Category Archives: Convenient store

7-Eleven ouvre des milliers de nouveaux magasins, vise à la Domination du monde

Quelque part dans le monde, toutes les deux heures, un nouveau 7-Eleven ouvre.

C’est vrai ; le détaillant favori de route route s’arrête, rues et sodas Big avalent de fin de soirée prend tranquillement dans le monde entier. En 2011, magasins 7-Eleven 4 600 ouvert, ce qui porte la marque de commerce de détail à plus de 46 000 emplacements à travers le monde. C’est les plupart des unités de toute entreprise dans le monde, 7-Eleven Inc. prétend.

Dans le monde occupé, commodité est devenue une valeur universelle. Alors que les autres détaillants luttent pour exporter leur concept de magasin, loin de la maison, 7-Eleven a élargi dans 16 pays. La compagnie a commencé à Dallas en 1927 vente des blocs de glace, mais est maintenant basée au Japon, où sa société mère sept & I Holdings Co. a son siège social.

Aujourd’hui 7-Eleven a pour objectif de croître surtout en Corée du Sud, la Thaïlande, les États-Unis et le Canada. Un total de 3 132 magasins ouvert dans ces pays l’an dernier, selon le rapport annuel de sept & I Holdings Co. a. Aux États-Unis, la chaîne est ciblant les marchés urbains comme la ville de New York et Charlotte, NC, dans l’espoir de reproduire les stratégies d’expansion qu’il sert bien à Taipei et Tokyo.

Tout cela a conduit à un « big gulp » de profit. Société mère sept & I Holdings a pris environ 62,4 milliards de dollars des ventes en 2011, comparé à 57,4 milliards de dollars en 2010 et à 33,6 milliards de dollars en 2006.

Mais les inconvénients ne veut pas dire la même chose partout dans le monde. À Hong Kong, shoppers grignoter des pâtes fraîches au Café 7 et payer leurs factures de téléphone au magasin, surnommé Chat Jai ou peu 7.

À Taïwan, habitants utilisent le magasin pour payer des factures et billets de la circulation, de pump up pneus de bicyclette et d’envoyer et de recevoir des paquets.

Au Japon, les acheteurs peuvent recevoir des achats de magasins en ligne à leur local 7-Eleven, un concept de l’entreprise est également mise à l’essai aux États-Unis avec Amazon.com.

Partout, les affamés et les paresseux peuvent marquer les collations dans les petites heures du matin.

« Notre format est facilement adaptable, » a déclaré Dan Porter, vice-président de l’immobilier pour les 7-Eleven Inc., la branche nord-américaine de la compagnie. “On peut ouvrir des magasins au gaz [stations] ou sans gaz, magasins bas urbains, des magasins dans les centres de la bande. La flexibilité nous donne un avantage concurrentiel. »

Presque tous les 7-Eleven, les États-Unis et à l’étranger est exploités par des franchisés, qui sont invités à adapter leurs magasins aux goûts des. « Autres dépanneurs sont emporte-pièce, » a déclaré Marty Siegel, 52, un adepte du 7-Eleven à Flemington, New Jersey, qui a visité des milliers des dépanneurs dans tout le pays. « 7-Eleven rend le look [du magasin] intéressant. »

Siegel, un chef d’orchestre pour le New Jersey Transit, essaie de visiter un nouveau 7-Eleven, chaque fois qu’il va en vacances. « À Manhattan, les 7-Eleven ont organiques, chips de pommes de terre, » dit-il. « À Monsey, New York, il est un avec Bazooka bubble gum d’Israël et de différents produits kasher. » Siegel favoris 7-Eleven est un exutoire de Edison, New Jersey, avec un design rétro des années 1980.

La stratégie de localisation du 7-Eleven est plus que juste excentrique ; C’est un modèle de bonnes affaires, selon Torsten Stocker, un partenaire Chine stratégie consulting firm Monitor Group. « [7-Eleven] a des partenaires locaux qui comprennent l’environnement dans leur marché très bien, il a déclaré dans un courriel. « Cela leur permet de croître très rapidement et à des investissements bien plus faible. »

Pas tout le monde est aussi enthousiaste que Siegel sur la découverte de la saveur locale d’un 7-Eleven à proximité. L’année dernière, les résidents de Nutley, New Jersey ; West Islip, New York ; et Culver City, Californie ; ont protesté contre le nouveau 7-Eleven, citant le préjudice potentiel pour les entreprises de la région et la possibilité de visiteurs peu scrupuleuses de fin de soirée.

