Monthly Archives: juillet 2013

Darty veut ouvrir de nouveaux magasins en France

LES ECHOS | 19/06 
Une

Le nouveau directeur général de Darty souhaite toucher les 30% de la population française aujourd’hui éloignés des points de vente de l’enseigne.

Darty veut être un plus gros leader du secteur de l’électrodomestique en France. Recentrée sur son marché d’origine (plus la Belgique et les Pays-Bas), l’enseigne exploitée par le groupe britannique Darty PLC coté à Londres veut gagner des parts de marché. Pour ses dirigeants, la sortie de crise se fera par le haut. « Darty France est un actif fort à développer dans un marché qui va se consolider », a déclaré mercredi à Londres devant les analystes financiers le nouveau directeur general Regis Schultz.

L’ancien patron de But, débauché par Alan Parker, le nouveau président du conseil de Darty Plc, a élaboré un plan d’action en quatre points. Le plus audacieux consiste à ouvrir de nouveaux magasins, peut-être plus petits que les actuels, dans des villes moyennes ou des zones semi-rurales, dans lesquelles la marque ne réalise que peu de ventes, car elles sont desservies uniquement par le canal Internet.

« Cela représente 30% des Français », résume Régis Schultz. Comme, en revanche, cette frange de la population est déjà couverte par les services Darty (livraison, dépannage, etc.) cette expansion n’augmenterait pas beaucoup les coûts fixes du réseau. Elle ne consommerait pas plus de capitaux, l’idée étant de rallier des commerçants spécialisés indépendants en franchise. Le directeur général doit présenter en octobre prochain les modalités de cette expansion. Assurément, Régis Schultz parie que la crise va entraîner une consolidation du marché autour des numéros un et deux.

Doper la fréquentation des points de vente

Dans l’immédiat, l’action du nouveau dirigeant, en dehors des 50 millions d’économies de coûts supplémentaires promis pour l’exercice en cours, aura pour objectif principal de doper la fréquentation des 229 magasins français existants. C’est le but de plupart des mesures du plan « 4D » annoncé mercredi. D’abord, Darty, qui longtemps s’est contenté de n’être pas plus cher que la concurrence, entend affirmer un positionnement « prix bas service compris ». Il s’agit de faire plus de promotions, d’effectuer, pour la première fois de son histoire, des soldes (le 26 juin) et de renforcer l’offre en produits premier prix. Un programme de fidélisation a également été lancé. Autrement dit, Darty qui a longtemps refusé de jouer la carte du discount en raison de sa qualité de service, se trouve contraint de plonger – un peu – dans la guerre des prix.

« Il faut que nous augmentions notre fréquentation en multipliant les occasions pour le client de venir dans les points de vente », résume Régis Schultz. Dans le même ordre d’idées, le retrait en magasin des commandes effectuées sur Internet va être facilité. Il représente aujourd’hui 16% des commandes, contre 30% environ pour le marché. Enfin, le nouveau dirigeant souhaite mieux valoriser les services offerts par la maison au « contrat de confiance ». Si la traditionnelle livraison gratuite reste d’actualité, l’idée serait de proposer une livraison plus rapide (en 24 heures) à ceux qui le souhaitent, mais payante cette fois. Globalement, Régis Schultz aimerait proposer une série de services « premium » monétisés. Valoriser le service, ce sera aussi mieux le mettre en scène en magasin avec l’introduction d’un « atelier Darty » calqué sur les « genius bars » d’Apple.

www.darty.com

En 1957, la famille Darty, le père et ses trois fils, tient un petit magasin de textile à Montreuil et pour l’agrandir, acquiert le magasin voisin. Pour des raisons techniques, le bail ne peut être transformé. Il s’agit d’un commerce de postes de radio et téléviseurs. Les frères Darty commencent alors à vendre le stock et pour attirer les clients, sortent la marchandise sur le trottoir. En quelques jours, le stock est liquidé. Enthousiastes, les Darty développent l’activité et ouvrent un deuxième magasin en région parisienne. Un voyage aux Etats-Unis leur permet de découvrir le concept des grandes surfaces spécialisées (GSS). Ils l »importeront en France. Ils ouvrent la première GSS en électroménager en 1968 et déclinent avec succès la recette. Aujourd’hui le groupe compte plus de 200 magasins dans l’hexagone.

