Monthly Archives: août 2011

L’enseigne de mobilier et de décoration haut de gamme voit ses ventes bondir grâce à son grand magasin en banlieue parisienne. Le fonds Nextstage va augmenter sa participation.

Le Cèdre Rouge renaît de ses cendres. L’enseigne de mobilier et de décoration haut de gamme compte bien signer cette année un exercice profitable, après avoir atteint l’équilibre l’an dernier. «Nos ventes avaient été multipliées par six, de 1 à 6 millions d’euros, en 2010. Nous tablons sur un chiffre d’affaires de 8 à 9 millions d’euros cette année» , explique son PDG Henri Le Menestrel. Un beau succès, car, à son heure de gloire, au début des années 2000, Le Cèdre Rouge affichait des ventes à peine plus élevées (12 millions d’euros en 2001). Et ce en exploitant dix magasins et non pas deux, comme aujourd’hui.

L’enseigne a subi une sévère cure d’amaigrissement, suite à sa fusion ratée avec Le Prince Jardinier en 2006. Lorsque Henri Le Menestrel, accompagné par le fonds Nextstage déjà présent au capital (20 % aujourd’hui), reprend l’affaire fin 2008, le groupe «réalisait un million de chiffre d’affaires et un million de pertes», se souvient-il. Celui qui venait alors de vendre son agence de médias en ligne à Lagardère décide d’ouvrir un magasin d’un nouveau genre, tout en conservant l’emplacement historique à Châtelet et la marque, très appréciée. «Nous avons rompu les codes du mobilier haut de gamme, en installant Le Cèdre Rouge fin 2009 à Feucherolles, à vingt minutes en voiture de la porte d’Auteuil, au milieu des champs», explique son PDG. Faisant le constat que «contrairement au secteur de la mode, les grandes marques de décoration n’ont jamais construit leur propre magasin et se trouvent difficilement», il se veut un «multispécialiste» et expose les chaises longues Fermob, les canapés Marie’s Corner et les parasols Glatz dans des «showrooms dédiés».

Le projet séduit : véritable destination de visite familiale le week-end, le magasin est agrandi cet été, pour la quatrième fois, pour passer de 700 mètres carrés il y a deux ans à 4 200 fin septembre. À côté de la cinquantaine de marques présentées, les marques propres du Cèdre Rouge – des tables et boîtes aux lettres aux décorations de Noël – y gardent toute leur place. «Ayant peu de repères dans le mobilier et la décoration haut de gamme, les clients ont besoin de comparer réellement pour comprendre les facteurs de qualité et ainsi choisir la gamme qui leur convient», explique Henri Le Menestrel.

Saisir les opportunités 

Même stratégie pour la boutique sur Internet, dont une nouvelle version vient d’être mise en ligne : l’internaute peut se renseigner et même faire ses achats, mais il est surtout incité à se déplacer à Feucherolles. Car, si l’enseigne réalise déjà 10 % de son chiffre d’affaires sur Internet, elle souhaite surtout voir progresser le nombre de visiteurs.

«Nous redoutions que le magasin de Châtelet ne pâtît de la montée en puissance de celui de Feucherolles, mais c’est tout le contraire !», se félicite le PDG. Ces beaux résultats pourraient inciter Le Cèdre Rouge à se réinstaller en ville, pour présenter, par exemple, une ou plusieurs catégories de produits sur de plus petites surfaces. C’est justement pour saisir des «opportunités nombreuses et variées» de ce type, mais aussi de petites acquisitions comme celle d’un petit spécialiste du luminaire début 2009, que Nextstage investira à la rentrée environ 2,5 millions d’euros. Un montant plus important qu’en 2008 (1,5 million d’euros), signe de sa confiance et qui fera progresser la participation du fonds à 30 %.

http://www.lecedrerouge.com/

 

HYPERBURO : La franchise de bureau ouvre un nouveau point de vente

Fort du succès du premier magasin situé au nord de la ville, la franchise Hyperburo s’est installée en mai dernier dans la nouvelle zone commerciale sud du Mans.

Michel Goujon, le propriétaire, n’en est pas à son premier coup d’essai. Franchisé historique de l’enseigne avec un premier site ouvert à Alençon en 1992 puis un second au Mans 3 ans plus tard, il périclite les recettes de leurs succès avec l’aide de son directeur Alexis Auger.