En avril à Portland, Oregon, un groupe local d’occupation ont organisé une manifestation sur le site proposé pour un 7-Eleven, l’un des 15 nouveaux magasins, que la chaîne envisage d’ouvrir dans cette ville. Sur son blog Stop711, le groupe communautaire appelle plan de 7-Eleven, une « reprise entreprise. »

Occupants Portland n’ont pas été à Taiwan, semble-t-il. De Taipei, la capitale du pays, magasins 7-Eleven sont si communes que plusieurs intersections ont deux ou trois. « Là où il y a un besoin, il y a un 7-ELEVEN, » taïwanais franchisé Président magasin Corp. déclare sur son site Web. « Notre système de logistique de produit pénètre profondément dans les zones de montagne, des villages et même isolées des îles au large. »

En effet, les magasins sont aussi omniprésentes que lorsque le gouvernement taïwanais a décidé d’offrir des examens de santé gratuits pour les résidents de l’an dernier, il a collaboré avec 7-Eleven à utiliser ses magasins.

Cadres américains pour les 7-Eleven espoir transformer la marque en tant que big un incontournable culturel dans leur pays. Aux États-Unis, 7-Eleven a encore pour atteindre la « pénétration du marché, « particulièrement en milieu urbain, a déclaré Porter. L’année dernière 7-Eleven acquis 55 nouveaux magasins en Caroline du Nord, 183 en Floride et 188 à New York. La compagnie est également convaincre les propriétaires d’autres dépanneurs de devenir franchisés 7-Eleven à travers son programme de conversion des entreprises–un plan aggravantes amateurs de bodegas de la ville de New York.

Afin d’aider ses franchisés à rester sur la marque, 7-Eleven envoie consultants deux fois par semaine, selon Porter. Il les publie également un analyse de données propriétaires outil (appelé le système d’Information de détail), qui permet aux franchisés de suivre exactement ce qu’est la vente en proche de temps réel. « Nous sommes continuellement keeping up with et suppression des produits lent, » a déclaré Porter.

Alors que de nombreux détaillants utilisent aujourd’hui des outils d’analyse de ventes similaires, 7-Eleven a été une des chaînes de premières aux États-Unis à exploiter la technologie dans le milieu des années 1990, en suivant les traces de ses homologues japonais. Son système d’Information de détail a accueilli 7-Eleven à sauter sur les tendances comme les scooters et les collations non-carb plus rapidement que les concurrents.

« Ils sont très sensibilisés aux changements dans les habitudes de consommation quotidienne », écrit le Stocker. « Ils ont pas toujours de nouveaux éléments dans les magasins, y compris complètement nouveau aux produits du marché comme « exclusivités, » boissons saisonnières par exemple ou les saveurs des aliments. »

Aux États-Unis, 7-Eleven est maintenant promouvoir une version « lite » de sa marque de commerce Slurpee et déploiement de nouveaux aliments comme les fruits, les tacos de boeuf, les empanadas et les salades.

« Par le ralentissement de l’économie, les consommateurs veulent des aliments prêts-à-manger, rapides, » a déclaré Porter. « Ils veulent aller à un endroit où il va être propre et il trouvera les produits qu’ils veulent. »

Comme les autres détaillants américains ont un volet de magasins, 7-Eleven a utilisé la récession d’acquérir des biens immobiliers à bon marché pour alimenter son expansion.

Maintenant, Walmart et Target sont eying le succès du modèle dépanneur. Cet été cible ouvrira à Chicago sa première CityTarget, un point de vente de miniatures qui se ressemblent plus à un 7-Eleven que la plupart de traditionnelles-magasins de grande la cible. Ces dernières années, Walmart a été ouverture Express de son petit format et magasins de quartier.