Grands bouleversements au BHV

Stéphane Martinelli ©
The Nail Kitchen au BHV/Marais
L’enseigne parisienne culte du bricolage et de l’art de vivre s’offre un lifting ! Nouveau nom, nouveau logo et nouveaux rayons, le BHV/Marais espère séduire une nouvelle clientèle, celle des « urbains créatifs », amateurs de fait-maison et bons vivants.

« Le plus vaste et le meilleur marché du monde ». C’est ainsi que s’autoproclamait le Bazar de l’Hôtel-de-ville au XIXème siècle. L’enseigne culte parisienne opère aujourd’hui un virage notable, en changeant son nom historique de « BHV », et en inaugurant de nouveaux rayons dans son magasin du 4ème arrondissement de Paris. Un lifting pour se remettre dans la course des grands magasins parisiens.

Nouveau nom, nouveaux rayons, nouveau logo, pour viser une nouvelle cible : les « urbains créatifs, ouverts et simples, pointus et attentifs, précurseurs et trendy, […] ultra connectés, anticonformistes, prenant soin d’eux, épicuriens, curieux, adeptes du Do It Yourself, baignés de culture et en quête de sens », indique la communication du BHV/Marais.
Le BHV/Marais ©
Pas question de les confondre avec les « bobos », bien que la comparaison soit tentante. D’autant plus que le BHV a décidé de tourner le dos à la rue de Rivoli, sur laquelle il est situé, pour s’ouvrir davantage au Marais. Le magasin revendique ouvertement son appartenance au quartier « bobo » de Paris, haut lieu de la culture parisienne, en accolant son nom à son sigle, et en offrant à ses clients un plan du Marais dessiné par l’artiste britannique Jenni Sparks.

Réorientation vers la cuisine et le bricolage

Cette métamorphose en douceur est l’occasion pour l’enseigne de renforcer sa présence dans l’univers de la maison. Le BHV/Marais se tourne ainsi vers deux domaines, la cuisine et le bricolage, reflet de la tendance persistante pour le « fait-maison ». 500 m² dédiés aux arts de la table ont été inaugurés en avril 2013. Quant au cultissime espace bricolage, 4.300 m² au sous-sol du magasin, il « a été enrichi de l’offre peinture ».

Pour se rapprocher de l’offre des grands magasins parisiens, le BHV a également inauguré un espace dédié aux chaussures femme, et un autre à la beauté. Et, pour se différencier de ses concurrents, au contraire, il a ouvert un rayon librairie, destiné à devenir « la plus grande librairie du Marais, en y ajoutant les arts créatifs, la papeterie et l’offre multimédia ».

www.bhv.fr

Mr Bricolage SA annonce l’acquisition, par la société PROVA SA(1), du groupe Alexandre SA, intégrant ainsi dans son périmètre 4 nouveaux magasins, implantés en Wallonie.

Boursorama le 01/07/2013

Accélération du développement international

· 4 magasins rejoignent le périmètre belge

› Acquisition par la centrale belge de Mr.Bricolage, PROVA SA(1), du groupe Alexandre SA
(12 M€ de CA TTC annuel)

› Renforcement du maillage territorial wallon et des volumes d’achats

› Un parc ainsi porté à 43 magasins en Belgique

· 69 magasins implantés à l’étranger au 30 juin 2013

› Une accélération du développement en ligne avec la stratégie du Groupe.

