Category Archives: Coiffure

Franck Provost continue sa progression…

La famille Provost s’allie à Chequers pour racheter les 48 % du groupe familial détenus depuis 2007 par l’américain Regis Corporation, valorisés 80 M€.

Les salons Franck Provost redeviennent 100 % français. La famille Provost s’affranchit de son actionnaire américain, Regis Corporation. Leader de la coiffure en Europe et numéro 2 au niveau mondial, Provalliance -abritant neuf enseignes dont Jean-Louis David, Fabio Salsa, Saint Algue ou encore Jean-Marc Maniatis- s’est associé au fonds d’investissement français pour reprendre les 48 % détenus depuis octobre 2007 par l’américain, lequel souhaitait se recentrer sur les Etats-Unis. Le montant de ce rachat s’élève à 80 M€, valorisant l’ensemble du groupe Provalliance -né en 2008 suite au rapprochement des activités européennes du groupe Regis (avec les marques Jean-Louis David, Saint Algue, Coiff&Co et Intermède) et du groupe Franck Provost- plus de 166 M.

Épaulé par le fonds Chequers, le leader européen compte détrôner son ex-partenaire, l’américain Regis.

Franck Provost n’aura pas à se faire des cheveux blancs. Le président du premier groupe de salons de coiffure en France et en Europe a trouvé un nouveau partenaire. Le fonds Chequers Capital, actionnaire de Vivarte, Elior et Bolloré, vient d’acquérir 40 % du capital de Provalliance, la holding qui rassemble neuf enseignes, dont Franck Provost, Jean Louis David et Saint Algue. «Nous avons sélectionné Chequers pour remplacer Regis, qui a décidé en avril de céder sa part (48 %, valorisée à 80 millions d’euros) pour se concentrer sur le marché américain», explique Franck Provost, qui détient avec ses enfants Olivia et Fabien et ses managers les 60 % restants. «Nous accompagnons Franck Provost pour qu’il puisse devenir le leader mondial d’ici quelques années», ajoute Guillaume Planchon, directeur chez Chequers Capital.Avec son nouvel allié, Franck Provost est bien décidé à affronter l’ancien. Ayant échoué dans sa tentative de s’implanter en France, Regis s’était associé au célèbre coiffeur français en 2007 avec pour objectif de sortir à terme. Pour créer Provalliance, l’américain avait apporté ses activités européennes et quatre de ses marques (Jean Louis David, Saint Algue, Coiff&Co, Intermède), et la famille Provost ses deux enseignes (Franck Provost, Fabio Salsa). Depuis, le groupe a créé le réseau Niwel pour femmes d’origine africaine, racheté Saint Karl et Interview en 2008, puis les salons Jean-Marc Maniatis en 2009.

Diversification dans les soins de beauté

Avec un chiffre d’affaires de 2,3 milliards de dollars sur un marché mondial des brushings et autres teintures de 115 milliards d’euros, Regis est encore loin devant Provalliance et ses ventes d’un milliard d’euros. Mais alors que le premier se replie sur ses bases, le second continue à aller de l’avant. Trente-sept ans après l’ouverture du premier salon à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), le groupe emploie 20.000 personnes dans 2600 salons et 30 pays, qui accueillent plus de 30 millions de clients. La grande majorité des ventes (65 %) est toutefois toujours réalisée en France, où 1700 coiffeurs sur 50.000 arborent l’une des enseignes du groupe.

«À fin août, notre croissance, hors ouvertures, est de 1,5 %, une progression trois fois supérieure à celle des indépendants», assure Marc Aublet, directeur général de Provalliance. Le groupe compte ­convaincre les indépendants de devenir des franchisés d’une de ses enseignes ; il veut aussi augmenter le nombre de salons exploités en propre (420 aujourd’hui). Provalliance vient ainsi de racheter «Bleu comme Bleu», situé avenue Hoche. «Nous avons des discussions avec des leaders régionaux, mais cherchons aussi des cibles en Allemagne, aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne», détaille Marc Aublet, ajoutant que rien que cette année 200 salons seront ouverts.

Provalliance ne se limite plus aux cheveux et se diversifie dans les «services de beauté», tels que le maquillage et les soins pour ongles, dans ses salons comme dans des espaces dédiés. Par ailleurs, le groupe continue à développer des produits sous licence, vendus par ses coiffeurs, en grandes surfaces et, désormais, dans ses drugstores Bleu Libellule (53 magasins), acquis il y a quelques mois.

http://www.franckprovost.com/