Aujourd’hui, ce nouveau point de vente inaugure la nouvelle identité visuelle de la franchise de bureau et arbore fièrement le nouveau logo sur sa façade.

D’une surface plus réduite de 400 m², il répond également à la nouvelle stratégie de l’enseigne qui permet aujourd’hui l’implantation de magasins dans des zones de chalandise plus modestes.

Il n’en perd pas pour autant la richesse de son offre. Il bénéficie d’un agencement optimisé et de nouveaux corners comme l’espace Macintosh et prochainement d’un autre dédié au développement durable.

Par ailleurs, installée sur une zone commerciale à fort potentiel (projets Auchan, Family Village 2 d’ici 2012/2013), la franchise de bureautique, qui attire déjà quotidiennement environ 70 clients, a de beaux jours devant lui. En effet, lors de son ouverture au mois de Mai 2011, il avait déjà battu des records d’affluence avec 127 clients le premier jour.

http://www.hyperburo.com/

Alinéa ouvre aujourd’hui son nouveau concept à Noyelles-Godault, à deux pas d’Ikea

mardi 23.08.2011

Alinéa ouvre aujourd'hui son nouveau concept à Noyelles-Godault, à deux pas d'Ikea En passant de 6000 à 10000 m², l’Alinéa de Noyelles-Godault rejoint le parc des plus grands magasins du groupe.PHOTO D. PINEAU

Alinéa, l’enseigne spécialisée en meubles et décoration, filiale du groupe Auchan, inaugure aujourd’hui l’agrandissement de son magasin de Noyelles-Godault.

Le bras de fer est engagé. À un jet de pierre du grand Ikea d’Hénin-Beaumont et ses 15 600 m², Alinéa, l’enseigne déco du groupe Auchan, inaugure ce soir les 10 000 m² de son magasin de Noyelles-Godault, agrandi et repensé.

Onze mois de travaux (tout en gardant le magasin ouvert) et neuf millions d’euros d’investissement ont été nécessaires pour cette extension qui se veut un peu le bateau pilote du nouveau concept que souhaite développer Alinéa en France.

Avec 15 000 références, deux étages, des espaces repensés, des présentations différenciées de produits pour permettre les comparaisons, un grand univers enfants mis en scène, un restaurant, des produits exclusifs et des prix compétitifs, l’Alinéa « new-look » montre ses ambitions.

Actuellement, les vingt-deux magasins Alinéa de l’Hexagone varient entre 6 000 et 10 000 m². Le magasin de Noyelles rejoint donc les plus grands.

En mars prochain, la chaîne doit cependant ouvrir à Angers sur 12 000 m², un autre de même taille suivra au Mans, puis à Plaisir, en région parisienne.

L’enseigne, qui a réalisé en 2010 un chiffre d’affaires de 441,4 millions d’euros, envisage d’ouvrir deux à trois nouveaux magasins en France chaque année.

http://www.alinea.fr/

Maisons du monde : pas question de quitter Vertou

 
 
mardi 23 août 2011

 

Made in Nantes. Le siège du géant de l’ameublement et de la décoration est basé à Vertou. C’est là que la dizaine de stylistes imagine la plupart des produits.

Déjà quinze bougies ! Plus de 3 000 salariés et 211 magasins : Maisons du monde a grandi vite et fort. Et ne compte pas s’arrêter là. « On ouvre entre 15 et 20 nouvelles boutiques par an, et on embauche entre 200 et 300 personnes supplémentaires, estime Xavier Marie, le PDG. Un nouveau magasin poussera d’ailleurs bientôt à Guérande, dans la zone d’activités des Salines. Avec ses 1 400 m2, ce sera le plus gros de Loire-Atlantique, et ouvrira à l’été 2012. » Si l’entreprise a été créée à Brest, ville natale de son dirigeant, elle s’est installée à Vertou en 2003. « Le lieu a tout de suite séduit Xavier Marie, se souvient Julie Brisson, directrice générale. Il voulait un bon cadre de travail et une ville attractive pour faciliter le recrutement. L’agglomération nantaise était parfaite pour ça, et il est tombé amoureux de ce magnifique manoir en bord de Sèvre, ancienne maison des Lefèvre-Utile, parents de la marque des biscuits Lu. »

Un nouveau siège de 3 000 m2

L’effectif du siège étant passé d’une cinquantaine de personnes en 2003 à plus de 200 salariés aujourd’hui, il fallait s’agrandir. Mais « pas question de quitter ces murs qui nous ont porté chance ! », affirme le dirigeant, un poil superstitieux.