Le Groupe Alexandre réalise un chiffre d’affaires TTC annuel d’environ 12 M€. Ces 4 magasins, actuellement sous enseigne Alexandre, devraient prendre l’enseigne Mr.Bricolage en 2014 afin de bénéficier pleinement de l’image et la notoriété de celle-ci.

(1)PROVA SA, dont le capital est détenu à hauteur de 35% par Mr Bricolage SA, est la centrale de référencement et d’animation du réseau des magasins sous enseigne Mr.Bricolage en Belgique et, gère par ailleurs 8 magasins intégrés.

Cette acquisition structurante porte ainsi à 12 le nombre de magasins détenus en propre par la filiale en Belgique, et à 43 le nombre total de magasins en Belgique au 30 juin 2013. Au premier semestre, le réseau avait vu l’ouverture d’un nouveau magasin belge à Gilly.

Au 31/12/2012, la Belgique représentait 106 M€ de CA TTC, soit 51% du chiffre d’affaires sous enseigne Mr.Bricolage réalisé hors de France.

L’international : un axe fort de développement, notamment en master-franchises

A l’international, le Groupe Mr Bricolage a fait du développement en master-franchises sans prise de participation capitalistique un axe privilégié, avec des rôles clairement définis pour chacun des partenaires :

– Prise en charge du développement local pour le master-franchisé ;

– Apport du savoir-faire en termes de concept, de services et d’assistance technique pour Mr Bricolage SA.

Les principales zones géographiques ciblées sont l’Europe de l’Est, le bassin méditerranéen, l’Amérique du Sud, l’Afrique de l’Ouest et Equatoriale.

www.mrbricolage.fr

Aire-sur-la-Lys : Cash Converters est ouvert sur la zone commerciale de Carrefour

PUBLIÉ LE 11/07/2013 – La Voix du Nord

L’offre commerciale de la zone de Carrefour s’est enrichie d’une nouvelle enseigne. Cash Converters s’est installé, là où travaillèrent Eldi puis le CIC, pendant les travaux de son local du centre-ville. C’est ouvert à l’achat depuis une semaine.

« Après un travail d’ingénieur agroalimentaire puis un restaurant dans le Vieux-Lille, je voulais retrouver des horaires plus classiques tout en restant dans le commerce. Le salon de la franchise, à Paris, m’a présenté cette opportunité qui m’a paru très intéressante. » Il a été séduit, dit-il, par la notoriété de l’enseigne, qui dispose de cent trente magasins en France, l’attractivité de la zone airoise qui accueille régulièrement de nouveaux magasins et le concept. « Le client vient avec sa marchandise. Quand nous tombons d’accord sur un prix, il repart immédiatement avec des espèces, un chèque s’il s’agit de bijouterie. Si un appareil tombe en panne, celui qui nous l’a vendu ne sera pas inquiété. C’est le magasin qui réglera le problème. L’avantage par rapport à un dépôt-vente, c’est que c’est rapide, qu’il ne faut pas attendre la vente du produit. On repart immédiatement avec ses sous. »

Les clients affluent

Depuis quelques jours, les clients affluent, après avoir vidé garages, greniers ou armoires. À part les meubles, trop encombrants, et les vêtements, pour l’hygiène, Cash Converters achète tout ou presque, outillage, électroménager, informatique, CD et DVD, appareils photo, livres, cycles, instruments de musique, téléphonie. Ce qui ne vous sert plus trouvera une nouvelle vie en étant revendu à d’autres, à prix modéré. Le magasin se remplit progressivement. Il sera ouvert à la vente dans les premiers jours d’août.

