Category Archives: Etats-Unis

La NBA ouvre son nouveau magasin géant à New York

Afficher l'image d'origine

Dernière mise à jour Le 21/12/2015 à 09:04 – Publié le 21/12/2015 à 09:04

Ce lundi, la NBA ouvre une enseigne de plus de 2300 mètres carrés au cœur de New York. Un temple à la gloire du basket américain.

Quatre ans que les supporters NBA attendaient ce moment. En 2011, juste après le conflit entre joueurs et propriétaires, la ligue de basket avait fermé son grand magasin de la 5e avenue, remplacé par une boutique beaucoup plus petite.

Ce lundi marque le grand retour du NBA Store dans sa version la plus démesurée. Au coin de la 5e et de la 45e à Manhattan, ce sont trois étages et plus de 2300 mètres carrés qui attendent les amoureux de la balle orange.

Plus qu’un magasin

Dans ce lieu, tous les produits dérivés possibles et imaginables seront disponibles. Les chaussures ont aussi une place de choix.

Mais les concepteurs sont allés plus loin. Les écrans placés dans le magasin pourront répondre dans sept langues aux besoins des clients. Des écrans seront aussi là pour diffuser les stats et highlights des dernières rencontres, et même des matchs en direct. Un espace pour jouer à la console ou prendre quelques tirs est également là, tandis que quelques éléments rappellent les grands moments de la NBA.

Pour les plus pressés, la personnalisation d’un maillot est possible en une quinzaine de minutes.

Aucun risque pour la NBA

En plus de récupérer un lieu à sa gloire, la NBA ne risque rien. Car c’est le géant de la vente en ligne Fanatics qui gère le lieu, les stocks et les employés. Les vendeurs sont d’ailleurs équipés de tablettes pour permettre aux clients de commander des pièces qui ne seraient pas disponibles et de les recevoir chez eux.

La NBA n’a plus qu’à attendre de voir tomber sa part sur les ventes. Elle devrait être conséquente !

 

Afficher l'image d'origine

Magasins aux Etats-Unis dans les années 50

http://pleasantfamilyshopping.blogspot.fr

JCPenney: nouveau trimestre de croissance de l’activité.

JCPenney était attendu en très forte hausse vendredi matin à la Bourse de New York après l’annonce de ventes à magasins constants en hausse de 6,2% au premier trimestre.

Cette performance meilleure que prévu représente le deuxième trimestre consécutif de croissance organique pour la la chaîne américaine de grands magasins, un élément jugé prometteur par les investisseurs.

Le distributeur de Plano (Texas) a enregistré sur le trimestre clos début mai un chiffre d’affaires net de 2,8 milliards de dollars, contre un peu plus de 2,6 milliards de dollars sur la même période de l’exercice précédent.

Dans son communiqué, le groupe précise que ses ventes se sont systématiquement accrues – en rythme séquentiel – au cours de chaque mois du trimestre.

JCPenney indique avoir profité des bonnes performances de ses divisions de prêt-à-porter masculin et féminin, d’équipements pour la maison et de joaillerie, tout en mettant en évidence la solidité des résultats des ‘corners’ Sephora.

Si sa perte nette est restée relativement stable à 352 millions de dollars, la marge brute s’est améliorée pour s’établir à 33,1% des ventes, contre 30,8% un an plus tôt.

Le distributeur explique avoir réduit ses coûts commerciaux, généraux et administratifs (SG&A) de quelque 70 millions de dollars au cours du trimestre, notamment par le biais d’une diminution des dépenses publicitaires.

Pour son deuxième trimestre, JCPenney dit encore prévoir une croissance de son activité à périmètre comparable de l’ordre de 5%, un rythme de croissance qui devrait également se matérialiser sur l’ensemble de l’exercice.

En avant-Bourse, le titre bondissait de plus de 18%. Depuis le début de l’année, la valeur avait reculé de plus de 8%.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com.