Marty Siegel, l’adepte du 7-Eleven, n’est pas inquiet comment son magasin préféré s’en tirera en face de la nouvelle compétition. “7-Eleven a cette histoire. Le nom lui-même attire des gens quand ils savent qu’ils veulent obtenir une rapide tasse de café ou d’un paquet de cigarettes, » dit-il.

Siegel a « mixtes émotions » sur l’expansion rapide de l’entreprise. « Je suis heureux, il n’y a plus de 7-Eleven à visiter », dit-il. « Mais il n’est pas autant d’une nouveauté. Si ils sont partout, il n’est plus un défi. »

http://www.7-eleven.com/

LA BOUTIQUE DU QUOTIDIEN : LE NOUVEAU CONCEPT DU RÉSEAU CASINO PROXIMITÉ

28/05/2012

Le réseau Casino Proximité s’apprête à lancer un nouveau concept dans les gares SNCF. La Boutique du quotidien, née d’un partenariat avec Relay France, proposera aux clients un espace pour la presse et les produits de première nécessité, ainsi qu’une zone de restauration. Les plats pourront être consommés sur place, ou emportés.

Ce nouveau format de distribution devrait faire son apparition dans les gares dès la fin de l’année. Aix Ville, Annecy, Dreux, Châtellerault et Epinay Villetaneuse seront les premières gares concernées par cette nouveauté.

Casino Proximité devrait ensuite mettre en place quatre concepts différents, toujours avec Relay France, pour être en phase avec les attentes de la clientèle.

Sandrine Cazan, Toute la Franchise

http://www.a2c-sncf.com/node/136

http://casino.casinomania.fr/index.php/news/6033/pingback

Le Scarabée bio tout nouveau, tout beau ouvre le 4 novembre – Cesson-Sévigné

07 octobre 2011


Que les habitués se rassurent ! Si le déménagement de Scarabée Biocoop promet un beau changement, la nouvelle adresse ne devrait pas poser de problème de localisation. « Du 12, avenue des Peupliers, nous passons au 8, de l’autre côté », sourit son directeur, Marc Chevalier. A compter du 4 novembre, l’ancienne concession Opel (partie à 10 m), entièrement transformée et relookée, servira d’écrin au nouveau magasin.

Un magasin plus grand

Pourquoi quitter l’emplacement occupé depuis 1997 ? « On se sentait à l’étroit, les clients aussi, et notre parking devenait insuffisant », poursuit Marc Chevalier. Le stationnement, c’est bien connu, est le talon d’Achille du commerce. Sur son nouveau site, Scarabée règle le problème en proposant 75 places. Autre atout : il jouira d’une meilleure visibilité depuis la route de Paris.

Deuxième bénéfice de l’opération : un magasin plus spacieux d’une superficie de 600 m 2 contre 460 actuellement. Un gain de place qui permettra d’augmenter le rayon des produits vendus en vrac (220 références), plus économiques et écologiques que les paquets.

Plein de petits plus

En chapotant cette mue, Isabelle Baur, la responsable du commerce et de la communication au sein de Scarabée, a sorti plein d’idées de son sac. Parmi celles-ci, le « coin recette minute ».

Le principe : chaque jour, entre 11 h 30 et 13 h 30, une diététicienne concoctera deux recettes « savoureuses, équilibrées et rapides ». Pratique pour apprendre à cuisiner des produits bio (céréales, soja…), « mais aussi pour savoir combien ça coûte et combien de temps ça prend », insiste Isabelle Baur.

Autre nouveauté : dans un espace « cabine », les clients pourront profiter des conseils de cette même diététicienne, sur rendez-vous (55 € la séance d’une heure). Une esthéticienne formée aux produits cosmétiques bio prodiguera aussi des soins et des conseils. Quant aux enfants, ils auront leur coin.

Un restaurant très attendu

Sans doute le « must » : après le Scarabée Biocoop de Cleunay et de Saint-Grégoire, Cesson aura aussi son restaurant végétarien « Picque Prune. » Sept personnes, nouvellement embauchées, y travailleront. Situé à l’entrée du magasin, dont il sera séparé d’une simple vitre, l’établissement fonctionnera tous les jours, du lundi au samedi, de 11 h 45 à 14 h.

