordonnerie tirage repro an. 1920 ancien commerce Toulouse épicerie alimentation L'Epargne 1928 Anciens Commerces Vin maréchalerie scène de rue - repro photo deb. XXe commerce Biscuiterie Nantaise BN Nantes Petit Beurre commerce de Toulouse Café bistro Bar Aimé commerce Toulouse Café Bar Hôtel Restaurant Charles commerce Toulouse Charcuterie Boucherie Bourgeois commerce Toulouse Chaussures Cordonnier Denjean commerce Toulouse Coiffeur Barbier Parfum Beauté commerce Toulouse Collection Carte Timbre Philatélie repro an.1920 commerce Toulouse Cordonnier Ressemelage Chaussure commerce Toulouse Dentelles Tulles Rideaux J.Chausson commerce Toulouse Épicerie Alimentaire Viande tirage repro an. 1920 commerce Toulouse Épicerie Alimentation Fromagerie commerce Toulouse Magasin Chapeau Chapellerie commerce Toulouse Mercerie Tissus Couture commerce Toulouse Pâtisserie Confiserie Maison Viol commerce Toulouse Restaurant Hôtel Central tirage repro an. 1920 Défilé Char publicité meubles & vin aliment repro- deb. XXe s ommerce Toulouse Épicerie Buvette Charcuterie tirage repro 1928 Toulouse Horlogerie Montre Bijouterie Jalcou Toulouse Librairie Marouet La Petite Gironde tirage

Coopérative alimentaire: Le chiffre d’affaires de BIOCOOP en progression de 8,2 % en 2013


24.02.2014, Information communiquée par l’enseigne

Dans un contexte de défiance des consommateurs à l’égard des marques alimentaires, Biocoop, réseau de magasins bio et équitables, annonce une progression de son chiffre d’affaires de 8,2 % en 2013. Il passe de 535 millions d’euros en 2012 à 580 millions en 2013. 25 ouvertures supplémentaires et essaimages ont été enregistrés la même année.

Biocoop comptait 345 magasins en France au 31 décembre 2013. Le chiffre d’affaires moyen par magasin s’élève à 1,68 millions d’euros. En 2014, le réseau prévoit l’ouverture de 22 nouveaux magasins.

www.biocoop.fr/‎

Nouveau record de défaillances d’entreprises en 2013

Source : Reuters 12/02/2014

Les défaillances d’entreprises ont atteint un record l’an passé en France et leur nombre devrait se stabiliser à un niveau élevé en 2014 faute d’une croissance suffisante de l’activité économique, estime la Coface .

Un total de 63.452 entreprises ont donné lieu à un redressement ou une liquidation judiciaires en 2013, soit 5,3% de plus qu’en 2012 et 0,4% de plus que le précédent record touché en 2009, au plus fort de la crise, selon les chiffres publiés mercredi par l’assureur crédit.

Il note toutefois que le taux des défaillances est resté stable (0,8%) par rapport aux années d’avant-crise grâce à un stock d’entreprises qui continue de croître.

La Coface ajoute que le quatrième trimestre a connu une légère accalmie après un printemps et un été meurtriers.

Les entreprises de petite taille ont particulièrement souffert l’an passé avec des hausses de 5,2% pour les micro-entreprises, de 5,8% pour les TPE et de 8,2% pour les PME. Les défaillances ont revanche diminué de 4,9% pour les entreprises de taille intermédiaire (ETI), qui avaient connu une année 2012 particulièrement rude.

Le coût financier associé aux défaillances, à savoir l’encours des dettes fournisseurs des entreprises touchées, a augmenté de 10,4% à 4,82 milliards d’euros, une hausse qui tient en partie aux difficultés de deux grandes entreprises, le transporteur Mory-Ducros et le fabricant d’électroménager FagorBrandt.