www.jcpenney.com

USA / 2013 TOP 100 RETAILERS

Ranksort icon Company Headquarters 2012 USA Retail Sales ($000) Sales Growth (’12 v ’11) Worldwide Retail Sales ($000) USA % of Worldwide Sales 2012 Stores Stores Growth (’12 v ’11)
1 Wal-Mart Bentonville, Ark. $328,704,000 4.0% $467,896,000 70.3% 4,570 3.3%
2 Kroger Cincinnati $92,165,000 6.6% $92,165,000 100.0% 3,538 -1.0%
3 Target Minneapolis $71,960,000 5.1% $71,960,000 100.0% 1,778 0.9%
4 Costco Issaquah, Wash. $71,042,000 10.6% $97,062,000 73.2% 435 2.4%
5 The Home Depot Atlanta $66,022,000 6.4% $74,754,000 88.3% 1,965 0.1%
6 Walgreen Deerfield, Ill. $65,014,000 -1.2% $66,977,000 97.1% 7,821 2.2%
7 CVS Caremark Woonsocket, R.I. $63,688,000 6.7% $63,863,000 99.7% 7,472 1.7%
8 Lowe’s Mooresville, N.C. $49,366,000 0.2% $50,521,000 97.7% 1,715 0.2%
9 Safeway Pleasanton, Calif. $37,532,000 1.6% $42,237,000 88.9% 1,418 -2.4%
10 McDonald’s Oak Brook, Ill. $35,593,000 4.2% $88,290,000 40.3% 14,146 0.4%
11 Amazon.com Seattle, Wash. $34,416,000 30.4% $61,093,000 56.3% na
12 Best Buy Richfield, Minn. $34,411,000 1.1% $45,385,000 75.8% 1,500 4.0%
13 Sears Holdings Hoffman Estates, Ill. $30,727,000 -9.2% $36,102,000 85.1% 3,229 -7.5%
14 Macy’s Cincinnati $27,610,000 4.9% $27,686,000 99.7% 841 0.1%
15 Publix Lakeland, Fla. $27,485,000 1.9% $27,485,000 100.0% 1,230 2.7%
16 SUPERVALU Eden Prairie, Minn. $27,457,000 -6.3% $27,457,000 100.0% 2,404 -2.5%
17 Ahold USA / Royal Ahold Carlisle, Pa. $25,845,000 3.1% $62,260,000 41.5% 772 2.1%
18 Rite Aid Camp Hill, Pa. $25,392,000 0.5% $25,392,000 100.0% 4,623 -0.9%
19 Apple Stores / iTunes Cupertino, Calif. $23,998,000 34.6% $26,790,000 89.7% 255 4.1%
20 TJX Framingham, Mass. $19,422,000 11.6% $25,719,000 75.5% 2,335 5.6%
21 Kohl’s Menomonee Falls, Wis. $19,279,000 2.5% $19,279,000 100.0% 1,146 1.7%
22 Delhaize America Salisbury, N.C. $18,800,000 -2.2% $29,212,000 64.4% 1,553 -5.9%
23 H-E-B San Antonio $18,201,000 8.2% $19,410,000 93.8% 318 3.2%
24 YUM! Brands Louisville, Ky. $17,964,000 5.1% $34,572,000 52.0% 18,069 0.1%
25 True Value Chicago $16,603,000 -1.6% $16,603,000 100.0% 4,569 -1.6%
26 Dollar General Goodlettsville, Tenn. $16,022,000 8.2% $16,022,000 100.0% 10,506 5.7%
27 Meijer Grand Rapids, Mich. $15,814,000 2.8% $15,814,000 100.0% 198 0.5%
28 Wakefern / ShopRite Keasbey, N.J. $13,656,000 6.4% $13,656,000 100.0% 300 3.1%
29 J.C. Penney Plano, Texas $12,908,000 -24.7% $12,985,000 99.4% 1,097 -0.7%
30 BJ’s Wholesale Club Westborough, Mass. $12,465,000 6.0% $12,465,000 100.0% 200 2.6%
31 Staples Framingham, Mass. $12,293,000 -0.8% $20,030,000 61.4% 1,547 -2.3%
32 Subway Milford, Conn. $12,237,000 9.2% $18,417,000 66.4% 25,900 3.5%
33 Gap San Francisco $12,031,000 5.1% $15,113,000 79.6% 2,391 -1.8%
34 Nordstrom Seattle $11,762,000 12.1% $11,762,000 100.0% 240 6.7%
35 Whole Foods Market Austin, Texas $11,324,000 15.6% $11,699,000 96.8% 322 3.5%
36 Bed Bath & Beyond Union, N.J. $10,913,000 16.1% $10,983,000 99.4% 1,434 25.5%
37 7-Eleven Dallas $10,699,000 7.5% $93,011,000 11.5% 7,672 6.3%
38 Aldi Batavia, Ill. $10,041,000 8.9% $42,321,000 23.7% 1,260 5.4%
39 Ace Hardware Oak Brook, Ill. $10,008,000 3.4% $12,510,000 80.0% 4,104 0.8%
40 Ross Stores Pleasanton, Calif. $9,712,000 12.9% $9,721,000 99.9% 1,198 6.6%
41 L Brands (formerly Limited Brands) Columbus, Ohio $9,399,000 -0.2% $10,074,000 93.3% 2,619 -0.2%
42 Family Dollar Stores Matthews, N.C. $9,331,000 9.2% $9,331,000 100.0% 7,442 6.0%
43 Army Air Force Exchange Dallas $9,093,000 5.0% $9,093,000 100.0% 182 1.1%
44 Wendy’s Dublin, Ohio $9,038,000 1.2% $9,719,000 93.0% 5,817 -1.0%
45 Bi-Lo (formerly Winn-Dixie Stores) Jacksonville, Fla. $8,957,000 353.0% $8,957,000 100.0% 688 232.4%
46 Starbucks Seattle $8,805,000 9.5% $11,745,000 75.0% 11,128 3.2%
47 Burger King Worldwide Miami $8,615,000 3.1% $15,842,000 54.4% 7,183 -0.5%
48 Menard Eau Claire, Wis. $8,441,000 4.6% $8,441,000 100.0% 273 4.2%
49 Good Neighbor Pharmacy Chesterbrook, Pa. $8,357,000 3.9% $8,357,000 100.0% 3,445 1.1%