Quelques services resteront donc dans le manoir, comme la création, mais la plupart rejoindront un nouveau bâtiment de 3 000 m2, à 500 m du siège actuel, dont les travaux vont débuter prochainement pour un emménagement en 2013. C’est Frédéric Tabary, concepteur de la Villa déchets, qui est en charge de ce projet.

Une caverne de création

Perchées au dernier étage du manoir, une dizaine de stylistes travaillent dans une véritable caverne aux trésors. Elles y imaginent 80 % des objets de décoration et environ 20 % des meubles. Le reste étant acheté, pour la majorité, auprès de fournisseurs asiatiques. Très lumineux, coloré, ce lieu se veut propice à l’imagination.

« On commence par choisir un thème. Puis, on crée une planche tendance : une plaque sur laquelle on réunit toutes les matières, les couleurs, les objets que nous inspire ce thème. Ensuite, on dessine toutes, tous azimuts, tous les types de produits. Et on fait un point, on sélectionne les meilleures idées, et on se répartit les familles : luminaires, toiles, vaisselles… », décrit Ophélie, passionnée.

Elles travaillent déjà sur les collections 2012, mais pour la rentrée elles ont choisi « du folk, dans une ambiance ethnique modernisée ; du Bovary, ultra-féminin, très poudré ; du vintage, avec des matières usées et des références à l’Amérique ; du Haussmann, très classe, style parisien du début du XXeet de la Brocante, avec un clin d’oeil fort aux métiers d’antan ».

Amandine COGNARD
 

Primark veut 300 nouveaux magasins en Europe

24 août 2011

L’enseigne britannique d’habillement a annoncé sa volonté d’ouvrir 300 nouveaux magasins sur le continent européen. La moitié d’entre eux pourrait prendre place en Allemagne, tandis que sont également visés l’Espagne, le Portugal, les Pays-Bas et la Belgique.
Pour l’heure, sur ses 220 points de vente, Primarkn’en compte qu’une trentaine hors de Grande-Bretagne: une vingtaine en Espagne, quatre au Portugal, trois en Allemagne, deux aux Pays-Bas et un en Belgique.Propriété du groupe britannique Associated British Foods, Primark confiait en décembre dernier la direction de son activité continentale à Wolfgang Krogmann, ex-collaborateur de H&M, Jean Pascale, Ulla Popken et Adler. En 2010, Primark a réalisé 2,73 milliards de livres de ventes (2,58 milliards d’euros).
Par Matthieu Guinebault

http://www.primark.co.uk/

Le concept store de Puma digitalisé par Mood Media

Par Amelle Nebia, 29/08/2011

La boutique parisienne Puma vient d’être totalement transformée par Mood Media, le leader mondial du marketing expérientiel en point de vente.

Puma a fait appel à Mood Media pour repenser son concept store parisien du boulevard de Sébastopol dans une logique moderne et écologique. La boutique de 200 mètres carrés, répartis sur deux étages, devient le lieu d’une expérience client inédite grâce à des écrans disséminés à travers l’ensemble du magasin et des contenus vidéos très futuristes.

La vitrine du concept store illustre cette nouvelle conception de la communication en points de vente : des écrans géants (environ 2,50 mètres de haut sur 1 mètre de large) diffusent des vidéos de mannequins mettant en avant les vêtements et accessoires. Ces vidéos offrent à la marque une véritable incarnation physique dans le point de vente.

Pour être fidèle au positionnement écologique de la marque (éclairage économique, bois et revêtements certifiés écologiques, peinture et adhésif à faible taux d’émission, cintres en amidon de maïs, etc.), tout en restant high-tech dans la boutique, des immenses écrans suspendus au plafond du 1er étage (3 mètres de haut sur 1 mètre de large) projettent des images de nature filmées au ralenti. Ces scènes visuelles hypnotiques, des nuages cotonneux ou des paysages sous-marins avec des requins, contribuent à créer une atmosphère apaisante et en lien avec la nature.