Leur coût social a de même progressé de 6,3% avec 211.716 emplois menacés, un total proche de celui de 2009 (213.665)

Les secteurs exposés à la consommation ont connu une année 2013 difficile : +9,7% pour les défaillances dans la distribution, plus particulièrement la distribution spécialisée (librairies, meubles, jouets, fleuristes), +9,2% pour l’électronique-informatique-télécommunications et +6,1% pour les services aux particuliers, dont la restauration.

La chimie s’est distinguée avec un recul de 5,7% entre 2012 et 2013, qui a été plus prononcé encore (-5,7%) pour le sous-secteur pharmacie.

L’année 2014 a bien commencé, avec un nombre de défaillances sur 12 mois qui revient à 62.990 à fin janvier.

Mais la faible hausse du PIB attendue cette année fait qu’un recul marqué est improbable. Les économistes de la Coface estiment ainsi qu’une croissance annuelle de 1,6% est nécessaire pour stabiliser les défaillances, alors qu’ils l’anticipent pour leur part à tout juste 0,6% (contre 0,9% prévu par le gouvernement).

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

© 2014 Reuters – Tous droits de reproduction réservés par Reuters.

Beaumanoir ouvre son plus gros multistore

Le groupe de prêt à porter Beaumanoir vient d’ouvrir à Dinan son plus gros multistores au monde. Ce nouveau concept de  magasin a une surface de 1600 m2, et met en avant toute l’experience client et l’innovation marketing du groupe. Pour le président du groupe, Roland Beaumanoir, le magasin de Dinan a ainsi été conçu pour être un véritable laboratoire au service des innovations. Ce point de vente est équipé de technologies inédites, d’écran digital à la RFid pour facilité

www.groupe-beaumanoir.com/

Franchise Prêt-à-porter. Focus sur le groupe Beaumanoir
Publié le 04.09.2013
Rencontre avec Jean-Louis Mochamps, Directeur développement Europe Moyen Orient des enseignes du groupe Beaumanoir

Entré au sein du groupe breton en septembre 2008, Jean-Louis Mochamps pilote aujourd’hui le développement de toutes les marques du groupe Beaumanoir (Cache Cache, Patrice Bréal, Scottage, Bonobo, Morgan et Multistore) en Europe mais aussi au Moyen-Orient. Lors de notre déplacement à Saint-Malo dans les locaux du siège social du groupe, ce spécialiste de la franchise et de la commission-affiliation nous a livré son analyse de l’évolution du marché du prêt-à-porter et dévoilé les challenges qui attendent le groupe breton dans les années à venir. Entretien.« La majorité des adhérents du groupe Beaumanoir sont des commerçants d’origine »
Samuel Burner : Si vous deviez définir une identité commune à toutes les enseignes, quelle serait-elle ? Quelle est, selon vous, la force du groupe Beaumanoir dans un univers aussi concurrentiel ? Quel est l’état du parc du groupe Beaumanoir à ce jour ?

Jean-Louis Mochamps : Au départ, nos marques ont un code génétique commun : le prêt-à-porter populaire. Il s’agit d’offrir des gammes accessibles en termes de prix à chaque fois avec un style original et un positionnement bien défini : les jeunes urbains chez Bonobo, pour la femme de 40 à 60 ans chez Patrice Bréal ou la passionnée de mode chez Morgan. Cache Cache est la marque historique du groupe Beaumanoir. Elle a été lancée en 1985 et s’adresse aux femmes, de 20 à 40 ans.

 

Fin juin 2013, le groupe comptait plus de 2600 points de vente dans le monde, dont 1700 en Europe. La France reste le pays où le groupe est le plus représenté avec près de 1 400 magasins (toutes marques confondues). Dans la zone que je pilote à l’international, le groupe est présent avec 300 magasins principalement implantées en Espagne, en Italie, en Suisse, en Belgique et aussi en Arabie Saoudite. A noter que le groupe dispose également de plus de 750 magasins en Chine sous la marque Cache Cache.