50 Darden Restaurants Orlando $8,213,000 3.9% $8,467,000 97.0% 2,120 9.5%
51 Verizon Wireless Basking Ridge, N.J. $8,010,000 7.6% $8,010,000 100.0% 1,910 -18.0%
52 Toys « R » Us Wayne, N.J. $8,009,000 -3.3% $15,768,000 50.8% 872 0.1%
53 Trader Joe’s Monrovia, Calif. $7,844,000 7.4% $31,666,000 24.8% 395 5.1%
54 AT&T Wireless Dallas $7,577,000 16.8% $7,577,000 100.0% 2,300 0.0%
55 Health Mart Systems Omaha, Neb. $7,350,000 4.5% $9,908,000 74.2% 3,030 6.3%
56 Dollar Tree Chesapeake, Va. $7,266,000 11.3% $7,395,000 98.3% 4,531 6.6%
57 Office Depot Boca Raton, Fla. $7,020,000 -3.8% $10,352,000 67.8% 1,106 -1.7%
58 AutoZone Memphis $6,949,000 6.5% $7,306,000 95.1% 4,657 3.3%
59 Giant Eagle O’Hara Township, Pa. $6,823,000 2.9% $6,823,000 100.0% 411 1.2%
60 Wegmans Food Markets Rochester, N.Y. $6,736,000 8.7% $6,736,000 100.0% 81 3.8%
61 Dunkin’ Brands Canton, Mass. $6,685,000 4.0% $8,777,000 76.2% 9,734 2.8%
62 Barnes & Noble New York $6,546,000 -0.6% $6,546,000 100.0% 1,354 1.2%
63 DineEquity Glendale, Calif. $6,519,000 3.1% $6,907,000 94.4% 3,435 1.5%
64 Dillard’s Little Rock, Ark. $6,489,000 4.8% $6,489,000 100.0% 302 -0.7%
65 A&P Montvale, N.J. $6,257,000 -7.9% $6,257,000 100.0% 291 -6.1%
66 O’Reilly Automotive Springfield, Mo. $6,182,000 6.8% $6,182,000 100.0% 3,976 6.3%
67 Advance Auto Parts Roanoke, Va. $6,155,000 0.6% $6,197,000 99.3% 3,768 3.6%
68 GameStop Grapevine, Texas $6,125,000 -6.7% $8,887,000 68.9% 4,377 -1.8%
69 Dick’s Sporting Goods Coraopolis, Pa. $5,836,000 12.0% $5,836,000 100.0% 601 7.1%
70 PetSmart Phoenix $5,740,000 10.7% $5,980,000 96.0% 1,198 3.4%
71 QVC West Chester, Pa. $5,585,000 3.2% $8,516,000 65.6% na
72 Defence Commissary Agency Fort Lee, Va. $5,199,000 2.6% $5,199,000 100.0% 180 0.0%
73 Big Lots Columbus, Ohio $5,195,000 2.1% $5,350,000 97.1% 1,495 3.0%
74 Save Mart Modesto, Calif. $5,098,000 1.2% $5,098,000 100.0% 241 1.3%
75 Sherwin-Williams Cleveland $5,000,000 10.4% $5,410,000 92.4% 3,378 1.6%
76 WinCo Foods Boise, Idaho $4,932,000 8.0% $4,932,000 100.0% 86 7.5%
77 OfficeMax Naperville, Ill. $4,831,000 -3.7% $6,238,000 77.4% 836 -5.1%
78 Alimentation Couche-Tard Tempe, Ariz. $4,763,000 5.3% $8,248,000 57.7% 3,941 3.3%
79 Tractor Supply Co. Brentwood, Tenn. $4,664,000 10.2% $4,664,000 100.0% 1,176 8.4%
80 Chick-fil-A Atlanta $4,618,000 14.0% $4,618,000 100.0% 1,702 5.4%
81 Harris Teeter Supermarkets Matthews, N.C. $4,535,000 5.8% $4,535,000 100.0% 208 2.0%
82 Foot Locker New York $4,468,000 12.9% $6,129,000 72.9% 2,406 -2.8%
83 Dell Round Rock, Texas $4,369,000 -8.0% $4,369,000 100.0% na
84 Neiman Marcus Dallas $4,345,000 8.6% $4,345,000 100.0% 78 -1.3%
85 Hy-Vee W. Des Moines, Iowa $4,257,000 -5.8% $4,257,000 100.0% 255 -2.3%
86 Brinker International Dallas $4,139,000 2.5% $4,580,000 90.4% 1,321 -1.0%
87 Burlington Coat Factory Burlington, N.J. $4,104,000 7.1% $4,131,000 99.3% 492 4.5%
88 Michaels Stores Irving, Texas $3,989,000 4.3% $4,408,000 90.5% 1,124 1.4%
89 Belk Charlotte, N.C. $3,957,000 7.0% $3,957,000 100.0% 301 -0.7%
90 Bloomin’ Brands Tampa, Fla. $3,931,000 3.7% $4,606,000 85.3% 1,266 1.4%
91 Williams-Sonoma San Francisco $3,920,000 6.5% $4,043,000 97.0% 566 0.9%
92 IKEA North America Conshohocken, Pa. $3,902,000 10.4% $36,406,000 10.7% 39 2.6%
93 Roundy’s Supermarkets Milwaukee $3,887,000 1.6% $3,887,000 100.0% 161 1.9%
94 Stater Bros. Holdings San Bernardino, Calif. $3,873,000 4.9% $3,873,000 100.0% 167 0.0%
95 Sonic Oklahoma City, Okla. $3,791,000 2.6% $3,791,000 100.0% 3,556 -0.1%
96 Albertsons Boise, Idaho $3,652,000 -10.9% $3,652,000 100.0% 190 -10.0%
97 Price Chopper Supermarkets Schenectady, N.Y. $3,627,000 2.0% $3,627,000 100.0% 130 0.8%
98 RadioShack Fort Worth, Texas $3,603,000 -5.7% $3,824,000 94.2% 5,307 -3.2%
99 Ingles Markets Black Mountain, N.C. $3,578,000 4.3% $3,578,000 100.0% 203 0.0%
100 The Sports Authority Englewood, Colo. $3,509,000 3.9% $3,509,000 100.0% 478 3.9%
Source: Kantar Retail
Notes