Le logiciel de gestion de contenus vidéos, TeamCo, mis au point par Mood Media, permet d’actualiser et de modifier les vidéos projetées avec une grande facilité, à tout moment de la journée et en offrant une qualité d’images haute définition. Le contenu peut être directement mis à jour à distance pour refléter au mieux l’évolution des collections et promotions de la marque.

“ Le travail que nous faisons avec Mood Media nous permet de créer une nouvelle expérience clients dans les points de vente Puma, commente Ales Kernjak, directeur du Puma Retail Store Concept. Le marketing expérientiel participe pleinement à la création de l’expérience client en points de vente avec des fonctions à la fois interactives et écoresponsables. “Mood Media est toujours à la recherche de nouveaux concepts innovants de communication en points de vente, explique Claude Nahon, président de Mood Media Europe. Pour notre collaboration avec Puma, nous utilisons la vidéo comme un moyen novateur pour créer une nouvelle expérience d’achat permettant d’améliorer les ventes de la marque.”

Etats- Unis – American Eagle, CVS

Teen apparel retailer American Eagle Outfitters (AEO) reported second quarter earnings today that rose to $19.7 million, or $0.10 per share, compared to $9.7 million, or $0.05 per share, last year.

On a continuing operations basis, however, earnings fell to $0.10 per share from $0.13 per share in last year’s second quarter.

Earnings per share missed analyst expectations, although total sales, which rose 4% to $676 million, exceeded analyst estimates.

Same-store sales were flat in the second quarter.

Rival Abercrombie & Fitch (ANF) is trading up 0.25% today, while Aeropostale (ARO) trades up 0.2%.

Also today, CVS Caremark (CVS) said its board has approved a share repurchase program of up to $4 billion.

The new buybacks will be in addition to the $2 billion share repurchase program announced in June 2010, which is expected to be completed this year.

CVS said it intends to repurchase $1 billion under the new authorization by the end of the year.

Etats-Unis – Bourse-Abercrombie chute après avoir averti sur ses perspectives

 

17 17 août (Reuters) – Le titre Abercrombie & Fitch (ANF.N: Cotation) perdait quelque 5% en première partie de séance à Wall Street après que la chaîne de vêtements pour jeunes a dit qu’il « entrait dans une période de grande incertitude » au moment où s’approchent les ventes cruciales liées à la rentrées des classes. Vers 15h00 GMT, l’action cédait 4,9% à 67,54 dollars alors que le S&P 500 .SPX avançait de 0,79%.

Le groupe, qui gère 1.073 magasins avec des différentes marques, a pourtant annoncé des résultats trimestriels supérieurs aux attentes.

Le sentiment du consommateur américain est tombé en août à son plus bas niveau depuis plus de 30 ans, sur fond de craintes pour la reprise économique et de désenchantement sur les politiques gouvernementales. (voir [ID:nLDE77B0TY]) Ces pressions macroéconomiques s’ajoutent aux coûts élevés et aux fortes promotions des distributeurs, alors que la seconde plus importante période d’achat aux Etats-Unis qu’est la rentrée scolaire s’approche.

« Lorsque nous regardons la première partie de l’année et vers 2012, il est clair que nous entrons dans une période de grande incertitude », a déclaré le directeur général Mike Jefferies.

« Les questions des coûts auront certainement un impact plus significatif lors de la première partie de l’année et la réponse des consommateurs à l’augmentation des prix reste incertaine », a-t-il ajouté.

Abercrombie & Fitch, de même que ses homologues, a augmenté ses prix étant donnée la hausse des coûts des matières premières, qui rogne sur les marges. L’entreprise a fait état d’une baisse de ses marges au second trimestre de 150 points de base.

La griffe américaine, très populaire auprès des adolescents pour ses vêtements décontractés arborant des logos au nom ou aux initiales de la maison, a dégagé un bénéfice trimestriel en hausse, et continue de prendre des parts de marché à des concurrents tels que American Eagle Outfitters (AEO.N: Cotation) ou Aeropostale (ARO.N: Cotation).

Le résultat sur le deuxième trimestre est ressorti à 32 millions de dollars, soit 0,35 dollar par action, contre 19,5 millions (0,22 dollar/action) il y a un an et 0,30 dollar attendu par les analystes.

Le chiffre d’affaires a augmenté de 23% à 916,8 millions. (Nivedita Bhattacharjee, Mehdi-Nicolas El Moueffak pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)