Toutes nos marques ont pour vocation de se développer, en particulier Morgan et Cache Cache dans toute l’Europe. Notre expansion est loin d’être terminée. Je me permets d’ailleurs de vous rappeler la citation de Roland Beaumanoir (qui cite St Thomas d’Aquin) : « Rien n’est achevé, tout est à construire ! »

Samuel Burner : Comment ressentez-vous la montée en puissance du commerce digital ? Est-ce aujourd’hui une priorité pour le groupe ?

Jean-Louis Mochamps : Nous faisons face à une révolution du commerce digital puisqu’avec le digital, le commerce devient multiple, multiforme, cross-canal. Les enseignes du Groupe Beaumanoir sont des marques populaires. Le discount se fait avant tout dans nos boutiques. A la différence de marques de luxe, Internet n’apporte pas un avantage fulgurant par rapport aux prix pratiqués dans nos points de vente. Pour le moment, l’e-commerce est aujourd’hui encore marginal en termes de valeur mais son importance est croissante.

Il faut quand même noter que la marque Morgan a une exposition plus importante sur le web et on observe une fidélisation de la clientèle qui est forte. Dans tous les cas, le digital a un avenir important au sein du groupe. Internet est un lieu de recommandation, on y discute des produits et des nouvelles collections, on va chercher de l’information sur les réseaux sociaux, comparer les prix et s’informer à tout moment.

Nos projets d’implantation de bornes interactives dans nos boutiques entrent ainsi dans cette logique. Ceci permettra notamment de donner accès à l’ensemble des collections aux clients, qui pourront choisir de se faire livrer chez eux ou dans leur point de vente habituel.

Samuel Burner : Quel impact cette révolution du commerce a-t-elle sur le parc des magasins ? Comment y faites-vous face sur le terrain ?

Jean-Louis Mochamps : La révolution du digital nous oblige à réorganiser nos réseaux de points de vente. En clair, moins de magasins en France. Nous nous dirigeons vers une rationalisation des parcs. Cela se traduira par des fermetures de points de vente, des déplacements et déménagements au profit notre concept grande surface des « Multistores ».

Le format « Multistore » est véritablement un concept d’avenir. Il permet de proposer plusieurs de nos marques sur un seul site. Représentant aujourd’hui plus d’une centaine de points de vente, ces formats rassemblent en général au moins deux enseignes, Cache Cache et Bonobo par exemple.

La physionomie des villes a énormément évolué. Les villes sont devenues polycentres. Il n’est ainsi plus très cohérent aujourd’hui d’opposer le centre-ville à la périphérie. L’urbanisation a rendu la situation plus complexe. A l’image du commerce cross canal. Avec ce concept, nous avons ainsi la possibilité de proposer à une clientèle une offre très large dans les ZAC ou les retail park.

 

Samuel Burner : Quel est le profil classique de vos adhérents ? Recherchez-vous des nouveaux partenaires franchisés dans l’hexagone ?

Jean-Louis Mochamps : Aujourd’hui, nous comptons en France 220 partenaires pour 700 points de vente affiliés environ. Les 4/5 de nos adhérents sont des commerçants d’origine. N’oublions pas que dans notre métier, l’emplacement est primordial dans la réussite de la boutique.

A ce titre, nous n’avons pas de besoins pressants pour recruter de nouveaux partenaires. Après notre phase de redéploiement, nous aurons surtout besoin de partenaires très ciblés, que ce soit en termes de régions ou de villes. Nous vivons une étape de restructuration et de redéploiement vitale pour ensuite reprendre l’initiative sur le territoire français.