  • na: Not available or not applicable
  • USA = 50 States and District of Columbia; Sales in Puerto Rico, the US Virgin Islands, and Guam have been estimated and removed if reported as part of the US business segment for that company.
  • All retail sales estimates are excluding wholesale and non-retail services (not sold at store).
  • Fuel sales are included, except where revenues of fuel exceed 50% of average store revenues, in this case sales are reported exclusive of fuel sales.
  • All figures are estimates based on Kantar Retail research and company reports

http://www.stores.org

In this digital age, it seems remarkable that bricks-and-mortar retailers have displayed such staying power. But only two truly pure-play online merchants appear in STORES magazine’s annual report on the nation’s Top 100 Retailers, and it just may be that traditional retailers do all the heavy lifting when it comes to pushing goods through the consumer pipeline.

Amazon.com is the ever-growing 800-lb. e-commerce gorilla and fledglings like Warby Parker are the merchants du jour among the Twittering classes. Most people, however, still do the bulk of their shopping at Walmart, Target, Macy’s and lots of supermarkets and home improvement chain stores. Truth is, more than 15 years into the dot-com revolution, online transactions account for less than 15 percent of total retail sales.

For example, five Top 100 large-format value retailers — Wal-Mart (including Sam’s Club), Target, Costco Wholesale, Meijer and BJ’s Wholesale — collectively generate nearly half a trillion dollars in annual sales. In contrast, Amazon.com and Dell Direct, the pure e-commerce retailers among the Top 100, posted combined U.S. sales of $38.8 billion.

In a year that saw collective sales decline 1 percent, the department stores in the Top 100 still generated average sales of $23.3 billion in 2012. Top 100 supermarkets were nearly as strong, averaging $21.2 billion in 2012 sales.

This brawny show of retail sales does not detract from what Amazon is and what it does best. As it gobbles up consumer dollars, leaving whole chains of venerable retailers as well as mom-and-pop e-commerce startups in its wake, the brainchild of Jeff Bezos aspires to be more than a retailer and more than a provider of electronic content.

Amazon dominates the world of e-commerce sales, estimated at $259 billion in 2013; that’s a healthy 14.8 percent year-over-year gain, according to eMarketer. Amazon’s share is estimated to be 15.4 percent of the entire e-commerce pie — and 28 percent of the 500 biggest e-commerce players, according to Internet Retailer. What’s more, eMarketer says Amazon’s ad revenues are forecast to increase 37 percent to $835 million this year.

Amazon’s big moves
In the past, Amazon’s gaudy quarterly growth figures were dismissed in some quarters as representing relatively small amounts of real dollars. Not so anymore, says Kantar Retail’s Anne Zybowski, who points out that Amazon has been adding sales at a faster rate and by a greater amount.
Zybowski, vice president of retail insights at Kantar Retail, says Amazon added about $7 billion more in sales since 2010 than Wal-Mart, and should keep pace with or outperform Wal-Mart over the next five years.

Amazon is doing many things you would expect a retailer to do, from spending money building warehouses to developing new products for its house-brand of electronic devices — and creating new content for those devices. But non-retail Amazon is heavily involved as virtual landlord for all the merchants in its Marketplace online shopping mall and is continually upgrading and expanding its technology-for-hire Web Services business.

Amazon also moved more heavily into the drug store space with the launch of Amazon.com/50ActiveLiving, a virtual store filled with health, wellness, beauty and personal care products aimed at consumers 50 and older.

Earlier this year, Amazon purchased the Goodreads book-selling web operation and launched a memorabilia store called Entertainment Collectibles with merchandise inspired by movies, television shows and celebrities. In a more recent deal with Viacom, Amazon won the exclusive right to stream Nickelodeon programs, including such shows as “Dora the Explorer” and “SpongeBob SquarePants.”

After years of testing its AmazonFresh delivery service in its home market of Seattle, Amazon is expanding in the grocery arena: The delivery concept debuted in Los Angeles last month, offering products from butchers, fishmongers, greengrocers and other merchants.

Points of differentiation
Amazon’s Prime service, in existence since 2005 and offering such perks as free two-day shipping on most orders and access to Amazon Instant on-demand videos, has long been a draw. Yet according to Complete Blog, Prime customers are willing to pay for shipping on 39 percent of their orders, which indicates that Prime membership’s primary advantage is often ignored.

The opacity surrounding whether a customer is actually purchasing from Amazon or a third-party merchant using Amazon’s Marketplace platform means there is virtually no seller-buyer relations beyond the transaction. Such practice extends to eBay, Google and other online exchanges and virtual malls, where shoppers don’t seem to know that eBay and Google aren’t selling the goods being purchased.

E-commerce platform providers are attempting to blur the lines and connect directly with consumers. eBay and Kate Spade recently partnered on pop-up stores in New York City featuring a touchscreen storefront window, combining eBay’s mobile shopping expertise with its PayPal payment program in a bricks-and-mortar location.

While the distinctions among and between e-commerce platforms and physical stores can be significant, the consumer makes use of any and all channels available, suggests Zybowski. “It’s not about online or off-line, it’s about multi-channel,” she says, adding that “multi-channel means more than a physical store with a website.”

Digital commerce has three components, Zybowski explains: traditional desktop or laptop computer-based online shopping; tablet-based e-commerce; and mobile commerce using smartphones and other communications devices.

“M-commerce is not about to plateau. It will continue to grow because consumers use their phones” to compare prices, navigate stores and for real-time social purchase consulting, in addition to making purchases, she says. “It really is a different type of digital commerce from computer-based and even tablet-based.”

Other than Amazon.com and Dell, which shed its physical retail connections, there are no “pure” e-commerce businesses large enough to qualify for the Top 100 Retailers. (Non-store retailer QVC is not considered a “pure-play” e-commerce retailer due to its shop-at-home broadcast component.) Zybowski attributes that, at least in part, to the acquisition activity of traditional store-based retailers like Wal-Mart and Target as they grow their own e-commerce businesses. A more pertinent example was the move made last year by TJX, which spent $200 million to acquire Wyoming-based online merchant Sierra Trading Post.

Some online merchants like Overstock.com and Newegg.com might gain such scale, but many growing online retailers have also begun opening bricks-and-mortar stores, including Bonobos, Warby Parker and Piperlime.

Merchants conversant with retailing in the physical world choose to emphasize their store-built brands to make a point of differentiation. Wal-Mart, Macy’s, Walgreens and a lot of other bricks-and-mortar operators are using their stores as aids to selling goods in whatever channel customers choose to shop, with the reassuring notion that “You know where you can find us if your Internet connection goes down.”

Building in-store and online
Wal-Mart has been one of the busiest of the store-based retailers promoting technology. Many of the innovations come from @Walmart Labs, the San Bruno, Calif., subsidiary the Bentonville behemoth established to tap into Silicon Valley resources.

Wal-Mart expects to ring up about $9 billion in e-commerce sales this year — only about 2 percent of its worldwide volume, but roughly one-sixth of Amazon’s worldwide retail sales.