Cash Converters, rue Jean-Monnet à Aire-sur-la-Lys. Ouvert du lundi au samedi de 10 h à 12 h et de 14 h à 19 h. Tél. 07 85 45 05 85.

http://franchise.cashconverters.fr/?gclid=CLWJ7d-QsrgCFUbHtAodUicAUA

Un nouveau magasin de Maroc Taswiq à Agadir


Dernière mise à jour : 03/07/2013

Le chef de gouvernement Abdelilah Benkirane a inauguré, mardi à Agadir, un nouveau magasin de Maroc Taswiq, le 6e du genre depuis le lancement, en 2012, par cette institution publique de son enseigne “Magasins solidaires et équitables”, spécialisée dans la vente des produits des coopératives.

Ce nouveau magasin, situé au quartier Talborjt, couvre une superficie de 450 m2 et comprend plus de 2.000 articles alimentaires et cosmétiques, produits exclusivement par des coopératives de l’économie solidaire.

Lors de la cérémonie d’inauguration, le chef de gouvernement a suivi un exposé portant sur la présentation d’un portail électronique de Maroc Taswiq destiné à permettre aux coopératives de suivre en ligne leurs ventes et recettes.

Par la même occasion, Abdelilah Benkirane a présidé la cérémonie de signature de sept conventions de partenariat entre Maroc Taswiq et des acteurs privés marocains et étrangers. Ces conventions visent le renforcement de la bonne gouvernance et de la compétitivité des coopératives de l’économie solidaire, ainsi que l’exploitation d’opportunités offertes en matière de commercialisation et d’exportation.

Fort de l’adhésion volontariste de plus de 650 coopératives (dont plus de 65% sont composées de femmes), Maroc Taswiq est un organisme public qui assure, entre autres prestations, la valorisation des produits à travers une certification internationale et la collecte mutualisée des produits.

Il assure également la mobilisation de la logistique adaptée, la commercialisation des produits des coopératives aussi bien sur le marché local qu’à l’international et le recouvrement de leurs recettes.

aufait/agences

Quelques mois après l’ouverture de son premier magasin solidaire à Casablanca, Maroc Taswiq (ex-Office de commercialisation et d’exportation) passe à la vitesse supérieure. Plusieurs actions sont à l’ordre du jour pour l’année 2013. Le volet «commercialisation» est particulièrement concerné. De nouveaux modèles de distribution sont en cours de lancement. «Il est important pour nous de diversifier notre offre de commercialisation pour les 1 400 articles, originaires des 16 régions du Royaume, que nous proposons», explique Najib Mikou, DG de Maroc Taswiq.

L’ouverture de nouveaux magasins, après ceux de Casablanca (avril 2012), Mohammédia (décembre 2012) et Larache (janvier 2013), est prévue dans les prochains mois. Un magasin solidaire ouvrira d’ici fin janvier à Fès, Agadir et Tanger suivront dans les 3 prochains mois. «Des pourparlers sont actuellement en cours pour ouvrir à Rabat et Marrakech», précise M. Mikou. Et d’annoncer que «ces nouvelles ouvertures ont une particularité. D’une part, elles se font dans le patrimoine de l’ancien OCE. D’autre part, elles se font désormais dans le cadre de partenariats public/privé».

L’international érigé en nouvelle priorité

Concrètement, deux modèles ont été retenus dans le cadre de ces partenariats. En vertu du premier, les produits solidaires issus des 500 coopératives avec lesquelles collabore Maroc Taswiq peuvent désormais être commercialisés dans des magasins spécialisés. Ceux-ci vendent les produits provenant de Maroc Taswiq, sous leurs propres marques et aux prix qu’ils ont eux-mêmes fixés.

L’office s’est également entendu avec des privés, au travers de conventions, afin que ces derniers utilisent la charte graphique de Maroc Taswiq et vendent aux prix fixés par ce dernier. A terme, soit d’ici 2014-2015, Maroc Taswiq ambitionne de créer une franchise qui s’occupera de gérer l’aspect commercial des produits pendant qu’il se chargera de la valorisation des produits du terroir. «Des négociations sont également en cours avec un opérateur marocain de renom qui va s’installer dans les pays du Golfe», indique M. Mikou.