Barbara Bui : CA 2013 + 5% à 33,2 M EUR

29/01/2014

source zone bourse

Progression de 8% du chiffre d’affaires au 4ème trimestre 2013
Très bonne dynamique de la zone US

En M€                         2013      2012       Var. (%)
Chiffre d’affaires          33,2       31,8           +5%

Total consolidé dont :
– Activité Boutiques (Retail) 13,9 14,0 –
– Activité Diffusion (Wholesale) 19,3 17,8 +8 %
Un 4ème trimestre en croissance sur les 2 réseaux. Le Groupe Barbara Bui enregistre au 4ème trimestre 2013 un chiffre d’affaires de 7,6 M€, soit une progression de 8% par rapport à la même période de l’exercice précédent.

Le réseau Retail (Boutiques) réalise sur le dernier trimestre 2013, un chiffre d’affaires de 3,8 M€, en croissance de 8%.
Sur l’ensemble de l’année 2013, l’activité est stable à 13,9 M€ grâce aux boutiques américaines qui affichent d’excellentes performances avec une activité en croissance de 50% (+8% à périmètre constant). Au second semestre, la progression des points de ventes américains (+42% à périmètre constant) a permis de compenser, au niveau du Groupe, un 1er trimestre difficile dû à un environnement défavorable tant sur le plan économique que climatique.
Les ventes du 4ème trimestre 2013 du réseau Wholesale (Diffusion) en progression de 8% atteignent 3,9 M€, bénéficiant, notamment, des premières facturations de la collection Printemps/Eté 2014, soit 2,7 M€ de ventes facturées sur cette période contre 2,5 M€ en 2012.
L’activité Wholesale affiche une croissance régulière de collections en collections avec un chiffre d’affaires annuel de 19,3 M€, en hausse de 8%. Conformément aux tendances des carnets de commandes annoncés, la saison Printemps/Eté 2013 termine en croissance de 5% et la saison Automne/Hiver 2013 progresse de 10%. Le renforcement de la présence du Groupe aux Etats Unis a également dynamisé l’activité Wholesale sur cette zone où le chiffre d’affaires a doublé au cours de l’exercice.
Sur l’ensemble de l’exercice 2013, le Groupe Barbara Bui enregistre un chiffre d’affaires de 33,2 M€, en croissance de 5% par rapport à 2012.

Perspectives. Pour l’exercice 2014, le carnet de commandes Wholesale Printemps/Eté 2014 affiche une progression de 8% par rapport au Printemps/Eté 2013.

Les bonnes performances enregistrées à la fois en Retail et en Wholesale sur la zone américaine constituent un indicateur important pour l’année 2014 et permettent au Groupe Barbara Bui de rester confiant sur la poursuite du développement.

Enfin, l’activité de la boutique en ligne www.barbarabui.com, lancée début 2012, affiche une dynamique très intéressante même si le volume d’affaires reste encore peu significatif à l’échelle du Groupe.

Prochains évènements de communication financière

Résultats annuels 2013 : le 26 mars 2014 avant Bourse

MAISON DE LUXE, BARBARA BUI S’IMPOSE PAR UN STYLE PUR ET INCISIF POUR UNE FEMME A L’ELEGANCE CONTEMPORAINE ET RAFFINEE.

LES LIGNES DE VETEMENTS ET ACCESSOIRES BARBARA BUI ONT UN POSITIONNEMENT UNIQUE DANS L’UNIVERS DU LUXE.

LES COLLECTIONS SONT DIFFUSEES DANS LES BOUTIQUES BARBARA BUI IMPLANTEES A PARIS, MILAN, NEW YORK, LOS ANGELES, MOSCOU, ET BEYROUTH ET VIA UN RESEAU DE POINTS DE VENTE MULTIMARQUES SELECTIFS EN FRANCE ET A L’ETRANGER.

Les titres BARBARA BUI sont cotés sur le compartiment C de NYSE EURONEXT – ISIN : FR0000062788 – Reuters : BBUI.PA – BLOOMBERG : BRBB NM

BARBARA BUI
WILLIAM HALIMI – Président-Directeur Général
JEAN-MICHEL LAGARDE -Directeur Général Adjoint
ACTUS FINANCE – CORINNE PUISSANT – Analystes/investisseurs