One of the tools developed by @Walmart Labs is the proprietary search engine Polaris, which is “on par or even slightly better than Amazon,” according to Matt Nemer, senior analyst at Wells Fargo Securities. The heart of Wal-Mart’s e-commerce program is the site-to-store service launched six years ago and tinkered with ever since, where shoppers pick up orders at a Walmart store and don’t have to pay any shipping charges.

Walmart has also unveiled an app, Scan & Go, which enables users to scan and bag merchandise and pay at a self-checkout kiosk after presenting the data from their phones. Some 10 percent of Walmart’s U.S. stores offer the service; there has been no decision on whether to expand the pilot program as yet, although Wal-Mart spokesman Ravi Jariwala did say that the company was ready to test “mobile coupons and mobile gift cards that can be used as part of that Scan & Go experience.”

Wal-Mart “will continue to invest not only in how the customer wants to shop but how they want to receive the merchandise,” says CFO Charles Holley. “[W]e think we are competing very well from where we started from. We have a lot of work to do to make sure we are more efficient in getting the products to the consumers, but we feel like we have the tools to go do that.”

By many measures, Macy’s is the second-largest traditional retailer in terms of e-commerce volume, a position upon which it seeks to keep building.

“We are accelerating progress in omni-channel strategies at Macy’s and Bloomingdale’s to bring together our efforts in stores, online and mobile in a manner that satisfies emerging shopping patterns and capitalizes on the strength of our inventory regardless of where the customer demand occurs,” Terry J. Lundgren, chairman, president and CEO of Macy’s, told shareholders in February. “And we are engaging shoppers in a manner that engenders loyalty and builds our business with each individual customer.”

Last year, sales exploded at Macys.com and Bloomingdales.com, jumping 41 percent for all of 2012 and 47.7 percent in the holiday-season fourth quarter. The company said online sales positively affected its same-store sales for the year by 2.2 percentage points.

Even so, Macy’s is not cutting back on store-based retailing: In fact, it will spend hundreds of millions of dollars on its Herald Square flagship alone. At more than one million sq. ft. of selling space and billed as “The World’s Largest Store,” parts of the multi-building facility date back to 1902. In June 2013, Macy’s unveiled the second phase of a series of renovations that it says will be completed by this year’s holiday selling season. For the first time, windows along Seventh Avenue will showcase views into the store, and the Seventh Avenue and Broadway buildings will be linked at the mezzanine level as the mezzanine, main and second floors are remodeled.

Convenience, price stability
Other bricks-and-mortar retailers are also looking to exploit their inherent advantages. Convenience is certainly one of them — meaning not just that the store is right around the corner, but also that the items come home when they are purchased.

For some retailers, the convenience message includes being part of the community. This is particularly true of independent stores grouped together under a national banner. A number of such alliances are large enough to rank among the Top 100 Retailers, including Health Mart and Good Neighbor in the retail pharmacy/drug store arena and True Value and Ace in the hardware/home improvement segment.

Another point of emphasis in combating the eBay and Amazon Marketplace mentalities is price stability — one of the features that first gave rise to chains selling everything from groceries to housewares and apparel to office supplies. If something advertised in the morning paper was featured at $19.99, the consumer knew that would be the price when she walked into the store. In the algorithm-ruled world of e-commerce, such price stability can no longer be taken for granted.

Face-to-face human interaction can also be used to stores’ advantage, whether it is Nordstrom’s renowned customer service, do-it-yourself project advice at The Home Depot or the personal shoppers’ assistance at any number of apparel stores. Target has moved in this direction by introducing consultants at 200 locations this summer.

“In an often crowded and sometimes daunting marketplace, Target’s Beauty Concierge program ensures that guests receive the friendly, personalized counsel they need to purchase their favorite beauty products at affordable prices,” says Bryan Everett, a Target senior vice president.

From Jul 2013 | By David P. Schulz | Tags: Cover StoryTop Retailers Lists

Montblanc : une nouvelle boutique pour un nouveau visage à New York

La marque Montblanc vient d’inaugurer sur Madison Avenue à New York (Etats-Unis) une toute nouvelle boutique de 300m2. A cette occasion, le nouveau patron Jérôme Lambert est apparu lors d’une grande soirée aux côtés de Jan-Patrick Schmitz, PDG de Montblanc Amérique du Nord.

Montblanc : une nouvelle boutique pour un nouveau visage à New York
« Montblanc est présent à New York depuis 2003 » a souligné Jan-Patrick Schmitz, grand initiateur de ce projet de nouvelle boutique new-yorkaise, désormais ouverte au public après une longue période de construction et d’aménagement. Peu de gens s’attendaient à voir Montblanc ouvrir une nouvelle enseigne de 300 m² à quelques encablures de la précédente. Encore moins à croiser Jérôme Lambert lors de la cérémonie d’inauguration qui a attiré le « Tout-New York ».

Cette nouvelle adresse, décorée de chandeliers en cristal Swarovski, dispose d’une vitrine dévolue aux  montres, possède un salon privé pour VIP et consacre un mur entier aux instruments d’écriture qui ont fait la renommée de Montblanc.

Cette boutique, qui compte la plus grande collection d’instruments d’écriture Montblanc en édition limitée sur le continent nord-américain, rend hommage à l’esprit pionnier de la marque qui s’exprime depuis plus d’un siècle. Outre la ligne Heritage, cette nouvelle adresse abrite la collection « Signature for Good », dont les recettes sont reversées à l’Unicef. Une gamme lancée lors de la cérémonie des oscars 2013 et qui sera disponible jusqu’en mars 2014.