Lancé courant 2012, le site e-commerce de Maroc Taswiq est quant à lui en cours de rénovation. «Quatre plateformes e-commerce verront le jour entre les mois de janvier et février. Une plateforme sera dédiée au marché local, avec paiement en dirhams. Une autre sera consacrée aux promotions. Enfin, deux autres sites e-commerce destinés au marché international, l’un consacré à l’alimentaire et l’autre aux cosmétiques, seront lancés d’ici fin février», explique notre interlocuteur. Ces 4 sites distincts sont réalisés gracieusement par la Fédération nationale du e-commerce au Maroc (FNEM).

Toujours en ce qui concerne la commercialisation, 20 correspondants commerciaux à l’international ont été recrutés. «Installés au Sénégal, au Canada, au Pakistan, en Arabie Saoudite ou encore aux Emirats Arabes Unis, les correspondants disposent soit d’un magasin soit d’un portefeuille commercial. Ils n’opèrent pas en tant que salariés de Maroc Taswiq, mais perçoivent une commission sur les ventes réalisées. Ils se chargent de trouver les clients tandis que Maroc Taswiq s’occupe d’acheminer les produits directement au client», précise M. Mikou. «On veut être sur tous les continents et les plus grands marchés», s’enthousiasme le DG. Trois correspondants sont d’ores et déjà actifs.

Enfin, Maroc Taswiq ne néglige pas ses propres moyens. Une équipe interne de commerciaux se charge ainsi de l’export suite à la prospection directe.

L’organisme compte passer de 500 à 1 500 coopératives «affiliées»

Si la commercialisation des produits du terroir est l’une des grandes priorités de Maroc Taswiq, leur valorisation n’est pas en reste. C’est ainsi que Maroc Taswiq vient de déposer la marque «Amurinou» (mon pays en amazigh). «Tous les produits vendus via Maroc Taswiq se verront désormais apposer une étiquette supplémentaire spécifique», nous explique M. Mikou. Côté accompagnement technique, un projet pilote de Toile solidaire virtuelle sera lancé cette année. L’idée est d’équiper en PC et écrans géants connectés à Maroc Taswiq au moins une trentaine de coopératives. Celles-ci pourront ainsi bénéficier de formations à distance, de télé-assistance pour leur certification ou encore d’outils de gouvernance tels que logiciels de comptabilité et de calcul de coût de revient. Si le concept fonctionne, le projet, qui nécessite pour sa phase pilote un budget de 1,5 million de DH, sera généralisé à l’ensemble des coopératives «affiliées» à Maroc Taswiq. A noter que d’ici fin 2013, l’organisme espère travailler avec 1 500 coopératives contre 500 actuellement.

Maroc Taswiq 150 MDH d’investissements pour la période 2013-2016
Même si Maroc Taswiq ne soutient pas financièrement le développement des produits du terroir marocain, l’organisme prévoit plusieurs actions pour accompagner leur valorisation et commercialisation. Un programme d’investissement de 150 MDH est ainsi prévu pour la période 2013-2016. S’appuyant sur les immobilisations de la filiale de l’ancien OCE, SOCAMAR, Maroc Taswiq prévoit l’installation dans différentes régions d’entrepôts frigorifiques d’une capacité globale de 45 000 t. Dans les prochains mois, un premier entrepôt de 1 000 t sera installé dans la région de Béni-Mellal pour la production des pommes. De la même façon, Maroc Taswiq réfléchit en collaboration avec les associations de microcrédit pour mettre en place une relation triangulaire entre la coopérative, le bailleur de fonds et Maroc Taswiq. Ce dernier aurait délégation de créance pour rembourser les traites de la coopérative à partir des ventes de cette dernière. A noter par ailleurs qu’un projet de contrat programme sur 4 ans est à l’étude avec le ministère du commerce et de l’industrie d’un côté, et le ministère des Finances de l’autre. Celui-ci intègre l’augmentation du budget de fonctionnement, passant de 25 MDH actuellement à 35 MDH d’ici à 4 ans, et des compétences pour disposer de 200 agents.