Surface : 190 m 2 ; capacité d’accueil : 100 places assises + 50 en terrasse. Fourchette de prix : pour une formule entrée, plat et dessert, compter 12,90 €. Le restaurant fera aussi de la vente à emporter.

Mais aussi un salon de thé…

Idéal pour la petite faim d’après courses : le restau se transformera chaque après-midi en salon de thé, de 15 h à 18 h.

http://www.scarabee-biocoop.fr/

Couche-Tard: une dizaine de dépanneurs fermés depuis un an Publié le 21 juillet 2011

par André Dubuc

http://www.couche-tard.com/fr/accueil/accueil.aspx

(Montréal) La chaîne de dépanneurs Couche-Tard (T.ATD.B) a fermé au moins 10 dépanneurs au Québec en raison de leur sous-performance au cours de son dernier exercice financier. Un seul établissement était en instance d’être syndiqué. La direction de la société pourrait faire valoir ce fait pour sa défense dans le cadre de la poursuite de 1 million de dollars intentée par la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

Dans son plus récent rapport annuel, Alimentation Couche-Tard indique qu’elle a fermé 89 établissements dans l’ensemble de ses divisions au Canada et aux États-Unis pendant l’année. «Nous avons entrepris de nous départir de magasins corporatifs sous-performants», écrit le président et chef de la direction, Alain Bouchard, dans son message aux actionnaires. Celui-ci ne souffle pas un mot, par ailleurs, sur la campagne de syndicalisation en cours dans ses établissements.

Couche-Tard a publié son rapport annuel le 14 juillet. L’assemblée annuelle des actionnaires se tiendra le mardi 6 septembre.

«Au Québec, on ferme et rouvre de 10 à 15 établissements par année», dit Denise Deveau, porte-parole de la société, qui n’a pas voulu donner le nombre précis de fermetures dans la province l’an dernier. «Il y a eu davantage de fermetures au Québec que le poids relatif de la division québécoise chez Couche-Tard», s’est-elle contentée de dire.

À la fin d’avril, l’entreprise comptait 5795 magasins au total, dont plus de 500 au Québec.

Rappelons que, le 6 avril 2011, Couche-Tard a fermé précipitamment son dépanneur rue Saint-Denis, au coin de la rue Beaubien, à Montréal. Les 11 employés de cet établissement avaient déposé une requête en accréditation syndicale le 14 mars précédent. À ce moment, Couche-Tard avait justifié la fermeture par des facteurs de non-rentabilité. La CSN a déposé une plainte contre Couche-Tard pour entrave à la formation d’un syndicat le 5 mai. Elle réclame des indemnités de plus de 1 million de dollars.

Les fermetures régulières d’établissements sous-performants pourraient servir à la défense de Couche-Tard devant la Commission des relations du travail (CRT), croit un professeur de droit.

«Le défenseur n’est pas obligé de rester les bras croisés parce que le fardeau de la preuve appartient à l’autre partie. Il va chercher à se défendre. Il va présenter de tels éléments», dit Me Alain Barré, professeur de droit du travail au département des relations industrielles de l’Université Laval.

Dans une plainte pour entrave à la formation d’une association de salariés, comme celle déposée par la CSN, c’est en effet au plaignant que revient le fardeau de la preuve.

À partir du 26 septembre prochain, la CRT entendra cette cause, de même qu’une autre plainte de la CSN pour intimidation en relation avec la diffusion d’une vidéo d’Alain Bouchard qui mettait en garde ses employés contre les conséquences de la syndicalisation. Au total, 15 jours d’audience sont prévus et s’échelonneront jusqu’au 19 avril 2012.

Par ailleurs, le régime de retraite de la CSN, qui détient 14 100 actions de catégorie B, a déposé une proposition d’actionnaires demandant à Couche-Tard d’adopter une politique visant la liberté syndicale. Le conseil et la direction de la société cotée en Bourse recommandent aux actionnaires de voter contre cette proposition à l’assemblée générale.