Jérôme Lambert a réaffirmé cet engagement pour les instruments d’écriture, expliquant qu’il souhaitait continuer à les mettre en valeur tout en déployant davantage d’efforts pour offrir aux montres Montblanc la place qui leur revient sur le marché. « Tout le monde aime écrire avec un stylo Montblanc, déclarait Jérôme Lambert, rencontré lors de l’événement. C’est un luxe incomparable. Notre objectif est de continuer à offrir ce sentiment d’exclusivité pour nos instruments d’écriture tout en valorisant le luxe et la précision des garde-temps Montblanc. »

Nombreux sont les inconditionnels de la marque à avoir été surpris par la nomination de Jérôme Lambert comme PDG de la maison étant donné son parcours fortement ancré dans l’horlogerie. Jérôme Lambert a effectivement été à la tête de Jaeger-LeCoultre pendant plus d’une décennie, après avoir dirigé A. Lange & Söhne durant quelques années. Il a récemment quitté la Suisse pour s’installer à Hambourg (Allemagne), siège de la marque, afin de mieux suivre les activités de Montblanc en matière de maroquinerie, d’instruments d’écriture et d’horlogerie.

« Notre catalogue de montres doit innover autant que nos instruments d’écriture, affirme Jérôme Lambert. Il est temps pour nous de nous inspirer de ce qui est réalisé dans notre manufacture de Haute Horlogerie à Villeret. Nous devons transposer cette inventivité et ce savoir-faire artisanal à notre manufacture principale afin de proposer un design plus innovant pour l’ensemble de nos gammes. C’est le défi que je me suis lancé. Notre Maison est riche d’un patrimoine extraordinaire et foisonne de produits incroyables. La prochaine étape est de fusionner ces savoir-faire de manière plus harmonieuse. »


Montblanc : une nouvelle boutique pour un nouveau visage à New York
À l’occasion de cette inauguration, la marque a dévoilé la toute nouvelle ExoTourbillon Rattrapante. Si la montre en question, issue de la collection Villeret 1858, a été présentée lors du salon de Hong Kong Watches & Wonders en septembre, elle ne devrait pas être commercialisée avant l’été 2014… Fabriquée entièrement à la main dans les ateliers de Villeret, cette pièce est munie d’un chronographe à rattrapante, d’un second fuseau horaire avec indicateur jour/nuit et d’un cadran régulateur avec effet 3D. Le balancier, placé en périphérie de la cage tournante du tourbillon, se veut « à la fois dynamique et esthétique ». Le calibre de manufacture 16.61 constitué de 411 composants offre 55 heures de réserve de marche. Avec son cadran en or et émail grand feu, cette montre sera éditée à seulement 18 exemplaires.

Pour Jérôme Lambert, ce garde-temps doit servir de modèle à l’ensemble des garde-temps Montblanc. « Nous voulons satisfaire les plus exigeants. Nous devons être capables d’assouvir la curiosité de nos clients et ce défi m’exalte. Le plus important est que nous soyons guidés par notre passion pour la Haute Horlogerie et par la volonté de la partager. »

 www.montblanc.com

Vendredi 15 Novembre 2013

La marque de sportswear branchée JUICY COUTURE en vente


04 avril 2013

Le groupe de textile américain Fifth and Pacific, issu de l’ex-groupe Liz Claiborne, envisage de vendre sa marque de sportswear branchée Juicy Couture, indique mercredi le Wall Street Journal sur son site internet, citant des sources proches du dossier.

Le groupe veut également céder la marque de jeans Lucky Brand, ajoute le quotidien financier.

Fifth and Pacific devrait ne conserver qu’une seule marque importante dans son portefeuille d’actifs une fois qu’il aura cédé ces deux enseignes: la marque d’accessoires de luxe kate spade.

Le groupe de prêt-à-porter Liz Claiborne avait vendu en 2011 ses marques Liz Claiborne, Monet, Dana Buchman et Kensie pour un total de 328 millions de dollars, afin de réduire sa dette.

La société qui ne comptait plus que les marques Juicy Couture, Lucky Brand et kate spade, s’était renommée Fifth & Pacific.

L’histoire de la marque Juicy Couture

La marque Juicy Couture voit le jour en 1987. Ses créatrices, Pamela Skaist Levy et Gela Nash Taylor souhaient donner à cette griffe un look chic, décontracté, jeune et branché.
Les débuts de Juicy Couture sont marqués par une collection unique de tee-shirts. Mais c’est une célèbre pièce, le jogging en velours, qui va définitivement assurer le succès de Juicy Couture. La réussite est alors au rendez-vous. Fort de cet incontestable résultat, les deux complices développent ensuite une ligne plus complète Juicy Couture. C’est ainsi que la marque Juicy Couture propose des jeans, une ligne enfant, une collection homme, une ligne d’accessoires, des bijoux ainsi que des parfums..

Les must de la marque Juicy Couture
C’est en envoyant un survêtement Juicy Couture en velours brodé à Madonna, que cette pièce est immédiatement devenue la pièce phare de Juicy Couture. Madonna, vue et photographiée, dans le fameux jogging velours Juicy Couture, permet à la marque de s’inscrire aux rangs des marques de célébrités et assure un succès immédiat à la marque sportswear.
Depuis, d’autres pièces Juicy Couture ont conquis les célébrités, telles que les robes Juicy Couture, Eva Longoria Parker en est totalement accro ! Quant à Megan Fox, c’est le perfecto de cuir noir Juicy Couture qui l’a complètement séduite !

Les égéries de la marque Juicy Couture
Lisa Cant, LukeWorall

 Les fans de la marque Juicy Couture
Madonna, Katy Perry, Jessica Alba, Eva Longoria, Katie Holmes, Molly Sims, Megan Fox, Naomi Campbell, Cameron Diaz

www.juicycouture.com

Polaroid va lancer sa chaine de magasins en Europe en 2014

posté par  le jan 9, 2013 dans Geekosphère 

Il y a quelques jours, Polaroid présentait sa première boutique Fotobar, qui ouvrira ses portes d’ici quelques jours en Floride. L’ex-géant de la photographie ne compte pas s’arrêter au continent américain puisqu’il prévoit d’ouvrir plus de 100 boutiques en Europe en 2014.