Concession : CUISINELLA ouvre un magasin dans les Alpes-Maritimes


28.06.2013, Information communiquée par l’enseigne

Cuisinella, réseau spécialisé en cuisine et électroménager, se développe dans le sud de la France en ouvrant un nouveau magasin dans les Alpes-Maritimes et plus exactement dans la ville de Villeneuve-Loubet. Cette ouverture renforce sa présence dans ce département, où la marque est déjà implantée dans les villes de Cannes et d’Antibes et répond à son objectif de resserrer son maillage en France.

Adresse : Marina Airport  – Bat A, 866 RN7 – 06270 Villeneuve-Loubet

Créée en 1992, l’enseigne Cuisinella, positionnée sur le design à prix abordable, propose quatre lignes de produits (cuisines, salles de bains, rangements, tables et chaises) et compte plus de 200 magasins en France.

www.cuisinella.com

Magasin Général se dote de trois nouveaux concepts de magasins

 

Tunisie :

Le groupe Magasin Général, qui possède sous sa coupe deux autres enseignes de grande distribution Promogro et Magro, en l’occurrence, a officiellement entamé l’uniformisation et l’unification des 3 enseignes sous l’ombrelle de «mg», représentant les initiales de Magasin Général.
A cette occasion, une visite de presse a été organisée par la direction générale de la société au magasin «mg Marsa» (Ex Promogro) qui a instauré la nouvelle image de l’enseigne.
Désormais, «mg» est une enseigne-mère qui englobe 3 concepts de magasins, à savoir:
– «mg maxi» : des supermarchés d’attractivité, de plus de 1000 m² avec parking. On y trouve une riche gamme de produits alimentaires, ainsi qu’une offre variée en ménage, loisirs, électroménager et textile.
– «mg proxi»: des supermarchés de plus de 500 m², situés à proximité des quartiers. On y trouve une riche gamme de produits alimentaires, ainsi qu’une offre de dépannage en non alimentaire, répondant aux besoins du Tunisien de tous les jours.
– «mg city» : des supermarchés de 500 m² maximum, situés au cœur des centres-villes. On y trouve une offre de produits alimentaires sélectionnés pour permettre aux Tunisiens d’y effectuer rapidement leurs courses de tous les jours.
Selon Dorra Ben Hamida, directrice Marketing, faire ses courses chez mg devient non seulement un plaisir, mais également un acte financièrement profitable pour le consommateur tunisien dans le sens où il peut bénéficier du meilleur rapport qualité-prix.
Aujourd’hui, dit-elle, mg est une marque qui est déployée sur 75% du parc, l’équivalent de 44 magasins qui ont été remodelés en fonction du nouveau concept. L’enseigne s’engage, fin 2014, à relooker entièrement son parc de magasins, en adoptant bien évidemment la même politique d’offre.
O.E.

Adresse: 24, Av. de France
1000 TUNIS REPUBLIQUE TUNIS
Téléphone: 71328533 71321057 71321055
Fax: 71321063
E-mail: info@smg.com.tn
Site Web www.smg.com.tn

How Chanel became N°1 luxury fashion brand in China

According to the World Luxury Index™ China, “Chanel has become the #1 most sought-after global luxury brand in China”, overtaking competitors such as Louis Vuitton and Gucci.

Chanel’s beauty products
This year’s report has also revealed that part of Chanel’s success is thanks to its huge stake in beauty segment, as 22.70% of Chinese consumer interest whithin luxury market is in beauty, compared to fashion which accounts 14.90%.
Chanel’s dedication to its beauty products most likely has helped the brand to get the first rank in the report, overtaking Louis Vuitton which is rather focused on fashion.

http://www.chanel.com/zh_CN/