© DR

C’est à Delray Beach, en Floride, qu’ouvrira le premier Fotobar de Polaroid. En 2013, le géant compte se développer aux Etats-Unis en ouvrant une dizaine de boutiques à travers le pays. La chaine de magasins offrira un cadre agréable pour les visiteurs, qui pourront retoucher à leur convenance leurs photos de smartphone pour ensuite les imprimer directement dans plusieurs formats.

“Avec le développement d’Instagram et d’autres services de retouche d’image, on remarque que les gens s’intéressent à nouveau à l’impression de leurs clichés” explique un responsable de Polaroid. C’est cette idée que Polaroid souhaite exploiter avec une chaine de magasins qui surfera sur la vague mobile pour tenter de s’imposer.

Et si 2013 devrait marquer un tournant pour le géant, 2014 représentera un véritable défi. Polaroid a en effet l’intention d’ouvrir plus de 100 boutiques à travers le monde en l’espace de deux petites années. L’Europe figure parmi les continents qui devraient voir émerger plusieurs boutiques. Si le géant affirme que la plupart des grosses capitales devraient être desservies, il refuse de donner une confirmation pour les villes concernées. Selon le responsable de communication avec qui nous avons obtenu un entretien, il n’est pas impossible que Bruxelles et Amsterdam figurent sur la liste des villes concernées.

MICROSOFT prévoit l’ouverture de nouveaux magasins

Jeudi 27 Déc 2012 à 14:35

Microsoft a fait part de son souhait d’agrandir son parc de magasins en 2013, selon les déclarations publiées sur son blog officiel. L’entreprise de Redmond détient pas moins de 51 boutiques aux Etats-Unis et au Canada. Mais « la Nouvelle-France » a accueilli les boutiques du fabriquant de matériel informatique seulement depuis cette année. En effet, le groupe fondé par Bill Gates a décidé de s’implanter en 2012 à Edmonton, Burnaby, Vancouver et Toronto. Celles ci constituent les seules boutiques ouvertes à l’étranger.

Les prochaines ouvertures de magasins devraient se situer à San Antonio, Miami, Cleveland, San Francisco, Salt Lake City et Saint Louis, aucune n’est prévue en Europe ou dans le reste du monde.

 

Krispy Kreme célèbre l’ouverture de son 500ème magasin international

 

06 Déc 2012 à 21:00

 WINSTON-SALEM, Caroline du Nord, 6 décembre 2012 /PRNewswire/ — Tandis que la société s’appuie sur sa dynamique de croissance sur ses marchés existants et sur ses nouveaux marchés internationaux, Krispy Kreme Doughnut Corporation célèbrera son 500ème magasin international en exploitation avec l’ouverture demain d’un nouveau magasin franchisé à Aguascalientes, au Mexique. Depuis l’ouverture de son premier magasin international il y a 11 ans, la société a étendu la présence de sa marque de façon stratégique sur 20 marchés internationaux en Amérique latine, en Asie-Pacifique, au Moyen-Orient et au Royaume-Uni. Avec des accords de développement récemment annoncés pour Moscou, l’Inde et Singapour, Krispy Kreme poursuit le renforcement de sa présence internationale sur des marchés clés dans le monde entier.

(Photo : http://photos.prnewswire.com/prnh/20121206/CL24253)

Krispy Kreme Doughnuts a initialement ouvert au Mexique en 2004 et le nouveau magasin d’Aguascalientes est le 90ème magasin Krispy Kreme au Mexique. La franchise mexicaine est détenue et exploitée par Taco Holding, S.A. de C.V, un groupe dynamique et prospère qui a été récemment nommé Franchisé international de l’année 2012 de Krispy Kreme. Plusieurs activités promotionnelles prometteuses sont prévues pour les fans dans le cadre de l’ouverture de ce nouveau magasin.

« Partager l’expérience unique de la marque Krispy Kreme avec de plus en plus de fans à travers le monde est incroyablement gratifiant », a déclaré Jeff Welch, président international de Krispy Kreme. « Aguascalientes est notre 500ème magasin international en exploitation et j’ai la conviction que nous venons seulement de commencer à voir ce qui est possible pour notre marque à l’échelle mondiale. Magasin frais et autonome, il incarne et démontre la force de notre approche basée sur un réseau en étoile. Grâce à cette approche stratégique que nous avons adoptée pour notre croissance internationale, nous avons aujourd’hui des engagements pour presque 400 magasins internationaux additionnels et sommes donc sur la bonne voie pour atteindre notre objectif corporatif de 900 magasins internationaux d’ici à la fin de l’exercice financier 2017. »

« C’est un honneur pour nous d’ouvrir le 500ème magasin international Krispy Kreme alors que nous faisons aujourd’hui nos débuts sur le marché d’Aguascalientes au Mexique », a ajouté Ramon Soler, directeur exécutif de Krispy Kreme Mexique et directeur d’exploitation de Taco Holding. « Notre partenariat avec Krispy Kreme n’a jamais été plus fort et nous saluons et célébrons aujourd’hui avec elle le franchissement d’une étape décisive. »

Jim Morgan, président et chef de la direction de Krispy Kreme, a commenté : « Krispy Kreme est une marque unique et populaire dans le monde entier. Nous ne pourrions pas être plus fiers de la réussite de notre équipe d’exploitation internationale et de nos franchisés internationaux que nous le sommes à cette occasion significative. »

Le beignet Glacé Original® de Krispy Kreme est vendu dans plus de 730 magasins dans 21 pays, parmi lesquels l’Australie, le Bahreïn, le Canada, la Chine, les Émirats arabes unis, les États-Unis, l’Indonésie, le Japon, le Koweït, le Liban, la Malaisie, le Mexique, les Philippines, Puerto Rico, la République de Corée, la République dominicaine, le Qatar, le Royaume d’Arabie saoudite, la Thaïlande, la Turquie et le Royaume-Uni.

À propos de Taco Holding, S.A. de C.V Taco Holding, S.A. de C.V est le groupe franchisé sous licence de Krispy Kreme Doughnut Corporation au Mexique. Fondé en mars 2011, Taco Holding détient également les droits sur les marques haut de gamme Arrachera House, Sixties Burger, Sbarro, Neve Gelato et Cafe Diletto. Taco Holding compte plus de 300 magasins de détail au Mexique et plus de 2 000 employés. www.tacoholding.com

À propos de Krispy Kreme Krispy Kreme (NYSE : KKD) est un détaillant et grossiste de marque de premier plan qui se spécialise dans les gâteries sucrées et les produits complémentaires haut de gamme, y compris son beignet exclusif Glacé Original®. Basée à Winston-Salem, en Caroline du Nord, la société propose les beignets de la plus grande qualité et le café le plus succulent depuis sa création en 1937. Connectez-vous à Krispy Kreme sur le site krispykreme.com et sur Facebook, Foursquare, Twitter et YouTube.

Les informations figurant dans le présent communiqué de presse, hormis les informations de nature historique, doivent être considérés comme des énoncés prospectifs au sens du Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Les énoncés prospectifs reposent sur les croyances, hypothèses et attentes de la direction concernant nos futurs résultats financiers, à partir des informations qui sont actuellement à la disposition de la direction. Ces énoncés ne sont pas des énoncés de faits historiques. Les énoncés prospectifs impliquent des risques et des incertitudes qui sont susceptibles de causer un écart sensible entre nos résultats, nos performances ou notre situation financière réels et les attentes relatives aux résultats, aux performances ou à la situation financière que nous exprimons, de manière explicite ou implicite, dans lesdits énoncés prospectifs. Les termes « croire », « pourrait », « devrait », « anticiper », « estimer », « avoir l’intention de », « objectif », « chercher à », « s’efforcer de » ou autres mots similaires, ou encore la forme négative de ces mots ou l’usage du futur ou du conditionnel, peuvent servir à identifier les énoncés prospectifs. Les facteurs qui pourraient contribuer à ces écarts incluent, sans limitation : la qualité des activités de la société et des magasins franchisés, notre capacité et notre dépendance vis-à-vis de la capacité de nos franchisés à exécuter nos et leurs plans opérationnels, nos relations avec nos franchisés, notre capacité à mettre en œuvre notre stratégie de croissance internationale, notre capacité à mettre en œuvre notre nouveau modèle d’exploitation de petits magasins nationaux, les risques politiques, économiques et monétaires, ainsi que les autres risques liés à nos activités internationales, le prix et la disponibilité des matières premières nécessaires à la production de pâtes à beignet et des autres ingrédients, de même que le prix du carburant, nos relations avec nos clients grossistes, notre capacité à protéger nos marques de commerce et secrets de fabrication, les changements de préférences et de perceptions des clients, les risques liés à la concurrence, les risques liés au secteur des services alimentaires, y compris la sécurité alimentaire et la protection des informations personnelles, la conformité aux règlementations gouvernementales relatives aux produits alimentaires et au franchisage, ainsi que les coûts accrus ou d’autres effets de nouvelles règlementations gouvernementales relatives aux prestations pour maladie. Ces risques et incertitudes, de même que ceux qui sont décrits de façon plus approfondie dans le rapport annuel sur formulaire 10-K le plus récent de la société et dans ses autres rapports et déclarations déposés auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis, sont difficiles à prédire, impliquent des incertitudes susceptibles d’affecter sensiblement les résultats réels, peuvent échapper au contrôle de la société et sont susceptibles de causer un écart sensible entre les résultats et développements réels et ceux qui sont exprimés, de façon explicite ou implicite, par n’importe lequel de ces énoncés prospectifs. De nouveaux facteurs peuvent émerger à tout moment et il est impossible pour la direction de prédire la totalité de ces facteurs ou d’évaluer l’impact de chacun d’eux sur la société. Tout énoncé prospectif n’est valide qu’à la date à laquelle il a été formulé et la société décline toute obligation quant à la mise à jour de tout énoncé prospectif pour refléter des évènements ou des circonstances survenant après la date à laquelle le dit énoncé a été formulé.

© 2012 NewsWire
http://www.krispykreme.com/home

Gap Inc se dote d’un nouveau Vice Président

Gap

Le groupe américain annonce le retour de Steve Masters en tant que vice-président en charge de l’immobilier et du développement des magasins.

Steve Masters, qui doit prendre ses nouvelles fonctions de vice-président en charge de l’immobilier et du développement des magasins de Gap Inc dès le mois de juilletprochain, n’est pas inconnu au sein du groupe. En effet, membre de l’équipe Gap Inc Europe de 1999 à 2002,  celui-ci a pendant cette période « permis la croissance duchiffre d’affaire de Gap Inc Europe à travers la bonne gestion stratégique del’ensemble des magasins Gap en Europe, et la direction des équipes informatiqueset financières ».

Son retour implique aujourd’hui l’apport de son expérience dans le domaine dudéveloppement des boutiques et des opérations spéciales en magasins, acquisegrâce à ses diverses positions dans des entreprises telles que WalMart, First Quench Retail (Thresher Group), Polo Ralph Lauren Retail Europe ou encore Disney.

« Le poste de Steve Masters est au centre des projets immobiliers paneuropéens de Gap Inc. Il sera responsable des stratégies immobilières européennes, superviserala conception des magasins et les efforts de développement pour l’ensemble desmagasins appartenant à la société ».

Gap Inc, qui rassemble Banana Republic, Old Navy, Piperlime et Athleta, a atteint14,5 milliards de dollars sur son exercice fiscal 2011. Les produits Gap Inc sontdisponibles à l’achat dans plus de 90 pays dans le monde entier grâce à environ 3000 magasins corporatifs, 200 magasins franchisés et des sites e-commerce.

Stéphanie Santerre

http://www.gap.eu